Accueil
Aimé CESAIRE
Frantz FANON
Paulette NARDAL
René MENIL
Edouard GLISSANT
Suzanne CESAIRE
Jean BERNABE
Guy CABORT MASSON
Vincent PLACOLY
Derek WALCOTT
Price MARS
Jacques ROUMAIN
Guy TIROLIEN
Jacques-Stephen ALEXIS
Sonny RUPAIRE
Georges GRATIANT
Marie VIEUX-CHAUVET
Léon-Gontran DAMAS
Firmin ANTENOR
Edouard Jacques MAUNICK
Saint-John PERSE
Maximilien LAROCHE
Aude-Emmanuelle HOAREAU
Georges MAUVOIS
Marcel MANVILLE
Daniel HONORE
Alain ANSELIN
Jacques COURSIL

SAUVER LE SOLDAT ALEXANDRE ET AVEC LUI NOTRE PATRIMOINE

Térez Léotin
SAUVER  LE SOLDAT ALEXANDRE ET AVEC LUI NOTRE PATRIMOINE

  Laisserons-nous, et ce dans l’indifférence la plus totale se fermer les portes de la librairie Alexandre qui se trouve actuellemnt dans une situation des plus incroyables ? Resterons-nous bras croisés en face de la disparition de ce patrimoine culturel : une librairie chargée d’histoire puisque vieille de cent huit ans qui a su dispenser le savoir, nous faire côtoyer la connaissance depuis plus d’un siècle ?

   S’il n’est déjà trop tard, accepterons-nous de voir sans pincements au cœur, sans plusieurs larmes à l’œil, et surtout sans beaucoup de regrets, disparaître la plus ancienne puisqu’aussi chargée d’ans, mais surtout la Vraie Librairie, ainsi qu’aime à le répéter avec raison presque toute la population ?  Laisserons-nous la culture faire place à l’inculture et la laisser chasser par celle-ci ? Adopterons-nous encore une fois, comme le disait l’écrivain « l’attitude stérile du spectateur ? Ne serions-nous pas plutôt mal-à-l’aise lorsque nous dirons à nos enfants  «  Tu vois, ici, dans ce magasin de vêtements - si on peut appeler ce que tu vois des vêtements-  il y avait la Librairie Alexandre. On y vendait des livres. Pourquoi s’étonner alors d’entendre : Des livres ? C’est quoi ça ? 

   Sauver la Librairie Alexandre ce n’est pas sauver un homme, c’est sauver LE LIVRE, et à travers lui, s’ouvrir au monde aussi.

   Serions–nous au nom de la modernité, l’exemple parfait du peuple sans base, sans ancrage ? Serions-nous aveuglé par un seul mode de consommation ? Celle du ventre. Je ne le crois pas. Alors que faisons-nous pour donner un coup de main à la LIBRAIRIE ALEXANDRE pour la sauver ? Je suis solidaire avec tous ceux qui comme monsieur Fred Louison, comme aussi l’association K@KO voudraient ne pas voir ce pan de la culture sombrer. 

   Terez Leotin 

   terezleotin@live.fr

Pages