Accueil

STATUES DE SCHOELCHER OU COMMENT FAIRE RECULER L'IDEE D'INDEPENDANCE

   STATUES DE SCHOELCHER OU COMMENT FAIRE RECULER L'IDEE D'INDEPENDANCE

 Les assimilationnistes, partisans de notre appartenance à la France ad vitam aeternam, devraient se réjouir et non s'indigner de la destruction des statues de Schoelcher.

 En effet, ces actes imbéciles, qui démontrent que le noirisme a touché le fond, n'auront qu'une seule et unique conséquence : faire encore davantage peur aux Martiniquais de l'idée d'indépendance ou de l'indépendance tout court. Déjà qu'en 2010 ce petit début de commencement d'autonomie que pouvait être l'Article 74, ils l'avaient rejeté à plus de 78%, on imagine les résultats d'un éventuel référendum sur l'indépendance. Là, ce serait non à 99% si l'on en juge par la réprobation unanime, exprimée notamment sur les réseaux sociaux, des destructions de statues de Schoelcher.
 Car, enfin, la mission d'un indépendantiste, c'est quoi ? D'abord et avant tout dissiper cette peur de l'indépendance chez les Martiniquais. Et en quoi faisant ? En crédibilisant l'idée d'indépendance de manière très concrète : quelle monnaie utiliserons-nous ? qui paiera les pompiers, infirmières, enseignants, policiers, magistrats etc ? quel système politique on compte mettre en place ? Comment sera organisée l'économie ? Quelles relations établir avec la désormais ex-puissance coloniale et avec l'Europe dont elle fait partie ? Quels pays "frères" pourront nous aider à faire nos premiers pas sur le chemin de la souveraineté ? Etc...
 Evidemment__et c'est là que nos indépendantistes officiels toutes tendance confondues pêchent__pour répondre à ces différentes questions et pouvoir présenter un programme crédible aux yeux du peuple, encore faudrait-il que l'on s'intéressât au fonctionnement concret de pays indépendants similaires aux nôtres, généralement connus sous l'appellation de "micro-états insulaires". Il en existe tout plein à travers le monde : dans notre Caraïbe ; en Afrique (Cap-Vert, Sao-Tome) ; dans l'océan indien (Maurice, Seychelles, Maldives) ; en Asie (Singapour, Timor oriental) ;  dans le Pacifique (Vanuatu, Fidji). Il ne s'agit pas de copier, de "copier-coller", ce qui se fait dans ces pays, mais d'en tirer des leçons pour notre future indépendance.
 En ne faisant pas ce travail et en se perdant dans des discours idéologiques grandiloquents, marqués au coin du marxisme, nos indépendantistes ont offert un boulevard aux noiristes. Ces derniers, en effet, on beau jeu de les accuser de gérer le système en place et de ne rien faire pour essayer de le bousculer. Ce qui n'est pas totalement faux malheureusement. Sauf que lesdits noiristes, eux, ne parlent jamais d'indépendance nationale et sont tout à fait incapables, eux aussi, de présenter au peuple un programme crédible d'une éventuelle souveraineté. Au lieu de nous bassiner avec leur toutankamonneries ou haïlésélasieries, leurs "chivé nappy" et leur blablabla "kémite", pourquoi ne prennent-ils pas contact avec des pays africains qui pourraient nous aider une fois que nous serions indépendants ? Pour des pays pétroliers tels que le Nigeria, le Gabon ou l'Angola, nous offrir au cours des dix premières années de notre indépendance, le tonnage de pétrole annuel que nous importons, serait peu de chose vu la modestie dudit tonnage. Et pour le gaz, l'Algérie pourrait faire pareil, elle qui nous doit bien ça après ce que Frantz Fanon a fait pour elle.
 Visiter la Porte du Grand Retour à grands renforts de discours ou de postures émues, c'est bien. Demander aux pays africains et arabes une aide concrète, c'est mieux. Déjà même leur demander de se battre à l'ONU pour que la Martinique soit inscrite dans la liste des pays à décoloniser, serait une excellente chose.
 Les noiristes, avec leurs actions imbéciles, font le jeu des anti-indépendantistes.
 Quand le peuple, qui les assimile forcément à des indépendantistes, les voit commettre ce genre de "cirques", il ne pense qu'à une chose et une seule : se réfugier encore davantage dans les bras de "Maman la France". Car qui voudrait être dirigé par des hystériques totalement dépourvus d'un programme concret pour une Martinique indépendante ? Et quand on en voit certains se draper dans le manteau de l'écologie et réclamer, par exemple, la saisie des terres békées sans dire ce qu'ils en feraient, quelles cultures ils y planteraient et surtout à quel pays, ils les vendraient, on comprend que le peuple ne veuille pas se séparer de la France. Quant à cette histoire de "réparations de l'esclavage", elle n'est fondée que pour des pays indépendants, des états souverains. Car, en imaginant que par extraordinaire la France accepte de payer, à qui donnera-t-elle l'argent ? Au préfet ? à la CTM ? A Mgr MACAIRE ? Aux noiristes ? Au secours populaire ? C'est mettre donc le "cabrouet" avant les bœufs.
 Oui, vraiment, les assimilationnistes devraient se réjouir de la destruction des statues de Schoelcher...
 (Au fait, dans tous les pays INDEPENDANTS de la Caraïbe, il y a des statues de WILBERFORCE, le SCHOELCHER anglais, et personne ne cherche à les détruire.)
Image: 

Pages