Accueil

Titim ? Bwa-sek ! Ma prime mensuelle est supérieure au salaire de mes collègues, qui suis-je ?

Titim ? Bwa-sek ! Ma prime mensuelle est supérieure au salaire de mes collègues, qui suis-je ?

   Il est, hélas, fini le temps où nos vieux conteurs, entre deux verres de rhum à 55° et un "kraz" à l'eau glacée et citronnée, lançaient leurs fameux "titim-bwasek". Pour nos lecteurs non-créolophones, il s'agit des devinettes ou des énigmes qui ponctuaient la déclamation des contes lors des veillées mortuaires. Il y en avait d'assez compliquées et même certaines qui s'appuyaient sur des raisonnements de logique arithmétique. Aujourd'hui, avec le naufrage apparemment inexorable de notre culture, on ne se souvient plus guère que de deux "titim", les plus élémentaires : à savoir "Dlo monté mòn ?" (De l'eau qui grimpe les collines ?) et "Dlo désann mòn ?" (De l'eau qui descend les collines ?). A la première devinette, il fallait répondre"Koko" (noix de coco) et à la deuxième "Kann" (canne à sucre).

   Mais ne soyons pas nostalgiques !

   Nous sommes devenus, par notre propre volonté, des Gaulois à l'épiderme foncé, assumons-le !

   Cependant, rien ne nous empêche de créer de nouvelles devinettes. C'est pas interdit par la loi. Du tout pas ! Hé, zut ! Encore un créolisme nostalgique...Bon, on essaie :

   "Titim ? Qui touche, en plus de son salaire mensuel, une prime mensuelle dont le montant est supérieur au salaire mensuel de 50% des personnes qui travaillent dans le même organisme que lui ?"

   Y'a beaucoup de "mensuel/le" dans la devinette, mais c'est comme ça : l'énoncé de toute devinette, depuis l'énigme du Sphinx dans l'Egypte antique, est délibérément compliqué pour que la réponse ne soit pas trouvée trop vite. Vous voulez quelques éclaircissements ? Bon, OK, voici alors :

   "Supposons que je touche un salaire de 7.000 euros par mois et que par l'opération du Saint Conseil régional...heu pardon, du Saint-Esprit...je me suis vu octroyer une prime mensuelle de 1.700 euros, eh ben...comment dire ?...ma prime est supérieure, plus élevée, que le salaire que touche chaque mois 50% des gens qui bossent dans le même organisme que moi. Ben, oui, ces pauvres nazes tournent entre 1.000 et 1.500 euros par mois ! Comment ils font pour vivre, ça, je sais pas ! Encore un titim à résoudre...".

   Yééé Mistikriiiik ! Yééé Mistikraaaaak !....

Pages