Accueil
Aimé CESAIRE
Frantz FANON
Paulette NARDAL
René MENIL
Edouard GLISSANT
Suzanne CESAIRE
Jean BERNABE
Guy CABORT MASSON
Vincent PLACOLY
Derek WALCOTT
Price MARS
Jacques ROUMAIN
Guy TIROLIEN
Jacques-Stephen ALEXIS
Sonny RUPAIRE
Georges GRATIANT
Marie VIEUX-CHAUVET
Léon-Gontran DAMAS
Firmin ANTENOR
Edouard Jacques MAUNICK
Saint-John PERSE
Maximilien LAROCHE
Aude-Emmanuelle HOAREAU
Georges MAUVOIS
Marcel MANVILLE
Daniel HONORE
Alain ANSELIN
Jacques COURSIL

RÉPONSE DU CONSEILLER RÉGIONAL LOUIS BOUTRIN À L'INVITATION DE L'EXPLOITANT DE L'INCINÉRATEUR

Louis Boutrin

Monsieur le Directeur Général,

J’ai bien reçu votre invitation à la fête de la Martiniquaise de Valorisation ayant pour thème « Des hommes et des Femmes au cœur du développement durable » et je vous en remercie.

Manifestement nous ne partageons pas la même littérature scientifique puisque raisonnablement l’incinération des ordures ménagères ne peut être considérée comme un process s’inscrivant dans une logique de développement soutenable.

En effet, les études d’évaluation du risque sanitaire des incinérateurs, notamment celles menées par l’Académie de médecine et par l’InVs/Affsa (Etude d’imprégnation – Etude épidémiologique - 2006), ont mis en évidence un lien statistique entre résidence à proximité d’un incinérateur et la survenue de certains cancers. D’où notre interpellation du Préfet de Région (voir PJ), en qualité de président de la CLIS (Commission Locale d’Information et de Sécurité), pour qu’il convoque cette commission et informe la population sur les risques encourus.

Or durant plus de trois ans, et en parfaite violation du droit à l’information consacré par la Constitution à travers l’article 7 de la Charte de l’environnement, le préfet n’a jugé bon, ni de convoquer la CLIS, ni d’informer la population martiniquaise. Nous attendons toujours les résultats des trois dernières CLISdemandés au Préfet par lettre datée du 5 décembre...2011 !

Dès lors, vous comprendrez que je ne puisse répondre favorablement à votre invitation et partager avec vous le clair-obscur de l’ « Esplanade des Hollandais » du Fort Saint-Louis pendant que la population de Dillon et des environs, dans la plus profonde indifférence, respire des fumées de votre installation dont les teneurs en Dioxine et Furannes demeurent à ce jour inconnues.

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Directeur Général, l’expression de ma considération distinguée.

Louis BOUTRIN

Conseiller Régional de Martinique

Post-scriptum: 
Lettre réponse adressée à La Martiniquaise de Valorisation M. Stéfan DUCENE Directeur Général Usine d’Incinération de Dillon 97 200 FORT DE FRANCE Fort de France, le 24 mai 2013

Connexion utilisateur

CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain afin d'éviter les soumissions automatisées spam.