Accueil
Aimé CESAIRE
Frantz FANON
Paulette NARDAL
René MENIL
Edouard GLISSANT
Suzanne CESAIRE
Jean BERNABE
Guy CABORT MASSON
Vincent PLACOLY
Derek WALCOTT
Price MARS
Jacques ROUMAIN
Guy TIROLIEN
Jacques-Stephen ALEXIS
Sonny RUPAIRE
Georges GRATIANT
Marie VIEUX-CHAUVET
Léon-Gontran DAMAS
Firmin ANTENOR
Edouard Jacques MAUNICK
Saint-John PERSE
Maximilien LAROCHE
Aude-Emmanuelle HOAREAU
Georges MAUVOIS
Marcel MANVILLE
Daniel HONORE
Alain ANSELIN
Jacques COURSIL

SE MONTRER AU MONDE...

SE MONTRER AU MONDE...

   Se montrer au monde ! L’idée  m’est venue cette semaine alors que je descendais en ville.  Le chantier du Lycée Schœlcher avait dégagé l’horizon  et depuis le morne Abélard, Foyal s’annonçait bruissant, sous un ciel d’un bleu intense, sur les quais, trois paquebots remplis de visiteurs d’un jour, stationnaient au large. Et cette ville  mienne, que les poètes disent plate et menteusement souriante, m’est apparue au  contraire, furieusement belle. Aussi me disais-je,  de quelle énergie et  quelle détermination nous manquent  t-il pour se montrer au monde 

  S’ il est vrai que nos entrepreneurs ont à nouveau l’envie d’entreprendre et qu’une volonté de construire les anime, si pour ceux de  la génération trentenaire,  qui regagnent  un à un, leurs pénates, la tête remplie de  connaissances, le cœur débordant d’envie et de désir pour bâtir une économie humaine fiable et propre aux nécessités de notre société. Comment comprendre que face à cette volonté du  meilleur,  les médias locales, dont l’organisation n’a pas changé depuis les années soixante, ne veulent pas  cesser de nous abreuver chaque soir, cette image haïssable d’un peuple toujours et toujours coincé dans les mêmes  affres d’une  assimilation sans cesse régénérées par des dirigeants d’un autre temps et d’une politique archaïque.  Tous les jours Télé-Martinique et ATV déversent dans les foyers  le bilan des journées de conflits, et les vieilles mœurs héritées de la plantation.

   Quel est ce plaisir de nous  cacher les avancées de ce sang neuf  pour qui, bien d’entre nous ont  sué sang et eaux ; Elle est cette génération  en capacité désormais de créer et de construire ce monde en mouvement, confronté  à des enjeux et des défis majeurs. L'avènement du numérique et l'arrivée de nouveaux supports de communication contribuent à cette mutation accélérée des métiers et des compétences.  Il y a ça et là des startups qui  fleurissent, sur notre île  Les premières cherchent et trouvent des solutions simples pour la gestion des déchets, d’autres   besognent à la protection de la flore et de la faune si rare ailleurs, d’autres encore sont plongées dans de la recherche.  Sous des anglicismes se cachent des métiers en pleine ascension et  dont nos îles seront bénéficiaires avant les autres puisque nous n’avons rien. Toutes ces nouveautés qui sont la lumière de demain, demeurent cachées.

On leur  préfère, les aboiements syndicalistes  qui n’en de nom  que l’adjectif. A longueur de journées sur Martinique Première et Atv  , il n’est question que de méfaits orchestrés par les  dirigeants de ce territoire. 

  Qui peut comprendre que l’année 2018 est  déjà dans nos aubes et que le  TCSP est toujours à l’arrêt, entravant les déplacements dans le centre et sa conurbation ? Comment expliquer au monde que le parc régional qui place la Martinique  dans les 34 sites mondiaux de la biodiversité, ce parc si nécessaire à l’emploi dans ce pays ,  se trouve en but à des chimères d’un autre temps, car dit-on, le DGS un des nombreux  petits chefs  de nos grandes entreprises  à décider que le poste qu’il occupait  était inamovible, malgré une  gestion  de sa part déficiente ? 

  Que dirait  le Jupiter de notre pays  France. A coup sur, il  prendrait son  air au-dessus de la moyenne, et  nous balancerait joyeusement comme il aime à le faire, que lui président,  n’est pas là pour gérer les errements d’un chef de service, d’un territoire qui sait se la jouer indépendantiste quand ça l’arrange 

   Et, je vous le dis, Monsieur Jupiter aurait raison car s’agissant du PNRM,  il s’agit bien  là,  d’une foutue  couillonnade. 

   Et nous ? Probablement sidérés face à de tels  comportements,  regardons-nous  avant de nous laisser endormir par les télés.  Que veulent de nous toutes les confédérations syndicales confondues ? La situation pour la défense des travailleurs en Martinique,  va-t-elle se muer en une espèce de fonctionnement  du « fouté fè » ?  Allons nous supporter longtemps ces  pratiques de géreurs d’un autre temps, nous  qui nous nous sommes battus si fort  pour que l’on respecte le travail et son organisation. 

   Je dis puisque la télé déménage la belle Clairière,  qu’elle a choisi le décor moderne de l’immeuble Lumina Sophie, elle doit faire aussi le choix de nous montrer au monde,  En même temps que  la vie de l’île , je parle de ceux de l’ombre   artisans pour une Martinique qui se bouge et qui prépare demain.

Pages