Accueil

Scandale des Archives régionales et du CEREGMIA : la pitoyable défense de Serge Letchimy

 Scandale des Archives régionales et du CEREGMIA : la pitoyable défense de Serge Letchimy

   Après les révélations faites par le quotidien FRANCE-ANTILLES dans son édition du samedi 10 mars à propos des archives régionales pour lesquelles un accord illégal avait été passé entre  l""UAG-CEREGMIA" et l'ex-Conseil régional en la personne de son président Serge LETCHIMY, ce dernier a publié un communiqué pour tenter de se justifier.

   Un pitoyable communiqué ! Qui prend TI SONSON pour un con en plus.

   D'abord, il écrit qu'il "a été entendu" par la justice au sujet desdites archives car il sait que TI SONSON ne sait pas qu'il existe 3 statuts pour quelqu'un lié à une affaire :

   . simple témoin ou témoin libre (Ou pa ni ayen a wè adan afè-a !).

   . témoin assisté (ou ni an rilasion épi afè-a, mé ou pé vini épi avoka'w).

   . mis en examen (autrefois "inculpé").

   Serge LETCHIMY a été entendu en temps que "témoin assisté" et non en tant que "témoin libre" !

   Continuons...

   Pour sa défense, il avance l'argument selon lequel à son arrivée a Conseil régional, il aurait trouvé 7kms d'archives qui encombraient les couloirs de l'institution et qu'il fallait évacuer en attendait la construction de la maison des archives régionales qui trainait en longueur. Sauf que le problème n'est pas là ! Ce pourquoi la justice a entendu LETCHIMY (et mis en examen Pascal SAFFACHE et Fred CELIMENE pour "recel et complicité de recel"), ce n'est pas à cause de sa tentative, sans doute louable, de chercher un lieu où déposer lesdites archives, mais d'avoir signé une convention illégale avec l'UAG-CEREGMIA.

   Nuance !...

   Le président du PPM est député depuis de longues années. Il connaît les lois et est même chargé de les voter à l'Assemblée nationale. Il ne pouvait donc pas ne pas savoir qu'une convention de plus de 90.000 euros exigeait un appel d'offres ! Impossible qu'il ne le susse point. De plus, il connaissait l'hostilité du directeur des archives de l'époque, M. DELINDE, à cet accord pour le moins spécieux, lequel directeur lui avait même présent sa démission. Et il n'a pas pu ne pas savoir qu'au bout du compte, Fred CELIMENE et sa bande avaient récolté pas moins de 160.000 euros et cela pour des archives qui n'ont jamais été numérisées !

   Car cette fameuse convention était une convention de numérisation des archives régionales. Or, pas 1 page, pas 1 seule page d'archives régionales, n'avait été numérisée et cela, Serge LETCHIMY ne pouvait pas l'ignorer. Question : pourquoi n'a-t-il pas exigé de l'UAG-CEREGMIA qu'elle applique la convention ? Pourquoi n'a-t-il rien dit ? Ni rien fait.

   Réponse : le mafieux CELIMENE est membre du PPM, parti dont LETCHIMY est le président et ce dernier a toujours PUBLIQUEMENT pris sa défense...

Image: 

Pages