Accueil
Le billet du jour

TRAFIC DE DROGUE ET "PETITES MAINS"

   La Martinique est devenue, on le sait, l'une des plaques tournantes du trafic de cocaïne en provenance d'Amérique du Sud et à destination surtout du marché européen. Sans compter celui, plus modeste, du commerce de "zeb", cannabis et autre "ganja" ainsi que le terrifiant "crack" avec les îles anglophones voisines, destiné principalement au commerce intérieur. Régulièrement les autorités se glorifient de prises énormes tantôt sur des voliers voguant dans la mer des Caraïbes  tantôt à l'aéroport ou tout simplement dans quelque véhicule lors d'un banal contrôle routier.

    Le nombre de nos "crackés", drogués, "djonmpi" et autres errants ravagés par la consommation de stupéfiants explose depuis une quinzaine d'années. C'est toute une partie de notre jeunesse qui se trouve détruite et pas une famille ne se trouve épargnée par ce fléau. C'est pourquoi il est hors de question d'accabler qui que ce soit quand une affaire éclate.

   Sauf que...

   Sauf que lorsque le fils de Ti Sonson est attrapé par la police, son nom et sa photo se retrouvent dès le lendemain ou le surlendemain placardés en Une du quotidien "FRANCE-ANTILLES" ou divulgués sur les radios et télévisions. Sauf que s'il s'agit du rejeton de quelqu'un qui s'oppose au système néo-colonial en place, celui-ci subit la même chose, même s'il n'est lui-même, ce rejeton, ni nationaliste ni indépendantiste ni rien du tout. C'est pourquoi les journalistes martiniquais ou ceux et celles qui se parent de ce titre ont touché fond de la bassesse et de la lâcheté lorsqu'ils ont soigneusement évité de révéler que l'un des trafiquants arrêtés était le fils de Raphaël Séminor, conseiller régional du PPM, et l'autre le possible/probable neveu de Serge LETCHIMY, président du Conseil régional de la Martinique et leader du PPM (Parti Progressiste Martiniquais), prêtant même complaisamment leurs micros à ce dernier pour qu'il déclare qu'il ne connaissait ni d'Eve ni d'Adam ledit neveu. Le nom LETCHIMY étant, en effet, aussi répandu que Dumont ou Dupont, n'est-ce pas ?

   Lamentable fut aussi le lamento de Raphaël SEMINOR en plein Conseil général pour prendre la défense de son fils en affirmant que selon le juge il n'était qu'"une petite main" dans ce trafic. D'abord, des juges qui ne savent même pas retrouver l'adresse-IP d'un ordinateur, on a de quoi mettre leurs propos en doute, sans compter que celui qui est en contact avec le consommateur, celui qui vend et revent la drogue au qotidien, dans la rue devant les établissements scolaires ou les boites de nuit, ce n'est jamais une "grosse main", mais bien une "petite main". Les boss, les patrons de réseaux et autres "grosses mains", eux, se tiennent à l'écart, loin des consommateurs. Et puis de toute façon, qu'elle soit petite ou grosse, la main qui sème la mort lente en pourrissant notre jeunesse est tout aussi condamnable. "Petite main" n'est donc pas une excuse, monsieur SEMINOR !

   Pathétique et indigne tout à la fois la déclaration à la presse de Serge LETCHIMY selon laquele il ne connaissait pas la personne arrêtée à l'aéroport avec 600.000 euros en espèces et qu'elle n'était aucunement son neveu. Surfant sur une erreur de prénom due au site-web guyanais qui le premier a révélélé affaire, le Président du Conseil régional s'en est tiré par une pirouette qui n'a convaincus que les bénis-oui-oui de la presse locale.

   On constatera qu'aucun de ces deux hommes politiques n'a eu un mot, un seul mot, pour les victimes de ce trafic immonde. Pas un n'a montré la moindre compassion  à leur égard. Leur principale préoccupation a été de sa laver les mains en public, l'un en déclarant que son fils n'était qu'une "petite main", l'autre en assurant que son neveu "n'était pas son neveu". Ce serait à mourir de rire si ce n'était pas tragique. Tragique pour notre jeunesse. Tragique pour notre peuple.

   Enfin, scandaleux a été l'attaque contre le site BONDAMANJAK, qualifié de "nauséabond" par M. SEMINOR. Non, monsieur, ce qui est nauséabond, c'est le trafic de drogue, qu'il émane de petites mains ou de grosses mains, ce n'est pas l'un des rares médias libres et courageux de ce pays ! Ce n'est pas l'un des rares médias qui ose mettre en plein jour les turpitudes, lâchetés, prévarications, abus de pouvoir, détournements d'argent public qui sont devenus, hélas, monnaie courante dans notre pauvre Martinique.

   Répétons-le : ce qui est nauséabond, c'est le trafic de drogue et ses acteurs.

Pages