Accueil

Tunisie – Elle est débarquée de l’avion après avoir traité l’hôtesse de « sale pute noire »

Tunisie – Elle est débarquée de l’avion après avoir traité l’hôtesse de « sale pute noire »

Le commandant de bord du vol Tunisair qui reliait Istanbul à Tunis a choisi de retarder le vol le temps d’éjecter une passagère de son vol.

Lors de l’embarquement une passagère a pris à parti une des hôtesses de l’air qui tentait de régler un problème de bagage. La passagère lui a dit qu’elle n’avait pas besoin de l’aide d’une « sale pute noire ».

Quand le commandant de bord a appris l’incident il n’a pas hésité à faire débarquer la passagère. L’ensemble de l’équipage a d’ailleurs fait front aux côté de Ghofrane Binous.

L’hôtesse de l’air a indiqué sur Facebook : « mes collègues sont venus spontanément m’exprimer leur solidarité, ainsi que les passagers, quasiment tous tunisiens comme la femme qui m’avait insultée, qui ont tous protesté contre ce qu’elle m’avait dit. Le Commandant de bord, informé de ce qui s’était passé, a immédiatement exigé que cette passagère descende de l’avion et m’a exprimé son soutien. »

Al-Mehdi bin Gharbia, ministre des Relations avec les organes constitutionnels, la société civile et les droits humains tunisien, a reçu lundi matin, le 21 mai 2018, le commandant de bord, Mounir Ajlani, qui a décidé de débarquer la passagère sur un vol de Tunisian Airlines.

Le ministre a salué la position du commandant qui reflète l’unité des tunisiens et des tunisiennes face à tous les aspects de la discrimination raciale, soulignant que la reconnaissance de l’existence de ce phénomène constitue une bonne manière de l’éliminer et de promouvoir une culture d’égalité.

A cette occasion, le ministre a souligné que le gouvernement s’engageait à compléter les procédures de ratification de la loi sur l’élimination de la discrimination raciale et travaillait à renforcer son partenariat avec les composantes de la société civile pour lutter contre ce phénomène incompatible avec le leadership de la Tunisie dans le domaine Droits de l’homme.

Ben Gharbia a déclaré que la Tunisie ne serait pas neutre face au racisme, espérant que le Comité des droits et libertés de l’Assemblée populaire discuterait bientôt du projet de loi fondamentale sur l’élimination de toutes les formes de discrimination raciale et le soumettrait à la plénière.

Une réponse parfaitement a une attitude intolérable, le racisme et le harcèlement sexuel n’ont pas de place dans les avions, ni même ailleurs…

Pages