Accueil

Renouer avec l'espérance d'un certain 13 décembre 2015... (5è partie)

Raphaël CONFIANT
Renouer avec l'espérance d'un certain 13 décembre 2015... (5è partie)

   Le moment tant attendu est donc arrivé.

   Le jour de la victoire est là, le soir plutôt, sur cette place du Nègre Marron, au Lamentin, où, en ce dimanche 13 décembre 2015, près d'un millier de partisans s'est rassemblé, malgré d'abord une "pluie-fifine", suivie d'une pluie drue, entrecoupées d'accalmies. 54,4% des voix aux second tour de cette élection pour la toute nouvelle collectivité la CTM (Collectivité Territoriale de Martinique) qui sera dotée des pouvoirs tout à la fois de feu le Conseil régional et feu le Conseil général ! 12.000 voix d'écart entre les vainqueurs et les vaincus !

   Le leader de la liste gagnante, le GSPBPAC (GRAN SANBLE POU BA PEYI-A AN CHANS), Alfred MARIE-JEANNE, entouré des chefs des différents partis composant cette étonnante coalition, va prendre la parole. Mais il la laisse d'abord à ceux-ci qui, chacun à tour de rôle, prononcera une brève allocution pleine d'émotion. Comme si certains d'entre eux ne croyaient toujours pas à leur victoire. Comme s'ils n'en croyaient toujours pas leurs yeux. Pourtant tout au long de la campagne électorale avant l'élection et dans l'entre-deux tours, un incroyable engouement populaire avait accompagné les meetings de la liste gagnante...

   Il importe d'insister sur cet engouement car il a été assez largement sous-estimé, voire passé sous silence par la plupart des médias. Partout où le GRAN SANBLE, puis le GRAN SANBLE POU BA PEYI-A AN CHANS, sont venus porter la parole au peuple, y compris au Grand Carbet de Fort-de-France, partout les Martiniquais ont accourus en masse. Signe d'un ras-le-bol de la politique menée par le PPM/EPMN à la Région ? Simple curiosité ? Attirance pour la formidable rhétorique (surtout en créole) d'Alfred MARIE-JEANNE et (surtout en français) de Claude LISE ? Bouche à oreille qui fit, qu'au fil des semaines, de commune en commune, le public se mit à grossir ? Toutes ces explications sont valables et concomitantes. En tout cas, les photos sont là. Elles sont la preuve par neuf de cet engouement sans précédent...

   Petite parenthèse : un lecteur me demande pourquoi rappeler tout cela alors qu'on le trouve écrit et (décrit) en long et en large dans le livre que j'ai co-écrit avec L. BOUTRIN, livre intitulé "DECEMBRE 2015. UNE NOUVELLE PAGE DANS L'HISTOIRE DE LA MARTINIQUE" publié chez CARAIBEDITIONS il y a bientôt deux ans. Eh bien pour deux raisons : d'abord, parce que l'on sait très bien qu'un gros livre de 250 pages a forcément moins de lecteurs qu'un article ou, plus exactement dans le cas présent, une série d'articles courts, publiés, en outre, sur un site-web dont l'accès est gratuit alors qu'un livre, il faut l'acheter ; ensuite, deuxième raison plus importante, c'est qu'en tant que membre du petit parti MARTINIQUE-ECOLOGIE, je me suis impliqué à fond dans la campagne électorale, distribuant des tracts et notamment le programme du GRAN SANBLE, faisant du porte-à-porte, prenant la parole dans divers meetings (Ducos, Rivière-Salée etc.) et j'ai donc parfaitement le droit de demander des comptes à ceux que NOUS avons élus ! Ils peuvent faire semblant d'avoir été élus tout seuls et d'avoir désormais tous les droits, mais dans ce cas-là, moi aussi, j'ai le droit d'écrire tout ce que je veux.

