Accueil

SOLIDARITE AVEC LES CINQ CUBAINS EMPRISONNES AUX USA

Paul Quellery-Selbonne

Il nous ait arrivé d’entendre la Presse guadeloupéenne s’apitoyer sur le sort des cubains vivants dans leur pays en évoquant l’absence des libertés et un manque de respect vis-à-vis des droits fondamentaux de l’Homme. Depuis quelques années, la Guadeloupe par l’action des collectivités Régionale et Générale fait mine de vouloir échanger avec l’île de Fidel Castro, sans trop dévoiler leurs finalités. Cependant, il y a des problèmes cruciaux auxquels la grande île est confrontée et qui ne trouve pas le soutien des décideurs locaux. Cuba a besoin plus que jamais du soutien de la communauté internationale dans laquelle nous sommes. La situation des cinq cubains emprisonnés aux Etats-Unis ne semble surtout pas troubler le sommeil de nos prétendus progressistes et démocrates, les soient disant épris de justice et du respect des valeurs universelles.

Depuis le mois de septembre 2011, le Parti communiste Guadeloupéen et l’association les Amis de Cuba donnent rendez-vous aux Hommes épris de justice, chaque 1er vendredi du mois, durant une heure, au pied de l’anneau brisé, Place de la Mairie de Pointe-à-Pitre. C’est un engagement pris et qui fait partie d’un élan international, pour informer la population des agissements de la Justice américaine et de son gouvernement à propos de l’incarcération des cinq cubains qui pistaient un réseau de terroristes afin de les dénoncer à l’Etat Américain. Les 5 ont infiltrés les groupes terroristes qui opèrent contre Cuba depuis la Floride, ils informaient le gouvernement cubain des attentats en préparation contre le pays. Ils ont empêché ainsi que des actions de ce type se produisent sur le sol cubain. Ironie du sort et la haine aidant, ce sont eux qui ont été considérés comme étant des terroristes activistes travaillant pour le compte de leur gouvernement.

La procédure a été arbitraire, politisée et manipulée. Les conditions dans lesquelles se sont déroulées l’arrestation et la procédure menée contre les 5 prouvent que la justice aux Etats-Unis a été bafouée en violation de ses propres lois et aussi du droit international.

Le 27 mai 2005, le groupe de travail des Nations Unies sur les détentions arbitraires, après avoir examiné les arguments avancés par les proches des 5 et par le gouvernement des USA, a déclaré arbitraire la détention des 5 et a appelé le gouvernement des USA à prendre les mesures qui s’imposent pour mettre fin à cet arbitraire.
Le groupe de travail a déclaré que, compte tenu des faits et des circonstances dans lesquelles le procès a eu lieu, de la nature des charges et des peines sévères infligées aux accusés, l’incarcération des 5 viole l’article 14 de la Convention internationale des droits civiques et politiques dont les USA sont signataires. Le 11 janvier 2006, Amnesty International a communiqué au gouvernement des USA sa préoccupation sur les « doutes sérieux qui existent au sujet de la justice et de l’impartialité avec lesquelles les sentences ont été édictées » contre les 5.
Les gens réagissent et manifestent leur solidarité partout dans le monde. Déjà, 9 Prix Nobel et plus de 6000 intellectuels du monde ont adressé au Procureur général des Etats-Unis (Attorney General) une lettre exigeant la libération des 5.

Plus de 900 Parlementaires du monde ont exprimé leur appui aux 5 en adressant des motions et des lettres au gouvernement des Etats-Unis pour réclamer leur libération. En février 2006, 110 parlementaires britanniques ont signé en compagnie du Prix Nobel Harold Pinter, une lettre au ministre de la justice des Etats-Unis pour demander la libération des 5.

Le 5 juillet 2006, le tribunal International Benito Juarez a remis son prix international aux 5 pour rendre hommage à leur lutte infatigable en faveur de la paix, de la justice et contre le terrorisme.

Ce sont ces informations que les organisateurs sont venus transmettre à la population. Le Président de l’association Les Amis de Cuba, Gaston Gontour, le Secrétaire Général du Parti Communiste Guadeloupéen et le modérateur du meeting Fred Sablon ont mis à nu, la politique néfaste des Etats-Unis d’Amérique, grand défenseur de la paix et des libertés dans le monde par les armes et les bombes. Malgré tous les appels adressés au Président Obama, il se casse des brindilles dans les oreilles pour ne pas entendre et il se masque le visage pour faire fi de n’avoir rien vu. Beaucoup d’espoir s’était reposé sur lui croyant qu’il y aurait de meilleurs rapports avec Cuba, voir même une évolution politique des Etats-Unis pour mettre un terme au blocus, rien de tout cela car c’est aussi un produit fini du système. Les organisateurs ont donné rendez-vous au vendredi 2 Mars. Souhaitons que la Presse locale s’y intéressera et que les guadeloupéens épris de justice seront beaucoup plus nombreux.

Paul Quellery-Selbonne + photos

Pages