Accueil

Renouer avec l'espérance d'un certain 13 décembre 2015...(4è partie)

Raphaël CONFIANT
Renouer avec l'espérance d'un certain 13 décembre 2015...(4è partie)

    Soudain, la pluie qui "fifinait" sur la Place du Nègre Marron, au Lamentin, s'arrête, en ce dimanche 13 décembre 2015 dans la soirée. Presqu'au moment même où les résultats définitifs de l’élection de la CTM (Collectivité Territoriale de Martinique) sont annoncés par les médias. D'abord, un bref moment de stupeur devant l'ampleur du score (plus de 54% des suffrages et 12.000 voix d'écart entre les deux listes en course) et puis, une explosion de joie. Une liesse indescriptible ! Combien sont-ils ce soir-là sur cette modeste place ? Mille ? Deux mille ? Impossible de le savoir tant les gens sont tassés les uns contre les autres et tellement ils s'agitent en tous sens. Simples sympathisants ou militants aguerris, jeunes et vieux, femmes comme hommes. Des "Nou pwan yo sans lajan ! Nou pwan yo san lajan !" (Nous les avons battus sans distribuer de l'argent !) fusent parmi les "Vive CHABEN !". Et c'est alors que, depuis la permanence du député Alfred MARIE-JEANNE, située trois rues en amont, le cortège des leaders des différents partis (presque tous en chemise blanche !) fend difficultueusement la foule, se serrant les uns les autres par la main, CHABEN au milieu d'eux, telle une garde prétorienne...

   LA VICTOIRE EST DONC LA !

   La victoire inespérée ! Inespérée au vu du score, modeste, du premier tour. Au vu aussi et surtout de l'incertitude autour du "pacte de mandature" signé entre le "GRAN SANBLE" et "BA PEYI-A AN CHANS" dont on n'était pas sûr qu'il ait convaincu les électeurs, décrié et tourné en dérision qu'il avait été par certains journalistes et naturellement par le camp d'en face à savoir le PPM/EPMN. Le "mariage de la carpe et du lapin", comme l'avait qualifié ce dernier tournerait-il en eau de boudin ? D'ailleurs, il est bon de s'arrêter quelques instants sur le document en question qui est davantage, si l'on tient à filer la métaphore matrimoniale, un PACS qu'un acte de mariage. Que dit-il en fait ? Ceci tout d'abord :

 

   "ARTICLE 1.

     Les Listes GRAN SANBLE POUR FAIRE REUSSIR LA MARTINIQUE et BA PEYI-A AN CHANS s'engagent à assurer :

  

      . Article 1. Le redressement économique et social de la Martinique à partir de trois grandes mesures d'urgence permettant :

                           . d'assurer la relance économique par une politique de grands chantiers structurants.

                           . de mettre en place des mesures d'urgence en faveur des petites et moyennes entreprises.

                           . relancer un Plan de Développement de l'Economie Sociale et Solidaire autour des associations,

                             des coopératives et des mutuelles."

 

     (Pour lire la totalité du pacte de mandature, cf. l'ouvrage de L. BOUTRIN et R. CONFIANT, "DECEMBRE 2015. Une nouvelle page de l'histoire de la Martinique", Caraibéditions)....

       La foule exaltée, au soir de cette victoire acquise ce 13 décembre 2015, au deuxième tour de l'élection territoriale, avait-elle lu ce document ? Connaissait-elle dans les détails les articles de ce pacte de mandature ? Il est permis d'en douter. Mais dans l'entre-deux tours, les leaders des différents mouvements tant du GRAN SANBLE (MIM, RDM, PALIMA, PCM, CNCP et MARTINIQUE ECOLOGIE) que de BA PEYI-A AN CHANS (droite et centre) s'étaient employés à les expliquer dans les médias, mais surtout dans les meetings communs. Trois articles en particulier sur les 8 que comptait l'accord avait été ainsi martelés, outre l'ARTICLE 1 déjà évoqué plus haut ; l'Article 3 sur "Le retour à une gestion saine et équilibrée des finances publiques", tout un chacun connaissant la propension dépensière du PPM (dont il était difficile d'oublier qu'il avait légué, en 1992, un Région exsangue financièrement au communiste Emile CAPGRAS) ; l'Article 6 qui réservait 3 sièges au sein du futur Conseil exécutif à BA PEYI-A AN CHANS et enfin l'Article 8 annonçant un "Pacte de stabilité statutaire durant la mandature", expression alambiquée indiquant tout simplement que les indépendantistes du MIM, du PALIMA et du CNCP et les autonomistes du RDM et du PCM renonceraient provisoirement, jusqu'en 2021 donc, à leur principal mot d'ordre. Une sorte de "Moratoire" donc qui ne disait pas son nom. Le même article 6 précisant ceci (qui, dans la fin de la phrase, contentait MARTINIQUE-ECOLOGIE) : "La priorité étant donnée au redressement économique et social de la Martinique et au respect de son environnement naturel". D'environnement et surtout de l'empoisonnement de 20.000 hectares de terres agricoles par ce terrible organochloré qu'est le chlordécone, il n'en avait, en effet, été qu'assez peu question au cours de cette campagne électorale. Hormis dans des dénonciations rituelles sur les tréteaux électoraux...

   La foule, sur la place du Nègre Marron, au Lamentin, ville dans laquelle le GRAN SANBLE POU BA PEYI-A AN CHANS venait de battre le PPM/EPMN alors même que le maire qui la dirige, Pierre SAMOT, était le président du deuxième parti le plus important de la coalition conduite par Serge LETCHIMY à savoir BATIR LE PAYS MARTINIQUE, cette foule se fait fourmilière au moment où Alfred MARIE-JEANNE, entouré des principaux leaders du GSPBPAC s'apprête à prononcer un discours. La pluie recommence à tomber tout soudain. Non plus "fifine" cette fois, mais drue. On sort les parapluies et pour les frileux de la gorge, les foulards. Sur les visages de Claude LISE, de Daniel MARIE-SAINTE, de Yan MONPLAISIR, de Miguel LAVENTURE, de FRANCIS CAROLE ou encore de Louis BOUTRIN, il y a autant de joie que de gravité. Cette dernière semblant même l'emporter légèrement sur la première. C'est que les listes GRAN SANBLE et BA PEYI-A AN CHANS revenaient de loin. De très loin même puisqu'au premier tour, le score de la première avait été assez moyen (30,2%) ; celui de la seconde plutôt modeste (14%) face aux quasi 39% du PPM/EPMN. Il avait fallu tout le génie politique de CHABEN, le mot n'est pas trop fort, pour renverser la table. Il avait fallu ce coup de "sèbi" audacieux qu'est l'alliance entre ces deux listes pour pouvoir briser les rêves de l'adversaire.

   Maintenant que la victoire est à, que les résultats officiels viennent d'être proclamés, CHABEN, le futur président du Conseil exécutif de la future Collectivité Territoriale de Martinique, va parler... (A SUIVRE) 

 

Pages