   Cette deuxième raison est plus importante encore que la première car mon objectif est de démasquer les "tueurs d'espérance", ceux et celles que j'estime avoir trahi la formidable espérance née lors de NOTRE victoire du 13 décembre 2015. On aura compris que je n'écris pas là en tant que journaliste (ce que je ne suis pas) ni en tant que simple observateur ou commentateur de la vie politique martiniquaise, mais en tant que MILITANT qui s'est impliqué dans le combat du GRAN SANBLE comme il s'était impliqué auparavant dans le combat pour l'Article 74, comme il s'était impliqué encore plus loin dans le passé pour l'UPAP et en remontant le fil du temps, pour GRIF AN TE, ANTILLA, l'ASSAUPAMAR etc... Je ne suis pas en train de dresser un palmarès de militant, mais de rappeler que la victoire est celle de TOUS LES MILITANTS, pas celle uniquement de ceux et celles qui ont été élus. Ce n'est pas parce que cela ne m'a jamais intéressé de me positionner, en plus de trente années de militantisme, sur une quelconque liste pour occuper un quelconque poste d'élu, ce n'est pas parce que je n'ai jamais mis les pieds à Plateau Roy depuis le 13 décembre 2015, que certains élus (es) doivent s'imaginer qu'une fois les élections passées, nous, les simples militants, n'avons plus qu'un seul droit : coudre notre bouche. Nou pa Neg-zot ! D'autant que le niveau intellectuel de certains et leur peu d'ardeur au travail ne justifient pas la place qu'ils occupent dans l'hémicycle. Bref...

   Je pointerai donc du doigt donc dans les articles à venir les manœuvres des "tueurs d'espérance"...

   Revenons donc, après cette nécessaire parenthèse, à la Place du Nègre marron, au Lamentin, au moment où le futur président du futur conseil exécutif de la future Collectivité Territoriale de Martinique, Alfred MARIE-JEANNE, s'apprête à prononcer le discours de la victoire. Il a laissé, en vrai leader qu'il est, s'exprimer les dirigeants des autres partis du GSPBPAC et c'est derniers l'ont fait avec émotion et justesse, le visage embué, non pas par des larmes (encore qu'elles n'eussent pas été incongrues en la circonstance), mais par une pluie intermittente quoique finalement point trop agaçante. La foule en tout cas demeure stoïque et son enthousiasme est intact. Sans doute là encore, le millier de partisans présents ce soir-là a-t-il oublié les mots de CHABEN. Les voici donc :  

     "Martiniquaises, Martiniquais,

L’histoire est en marche et nul ne l’arrêtera !

Vous avez voulu de cette unité, Nous l’avons fait !

Merci de votre confiance !

La Martinique va pouvoir parler d’une seule voix, car la confiance est maintenant restaurée !

Nous avons su dépasser nos différences idéologiques pour défendre l’intérêt supérieur de la Martinique.

Je rends hommage à tous les Martiniquaises et les Martiniquais qui se sont déplacés pour voter puisque dans le même temps, nous avons fait reculé l’abstention."

   On aura noté dès les tous premiers mots le terme "Unité" et l'expression "dépasser nos différences idéologiques dans l'intérêt supérieur de la Martinique". En effet, s'il est relativement facile à des états-majors de partis politiques différents de s'asseoir autour d'une table, de discuter, même durant une dizaine d'heures comme ce fut le cas pour le "pacte de mandature" entre le GRAN SANBLE et BA PEYI-A AN CHANS, et finalement de parvenir à un accord, plus difficile, beaucoup plus difficile, est pour l'électeur indépendantiste-lamba de mettre un bulletin dans l'une pour une liste sur laquelle figurent MONPLAISIR et LAVENTURE. De même qu'il est très difficile pour l'électeur de droite-lambda de voter pour une liste menée par MARIE-JEANNE et sur laquelle figurent CAROLE et LEOTIN. Pourtant c'est ce que plus de 80.000 électeurs-lamba venaient de faire ! C'est donc qu'au sein du peuple, il y avait un désir d'unité ou en tout cas de dépassement des divergences idéologiques...    

    Continuons donc à réécouter le discours de CHABEN sur la Place du Nègre marron ce dimanche 13 décembre au soir devant ce millier de partisans du GSPBPAC survoltés :  

   "Je tiens à remercier tous ceux qui se sont mobilisés autour de notre liste d’union GRAN SANBLE POU BA PEYI-A AN CHANS : 83 541 électeurs et électrices ont porté leur suffrage sur notre liste, soit 54,14 % des exprimés.

