Accueil
Aimé CESAIRE
Frantz FANON
Paulette NARDAL
René MENIL
Edouard GLISSANT
Suzanne CESAIRE
Jean BERNABE
Guy CABORT MASSON
Vincent PLACOLY
Derek WALCOTT
Price MARS
Jacques ROUMAIN
Guy TIROLIEN
Jacques-Stephen ALEXIS
Sonny RUPAIRE
Georges GRATIANT
Marie VIEUX-CHAUVET
Léon-Gontran DAMAS
Firmin ANTENOR
Edouard Jacques MAUNICK
Saint-John PERSE
Maximilien LAROCHE
Aude-Emmanuelle HOAREAU
Georges MAUVOIS
Marcel MANVILLE
Daniel HONORE
Alain ANSELIN
Jacques COURSIL

QUI SÈME LE VENT RÉCOLTE LA TEMPÊTE ! UNE ANALYSE DES PROPOS TENUS PAR CLAUDE CAYOL

Gérard Dorwling-Carter (Avocat)
QUI SÈME LE VENT RÉCOLTE LA TEMPÊTE ! UNE ANALYSE DES PROPOS TENUS PAR CLAUDE CAYOL

Claude Cayol nous a expliqué qu'il est le grand père de deux lycéennes qui ont été conduites à leurs cours, au lycée Schœlcher, le matin du jour de l’incident intervenu avec des professeurs de ce lycée et le prononcé des mots qui défrayent l’actualité et, surtout provoqué une levée de boucliers du côté de ses adversaires politiques, les tenants de l’article 73 de la Constitution. Ces lycéennes qui ne sont pas concernées par les polémiques qui traversent notre société à la veille de la consultation référendaire, ont trouvé les portes de l’établissement closes, ces trois professeurs annonçant qu'il n'y avait pas école, que le programme du jour consistait en une marche jusqu’à Plateau-Roy, à l’hôtel de la Région où devait se dérouler une assemblée plénière de la collectivité. Les enfants ont suivi, à pied sous le soleil, avec tous les risques que cela peut créer pour la communauté scolaire leurs professeurs: accident de la circulation, possibles échauffourées à l'occasion de cette "visite" qui avait été annoncée sur le net et pour laquelle les militants du MIM avaient fait le déplacement. Des e-mails tournants demandant aux militants et sympathisants de se mobiliser pour "la défense" de la Collectivité. On voit le risque qu'il y avait, dans ce contexte bien particulier, à ainsi instrumentaliser cette jeunesse sur une question tout à fait politique, le conflit ouvert entre deux hommes.

Et surtout dans le cadre d’une action où un responsable du problème que pose la reconstruction du Lycée est désigné avec toute l’autorité que confère la fonction de professeur, puisqu’ aucune proposition de cortège n'a été faite pour se rendre auprès de l'édilité à la mairie de Fort de France.

La réaction de Claude Cayol, nous a-t-il dit a été celle d'un grand-père choqué d'une telle attitude de la part d'enseignants qui sont par ailleurs ses "collègues", puisqu'il a fait sa carrière ... au Lycée Schœlcher ! Il nous a dit avoir pris le micro et face à ces professeurs goguenards et provocateurs, eu ce mot malheureux.

Ceci dit, il suffit de se présenter à la sortie du Lycée pour constater, de visu, que les professeurs concernés ne font pas le choix de la rigueur vestimentaire qui sied à leur fonction d'éducateurs de nos petites têtes grainées. Nos enfants qui, sous l'effet de la mode, ont plutôt tendance à opter pour le plus débraillé que possible!

Si l'habit ne fait pas le moine, (ni la cravate le professeur), je me souviens encore de mes "maîtres", Monsieur Filiole ( et son costume en drill empesé du premier jour d'école à la sortie) ou encore le professeur de mathématiques, Monsieur Dimbour, Monsieur Bernabé professeur de Français toujours en costume ... D’autres avec leur chemise veste bien empesée pour donner l'exemple de la propreté et de la rigueur.
Des fautes professionnelles d’une certaine gravité ont été commises par ces enseignants, par l'administration du Lycée Schœlcher, en gardant closes les portes du lycée ce jour-là. Ce personnel de l’éducation nationale qui intervient avec fracas dans l'arène politique par le biais de la querelle du Lycée Schœlcher en instrumentalisant une jeunesse en quête d’idéal. Ces actes d’une très grande gravité, prémédités dans le cadre d’une action réfléchie et politique ne doivent pas être occultés par la bévue d'un grand-père meurtri, et homme politique aussi, il est vrai qui a réagi à ce qu’il a trouvé extrêmement choquant.

Voici donc une affaire qui a des aspects de nature "sociétale" – vilain mot, mais qui exprime bien le problème - dont il convient de mettre en exergue différents points:

C’est tout d’abord le rôle et la fonction de ces enseignants en Pays-Martinique, dans la problématique d'une éducation axée sur les programmes "nationaux", à l’attention d’une communauté néanmoins concernée par la conservation de nos valeurs.

Parmi ces valeurs « éducationnelles » on inclut un habillement correct, une hygiène corporelle stricte, les cheveux coupés etc.
C’est aussi le respect de la fonction unificatrice de l'Ecole, qui ne doit pas être le lieu des divisions que l’on retrouve dans la société.
L’école lieu sacralisé de la laïcité socle des valeurs républicaines (savoir la non immixtion de l'école dans le politique, le religieux).

L’école c’est encore l’espace élu de l’'exemplarité : celle des aînés, du maître autre dépositaire privilégié de cette autorité. Ne rentre pas dans l’apprentissage « civique » de faire des jeunes lycéens se rendre dans une enceinte politique pour interrompre dans le désordre, sans y être invité, une plénière solennelle de la Collectivité. C’est là plutôt une initiation à la révolte violente, à la contestation « physique ». Au bruit et à la fureur maux dont ce pays souffre tant par ailleurs…

Ainsi si chacun de nous se sent vocation à devenir inquisiteur de la société Martiniquaise, il faut procéder à une analyse globale de la situation et ne pas dénoncer de façon mécanique, sans subtilité ces propos d’un parent outré, tirés de leur contexte.

Il faut que le recteur rappelle à l’ordre ces enseignants qui confondent action pédagogique et action politique. Manipulation et éducation. Cela suffit maintenant. Que les parents dont les enfants sont scolarisés au Lycée Schœlcher fassent savoir leur indignation face à de tels comportements de la communauté éducative de cet établissement.
Et puis qui sème le vent récolte la tempête. C’est à l’aune de ces principes que les propos de Claude Cayol doivent être jugés.

{{Gérard Dorwling-Carter}}

(Avocat)

Connexion utilisateur

CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain afin d'éviter les soumissions automatisées spam.

Pages