Accueil

Quand le PPM abandonne sa "Troisième voie" en rase campagne

Quand le PPM abandonne sa "Troisième voie" en rase campagne

   La campagne de Saint-Joseph est belle, surtout du côté de la Rivière Blanche où le PPM (Parti Progressiste Martiniquais) a tenu dernièrement sa convention, belle et touffue. Ce qui fait que l'expression "rase campagne" n'est pas tout à fait appropriée en la circonstance mais nous n'aurons pas la prétention de réforme la langue de l'Autre alors que nous sommes déjà incapables de protéger et de valoriser la nôtre.

   Donc oui, lors de ladite convention a abandonné sa "Troisième voie" en rase campagne.

   C'était quoi au fait, ce slogan ? Il faut dire que pas grand monde n'a trop compris en quoi elle consistait, certains esprits taquins disant même qu'elle aurait dû s'appeler en fait la "Quatrième voie" puisqu'elle récusait ou semblait récuser tout à la fois l'Assimilation, l'Autonomie et l'Indépendance. Que le PPM rejette l'Assimilation et l'Indépendance, rien de très nouveau (encore que ça soit la loi de 1946 dont le rapporteur fut Aimé CESAIRE qui enclencha la première), mais qu'il se défie de l'Autonomie et propose une "troisième voie", là, c'était nouveau.

   En réalité, le parti de Trénelle lui avait déjà spectaculairement tourné le dos lorsqu'accablé par le vote pro-Droite des Martiniquais en 1981__année qui avait vu l'accession de François MITTERAND au pouvoir__, le Nègre Fondamental avait proclamé "le Moratoire". Grand mot magique que personne n'avait tout de suite compris à l'époque et qui avait renvoyé nos journalistes et politiques à leurs dictionnaires. Moratoire veut dire "pause temporaire" pour parler plus simplement et aucunement "arrêt définitif". Donc CESAIRE demandait un "ti wouspel" dans la revendication autonomiste afin de remobiliser les masses dont l'esprit avait été dévoyé par le discours mensonger et alarmiste de la Droite quant à une éventuelle victoire des Socialistes à l'élection présidentielle française. 

   Cette Droite lamentable, la plus bête du monde, mais qui, en décembre 2015, a su démontrer que la connerie n'était pas rédhibitoire, avait, en effet, en 1981 donc, alarmé le bon peuple : nos fonctionnaires perdraient leurs 40%, nos masses populaires leurs allocations, nos Békés leurs subventions et nos vieux leurs retraites. Brrr ! De quoi vous donner froid dans le dos et évidemment les Martiniquais votèrent massivement pour le candidat de Droite. A l'inverse du peuple français donc ! Mais une fois MITTERAND arrivé au pouvoir, rien de la catastrophe annoncée ne se produisit. Aucune des annonces alarmistes de la Droite martiniquaise ne se concrétisa. MITTERAND fit même un deuxième mandat et toujours rien ! Nos fonctionnaires pouvaient toujours changer de voiture tous les deux ans et demi (contre...6 dans l'Hexagone !), nos masses populaires continuer à percevoir leurs "allocs", nos Békés leurs subventions pharaoniques et nos vieux leurs retraites (certes un peu maigrichonnes).

   La Droite martiniquaise avait donc sciemment menti au peuple en 1981 !

   Or, qu'a fait le PPM en 2010 lors de la consultation sur l'Article 74 ? EXACTEMENT LA MEME CHOSE QUE LA DROITE EN 1981 ! Les mêmes arguments lamentablement alimentaristes visant à torpiller ce qui n'était guère qu'une...poussière d'autonomie ! Oui, le PPM a rejeté une poussière d'autonomie lui dont le mot d'ordre était depuis 1967, "l'Autonomie pour la Nation Martiniquaise". Et pour se dédouaner de ce qui n'était rien d'autre qu'une infamie, il s'est empressé de concocter un nouveau discours, un discours auto-justificatif, cette fameuse "TROISIEME VOIE" dont l'existence fut aussi avérée que celle du monstre du Loch Ness. Or, aujourd'hui, lors de sa Convention de la Rivière-Blanche, voici qu'il jette cette voie inédite aux oubliettes ! Retour à la case départ. Retour a mot d'ordre d'autonomie. Comprenne qui pourra !

   Et après ça, tout le monde se lamentera ou plus exactement versera des larmes de crocodile sur le fort taux d'abstention des Martiniquais aux élections !...

Pages