Accueil

Quand la CDMT lâche en rase campagne le DGS insubordonné

Quand la CDMT lâche en rase campagne le DGS insubordonné

   Lisons le tout dernier tract du syndicat CDMT à propos du conflit du Parc Naturel de Martinique : dans la longue liste des revendications, la levée de la sanction contre M. BRITHMER a soudain disparu. Oublié le "cadre martiniquais qu'il ne faut pas licencier" ! Oublié sa réintégration immédiate à son poste dans l'établissement ! Ce lâchage en rase campagne, qui prouve s'il en était besoin que tout ce raffut était politique et que le PNM n'était qu'un prétexte, a sans doute été motivé par trois raisons :

 

   . la détermination des 137 non-grévistes (sur 149 employés), conduits par le syndicat CFTC, à reprendre le travail en débloquant hier matin l'entrée du siège du PNM à Bellevue.

 

   . la révélation d'un audit de 2004 mettant en lumière de nombreux dysfonctionnement au PNM, pointant du doigt le management de BRITHMER et relevant maints cas de "souffrance au travail", soit 13 ans avant l'arrivée de L. BOUTRIN à la présidence de cet établissement qui dépend de la CTM.

 

   . le ras-le-bol de la population, outrée de constater la partialité scandaleuse de la plupart des médias en faveur de BRITHMER, encore que les choses soient devenues plus équilibrées ces derniers jours et le fait que cette même population a compris que tout cela relevait d'une stratégie de la tension visant à mettre en difficulté Alfred MARIE-JEANNE, le président de la CTM.

 

   Aujourd'hui donc, la CDMT (non représentée au PNM) ne parle plus de BRITHMER !!! Il n'y aura donc plus guère que sa cousine à prendre hystériquement sa défense sur son blog intermittent. Tristes Tropiques !...