Accueil

SÉ POL TIKITAK LA

Par Térèz Léotin

Lorsque le 12 janvier 1934 l'on a retrouvé le corps d'Aliker échoué sur le rivage de Fond-Bourlet à Case-Pilote, il venait de se suicider, après avoir pris la grande précaution de se nouer les bras dans son dos, ceci pour ne pas changer d'idée. À l'évidence, ce n'était déjà pour l’époque qu'un pauvre kamikaze avant l’heure, pas de quoi en faire une affaire ... Aliker. 

Lorsqu'après le mouvement des ouvriers de 1974, on va retrouver le 16 février 1974, la dépouille couverte de brûlures de cigarettes, de Georges Marie-Louise, un jeune ouvrier maçon de 19 ans, ce ne seront là que des ecchymoses post-mortem qu'il avait eu la sage idée de s'infliger pour mieux brouiller les pistes.

"Yé krik ! yé krak, kon Pol Tikitak té di pou défann kòy adan an zafè goumen : misié li jij sé kanmarad la, li menm, ki mòdé zorey li." (Comme le disait Paul Tikitak pour se défendre, suite à une bagarre : mon adversaire s'est mordu l'oreille lui-même.")

Lorsqu’après l'explosion qui a causé la catastrophe de l'usine nucléaire de Tchernobyl le 26 avril 1986, il n'y a eu aucun effet sur le territoire français, c'est parce que le nuage radioactif, d'une intelligence "électromagnétique" calculée, a su par une présence d'esprit incroyable, freiner son avancée autant que son élan et cela de justesse, en arrivant aux portes de la France. Il va la contourner pour éviter de venir contaminer ce peuple contre lequel ce nuage n'avait aucune animosité. On vous l'a raconté.

"Yé krik ! yé krak ! Pol Tikitak vòlè kochon.

Dernièrement, on nous a fait savoir qu'il n'y avait pas du tout de produits toxiques dans le Cosette que l'on a « océanisé » au large du Prêcheur le 14 novembre 2014. Alors, puisqu'il n'était nullement dangereux, nous ne comprenons toujours pas pourquoi on ne l'a pas coulé dans la rade de Fort-de -France. Ah oui ! Il fallait préserver les touristes de sa présence au fond de la baie et tant pis pour les bitakos de la campagne du Prêcheur. Krik !

On vous l'a suffisamment répété. Il n'y a pas de chloredécone dans l'eau que nous buvons. On nous l'a ressassé jusqu'à plus soif.

Aujourd'hui, il n'y a pas de chloredécone dans la cassonade du Galion. Personne de mauvaise foi, pourquoi ne voulez-vous pas entendre ? Pourquoi vouloir casser de gros morceaux de ce précieux sucre sur le dos des "Sucriers" ? Vous n’y parviendrez pas, c’est du bon grain roux.

Pas de quoi aller se saouler, non plus, pour oublier un problème qui n'existe nullement. Il n'y a qu'une quantité infime de chloredécone dans le rhum. Yé krak !

Consommateurs, concevez-le, donc. Il n'y a pas … Il n'y a rien... RIEN de RIEN. Il n'y a même pas d'affaire CEREGMIA, maître Untel, sur son barreau perché nous l'a jakoté moult fois. Krik ! Pourquoi vous entêtez-vous ?

Par contre il y a des intérêts à préserver au détriment de la santé publique, et il y a surtout une véritable épidémie de cancer de la prostate en Martinique.

Ce ne serait là qu'une simple petite contamination, qu'une contagion anodine. Rien de méchant. Pas de quoi s'inquiéter, disent-ils ! Il n'y a vraiment pas de quoi fouetter sa conscience.

Ay konprann an bagay, lè Ti Sonson vòlè an zoko lanmori, sé li, sé li menm, é sé bien li. (Ti sonson qui vole une aile de morue est coupable, lui, et bien coupable.)

 

Térèz LÉOTIN

Pages