La situation du pays exige de nous des réponses concrètes en termes de redressement économique, d’emploi, d’éducation et formation de nos jeunes, d’accompagnement de nos ainés…

Le résultat de ce soir et la situation du pays exige de nous que nous restions humbles, car je mesure le poids des responsabilités qui pèse sur nos épaules.

Nous saurons, grâce au contrat de mandature avec la liste Ba Péyi-a an Chans conduite par Yan Monplaisir, relever les grands défis qui nous assaillent."

   Pas de triomphalisme, déclare d'emblée le leader du GSPBPAC ! Certes, l'adversaire a été vaincu, écrasé même si l'on se réfère aux différents sondages de nos chers commentateurs et journalistes qui, tous et toutes, donnaient S. LETCHIMY et le PPM/EPMN vainqueurs dès avant le 1er tour ainsi qu'au soir de ce même 1er tour. Ils peuvent faire semblant aujourd'hui de n'avoir jamais pronostiqué ladite victoire, mais les téléspectateurs ont tous en tête l'image de tel "grand" sondagier dont le teint à commencer à virer au grisâtre ou de ce tout aussi "grand" journaliste-radio dont la voix à commencer à trembloter lorsqu'il était devenu évident, au fur et à mesure, que tombaient les résultats des grosses communes, que leur poulain, à savoir la liste PM/EPMN, avait été envoyée dans les choux. Pa fè nou'y atjelman, lé-ga ! comme on dit en créole...

   Alfred MARIE-JEANNE a alors continué comme suit :   

    "Dans ce monde bouleversé traversé par le fanatisme, les conflits,  les guerres et les différents défis écologiques, la Martinique a besoin d’être UNIE pour faire face à l’avenir.

      Unie face au gouvernement français.

      Unie face à l’Union européenne.

      Unie pour mieux négocier notre insertion dans la Caraïbe.

    Pour une Martinique plus apaisée et plus solidaire autour de l’éthique et de la morale enfin retrouvées, dès demain, nous nous engageons à mettre en œuvre notre contrat de mandature.

    Au cœur de notre engagement commun pour la Martinique et les martiniquais, il y a un impératif démocratique garantissant les libertés fondamentales de tous.

    Il convient dès lors, de saisir avec lucidité et détermination, l’opportunité historique qui nous est offerte de parler d’une seule voix.

   Vive le GRAN SANBLE POU BA PEYI-A AN CHANS !

   Vive l’unité retrouvée du peuple martiniquais !

   Vive la Collectivité Territoriale de Martinique !

   Vive la Martinique !"

   Quand on réécoute, ou plutôt relit, ce discours, on se rend compte que le leader du GSPBPAC y a prononcé pas moins de cinq fois les termes "unité" ou "unie". Aucun triomphalisme donc ! Il est important d'insister sur ce point car cet appel, s'il s'adressait à tous les Martiniquais, y compris aux électeurs de la liste adverse PPM/EPMN, s'adressait également, de manière subliminale, à ceux et celles qui avaient plusieurs mois auparavant cherché à diviser, de manière tantôt sournoise tantôt ouverte, le GRAN SANBLE en voulant écarter ceux qu'ils qualifiaient de "vieux". Car le 13 décembre 2015, ce n'est pas seulement le PPM/EPMN qui avait été battu, mais aussi ces comploteurs, mais aussi le G20 ! Ces gens venaient d'être élus certes, mais paradoxalement, ils avaient reçu une calotte car le chef des "vieux" leur avait démontré qu'il avait eu raison de ne pas céder à leurs pressions. Mais ces "vainqueurs-vaincus" représentaient un futur danger pour la majorité qui gouvernerait la CTM quand bien même ils appartenaient à cette même majorité. N'essaieraient-ils pas, une fois, la Collectivité mise en place, une fois le rythme de croisière de cette dernière trouvée, de reprendre petit à petit du poil de la bête et de réactiver leur G20 ?...   (A suivre)

                   

Commentaires

Véyative | 28/12/2017 - 20:45 :
Oui, ne pas tuer notre formidable espérance. On ne s'en relèvera pas de sitôt!

Pages