Accueil

Sur les chemins de l’histoire antillaise

Marie-Noëlle RECOQUE DESFONTAINES
Sur les chemins de l’histoire antillaise

Collectif sous la direction de Jean Bernabé et Serge Mam Lam Fouck.

Ce livre est dédié au Guadeloupéen Lucien ABENON, décédé en octobre 2004, qui a enseigné au département d’histoire de l’Université des Antilles et de la Guyane. C’est un hommage respectueux et amical rendu à celui qui est considéré comme un des bâtisseurs de l’histoire de la Caraïbe. Au sommaire, des contributions variées concernant les événements, la culture, la société, l’aménagement de l’espace insulaire avec des incursions faites dans le domaine de la linguistique et de la littérature. Les intervenants, au nombre de vingt, viennent de divers horizons, principalement des Antilles et de la Guyane mais aussi de Colombie, des Etats-Unis, du Québec.

 

J’ai choisi de rendre compte de deux de ces textes. Le premier, écrit par l’historienne  Danielle BEGOT,  nous parle de la revue Parallèles et de sa fondatrice Anca BERTRAND. Dans le second (rédigé en créole martiniquais) Raphaël CONFIANT attire notre attention sur le fait que le 7 février 2004, sur le point de quitter Haïti, J-B ARISTIDE a rédigé sa lettre de démission en créole.

 

  1. « Aux origines de la patrimonialisation de la culture antillaise, la revue   Parallèles  / Martinique, Guadeloupe, 1964-1971 »  par Danielle BEGOT

 

La revue illustrée Parallèles, a connu quarante livraisons et a pu vivre de 1964 à 1971, grâce à l’apport financier dû à de nombreux encarts publicitaires. Elle était diffusée en Martinique et en Guadeloupe mais aussi en France, en Afrique, aux Etats-Unis, au Québec.

 

Sa fondatrice Anca BERTRAND, dont le souvenir est injustement passé à la trappe de l’histoire, était une pionnière en matière de reconnaissance de la spécificité et de la valeur de la culture antillaise. Elle a accompli une tâche impressionnante en rédigeant pour ainsi dire seule, tous les articles de sa revue. Pour ses monographies communales, elle s’est appuyée sur des documents écrits par des devanciers mais les a revisités, notamment en se déplaçant sur le terrain. Elle prenait aussi des photos. Anca BERTRAND a traité tous les sujets mais elle manifestait un goût particulier pour les arts et les traditions populaires : les meubles, les bijoux, les costumes, le   case, la musique, les fêtes, les contes… Elle en a fait des descriptions, qui restent au-delà de certains aspects obsolètes,  « des références fondatrices ».

 

La directrice de Parallèles s’est intéressée à l’histoire à un moment où l’on considérait encore que la Guadeloupe et la Martinique n’en avait pas. Elle répertoriait les lieux témoins de cette histoire et s’attachait à les faire connaître. (A la même époque, en Guadeloupe, Mario Petrelluzzi pénétré de la même évidence, payait pour faire défricher le Fort Fleur d’Epée, à Gosier.) Anca BERTRAND s’est intéressée aux habitations, à leur architecture, à leur distribution sur le terrain … Elle a su voir et montrer qu’elles étaient des lieux fondamentaux de l’histoire. Elle a travaillé par ses écrits à la reconnaissance et valorisation de la culture des Antilles françaises et en même temps elle a participé aux balbutiements du tourisme. Elle a proposé, par exemple, un itinéraire de découverte de Marie-Galante permettant de voir les moulins de l’île.

 

Sa revue Parallèles n’incite pas au repli sur soi-même, elle s’ouvre sur le monde car pour Anca BERTRAND, selon sa profession de foi, « culture antillaise ne veut pas dire insularité et solitude » Mais pour Danielle BEGOT, « c’est pourtant bien avec  Parallèles que se définit pour la première fois de manière aussi complète (architecture, langue, arts et traditions populaires, littérature…) l’originalité et la cohérence du patrimoine antillais, alors même que ce mot devenu aujourd’hui si courant au point d’en être galvaudé, n’a pas encore acquis droit de cité ; le patrimoine, c’est-à-dire ce qui est irréductiblement spécifique, et ne peut se transporter nulle part ailleurs. »

 

*Anca BERTRAND (née IONESCO, 1921-1972)  était roumaine. Etudiante en cinéma, à Paris, elle a rencontré le peintre martiniquais Alex BERTRAND avec lequel elle s’est installée, en 1950, à Fort-de-France. La Martinique était devenue son pays.

 

  1. Rapahaël CONFIANT ka dékatyé lèt démisyon a Jean-Bertrand ARISTIDE (7 févriyé 2004). Pouki lèt-la té maké an kréyòl ?

 

An koumansman a lanné 2004, Jean-Bertrand ARISTIDE ki té Prézidan  a péyi-Ayiti, té fòsé pati an sis-kat-dé, padavwa onlo moun ozabwa lévé gawoulé, yo té paré pou antré Pòtoprens. Anbasadè mériken-la menné-y laréopo é J-B ARISTIDE woumèt-li on lèt démisyon. Lèt-lasa té maké an kréyòl. Silon sa nou savé pa té ni pon mòfwazaj a lèt-la an lang anglé évè-y. Pouki ? Sé asi kèsyion-lasa Raphaël Confiant fè lespwi a-y travay.

 

Dabò pou yonn, R.Confiant ka fè nou sonjé istwa a péyi-Ayiti é kijan an bout a dizuityèm syèk, onpil déklarasyon (karant) parèt an kréyòl. Pwèmyé-la, sé E.POLVEREL é L.F. SONTHONAX ki fè-y; adan-y, yo té ka mandé sé nèg-la ki té sòti an ba jouk, mayé évè madanm a-yo.

 

An 1803, sè BONAPARTE li-menm ki fè parèt plizyè tèks pou fè nèg woutravay pafòs asi bitasyon yo té ja pasé onlo penn é tribilasyon anlè-yo.

Mi koumansman a tèks-la.:

 

« Zabitans et vous tous qui adan Saint-Domingue. Qui ça vous tout yé, qui couleur vous yé ; qui côté papa zot vini, nou pas gardé ça, nous avé tan sèlman que zot tout libre, que zote tout égal, douvan bon Dieu et dans zyé la Répiblique. »

 

Dabò pou yonn, R.Confiant ka oksèvé tout sé kalité zatrap-lasa pa jen kouyonné moun-Ayiti , yo rété nofwap é anplisdisa,  plita, yo dékalé lawmé fransé é yo fè Ayiti vin endépandan. Aprésa  R.Confiant ka gadé vwè ki pòtalans fwansé é kréyòl té ni, pannan XIXè é XXè syèk, yonn pa rapòt a lòt. E an bout a tousa, i ka dékatyé ban-nou lèt démisyon a J-B ARISTIDE

 

Mi tèks-la : (jan Ayisyen ka palé é ka maké kréyòl)

 

« 21 févriyé 2001, m té sémanté pou respekté e fè respekté konstitisyon an. Aswè a, 28 févriyé 2004, mwen toujou deside respekte e fe respekte konstitisyon an. Konstitisyon an sé garanti lavi ak lapè, pa dwe nwaye san pèp Ayisien. Sé pou sa, si aswè a se demisyon m ki pou evite yon beny san, m aksepte ale ak espwa va gen lavi é lanmo.

Lavi pou tout moun.

Lanmo pou pèsonn.

Nan respekte  kontitisyon-an. Ayiti va gen lavi ak lapè.

Mèsi.

Jan-Bètran Aristid »

 

Nou ka roukonnèt mamnyè ARISTIDE  té toujou ni labitid palé, adan légliz lè i té labé oben douvan moun lè i té ka fè diskou politik. I té ka répété onlo mo, sété estil a-y. Tin on kèsyon ka tòtòy R.CONFIANT : Pouki ARISTIDE ékri lèt démisyon a-y an kréyòl, on lang pa ni on krèy moun-lanmérik ka konpwann-li. I ka espliké i pa vlé mélè-y adan zafè a savé, ès Aristide té on diktatè oben ès i té enmé Ayisyen toubòlman. Sa i anvi fè, sé ban-nou lèsplikasyon a ka sa vlé di.

 

 I ka fè nou chonjé, J-B ARISTIDE pa té vlé kité péyi a-y, sé Mériken, Kanadyen é Fwansé ki fè-y foukan. Sé pousa i pisimyé maké lèt-la an lang  a-y, pou moun-déwò pé konpwann i pa té dakò évè jan-la yo anpéché-y fè sa i té vlé.

Dapwé R.CONFIANT tini on dòt rézon. I maké lèt-la pou moun-péyi a-y, pou tout sé moun-la ka palé yenki kréyòl.  

 

R.CONFIANT ka fè nou vwè, ARISTIDE maké « konstitisyon » olyé i maké « manman lwa péyi-a » on bèl pawolnèf i té toujou itilizé. Mé fo nou savé « lwa » an kréyòl ayisyen, sé on mo ki vlé di osi « lèspwi a vodou ». ARISTIDE, fè on liyannaj évè rèlijyon katolik é rèlijyon vodou ki ni on gran pòtalans ba moun Ayiti. Silon CONFIANT, ARISTIDE pa itilizé mo-la, li-menm té envanté, davwa rèv-la i té ni pa rapòt a péyi a-y té fin bat.

 

        Marie-Noëlle RECOQUE DESFONTAINES

Pages