Accueil

TAKA NAKAMURA ET LA MARTINIQUE

Fernand Fortuné

Notre jeune ami Takayuki NAKAMURA, qui a séjourné plusieurs fois chez nous, où il a fréquenté notre Université, a écrit un beau travail (conseillé par feu Marius Gottin et moi-même) sur l’œuvre de Glissant, intitulé : "Poétique du paysage dans la Lézarde".

Il vient de publier, dédié à Marius et à moi-même, un petit opuscule en japonais, pour porter à la connaissance de ses compatriotes, l'évolution des concepts littéraires aux Antilles.

Voici les ouvrages ou revues, ou magasines cités

- Batouala de René Maran
- Claire Solange de Suzanne Lacascade
- Reproduction d'une affiche "ya bon banania"
- Légitime défense
- Pigments de LG Damas
- Le cahier d'un retour au Pays natal
- Tropiques
- Présence africaine, numéro de nov/dec 1949- Paris-Dakar
- Soleil cou coupé
- Je suis martiniquaiS de Mayotte Capécia
- La lézarde
- Présence africaine : numéro Antilles/Guyane
- Cette igname brisée...de Sony Rupaire
- Disidans de Monchoachi
- Atipa de Alfred Parepou
- Revue Europe (Martinique Guadeloupe)
- Antilla spécial (faut-il brûler Patrick Chamoiseau)

Taka, comme il aime qu'on l'appelle, est en train de finir la traduction en japonais, de "Faulkner, Mississippi" d'E. Glissant.

Sa jeune femme, qui a aussi aimé notre pays et son peuple, est spécialiste en littérature et poésie persane, mais aborde avec une grande joie et curiosité intellectuelle notre propre littérature.