Accueil

Quand l'avocat de l'Université des Antilles est "an tjè-koko" avec les mis en examen du CEREGMIA

Quand l'avocat de l'Université des Antilles est "an tjè-koko" avec les mis en examen du CEREGMIA

 

   Pour nos lecteurs non-créolophones "an tjè-koko" signifie "faire ami-ami".

   Oui, c'est l'image hallucinante qui est apparue au JT de MARTINIQUE 1è au cours de son reportage à la Cour d'appel le jour où était examinée la demande d'annulation de leur éviction du campus formulée par le trio du CEREGMIA (F. CELIMENE, K. LOGOSSAH, E. CARPIN). On voit quoi sur ces images tout à la fin dudit reportage ?

   ON VOIT L'IMAGE QUI ILLUSTRE LE PRESENT ARTICLE !

   On voit Me Joël SYLVESTRE, le nouvel avocat choisi par la gouvernance de l'Université des Antilles bavarder tranquillement avec deux des mis en examen, Eric CARPIN et Fred CELIMENE. Dans le hall du Palais de Justice !!! On les voit discuter en toute cordialité. Comme si de rien n'était. Comme si Me SYLVESTRE était leur avocat et non celui de la partie civile c'est-à-dire de l'Université des Antilles.

    C'est sans doute ce que la gouvernance de l'Université appelle "l'apaisement". Inutile de dire que demain mardi 13 mars, quand l'affaire sera à nouveau examinée par la Cour d'Appel de Fort-de-France, l'intérêt de notre université, de nos étudiants, du personnel enseignant, administratif et de service ne sera AUCUNEMENT défendu !

   Demain, le CEREGMIA aura 4 avocats : les 3 qu'il a embauchés + Me Sylvestre...

Image: 

Pages