Accueil

SCANDALE DU SIAEAG : AMELIUS FERNANDEZ BIEN ENTOURE

SCANDALE DU SIAEAG : AMELIUS FERNANDEZ BIEN ENTOURE

   La Guadeloupe, singulièrement la Basse-Terre, subit au quotidien et cela depuis des années des coupures d'eau régulières, faisant mentir son surnom d'"Ile-aux-belles-eaux".

   Le responsable ?
 Le SIAEAG, un syndicat s'occupant d'eau et d'assainissement qui, au lieu de s'atteler à l'amélioration du réseau de distribution et sa modernisation, à la réparation des fuites etc. a permis pendant des années à ses dirigeants, notamment celui qui fut longtemps président de cette structure, Amélius FERNANDEZ, de mener la belle vie : billets d'avion par ci, séjours à l'hôtel par là, banquets de toutes sortes et le reste à l'avenant. Le détournement (les dirigeants en question sont passés devant le tribunal correctionnel de Pointe-à-Pitre ces jours derniers) a été chiffré à 6 millions d'euros. SIAEAG-CEREGMIA même combat alors ?
   Presque ! Sauf que le CEREGMIA c'est 12 millions d'euros et que les 30 responsables identifiés par les enquêtes judiciaires n'ont toujours pas eu à répondre de leurs actes devant les tribunaux.
  Le sénateur Victorin LUREL, mis en cause par certains durant les audiences du procès du SIAEAG, s'est virulemment insurgé sur les ondes contre ceux qui avaient osé sous-entendre qu'il avait pu, lui aussi, "manger" à la table du Diable, menaçant de poursuites en diffamation ses accusateurs. "Je ne me suis jamais occupé d'eau" a-t-il proclamé "et je n'ai rien à voir avec les responsables du SIAEAG !".
   L'Internet étant quelque chose d'à la fois cruel et diabolique, voici qu'on retrouve ces photos de 2009 sur lesquels on peut voir le président du SIAEAG, Amélius FERNANDEZ (à gauche, chemise grise, Serge LETCHIMY (tu fais quoi là, boug-mwen ?) et Toto LUREL avec son sourire ultra-bright habituel...
   Ah au fait, voici un petit extrait amusant du procès :  

   JUGE : « En 2009 vous avez effectué 8 trajets vers la République dominicaine et 11 vers l’Hexagone
   Est ce qu’un responsable d’un syndicat de gestion de l’eau doit se déplacer autant ? »

   A.HERNANDEZ : « J’ai du partager mes connaissance en France et dans la Caraibes »

   JUGE : Sur les frais de déplacement « dans leur principe volume fréquence et coût" était ce justifié selon vous? »

   A.HERNANDEZ : « Il n’y avait pas de voyage de complaisance ni en métropole ni dans la Caraibe. 
Tous mes déplacements ont eu lieu pour des raisons concernant la filière eau en Guadeloupe ».

   Ouais...

   Les gens de l'ex-CEREGMIA, eux, allaient eux aussi "partager leurs connaissances" avec des Haïtiens et des Vénézuéliens !...

 

Image: