Accueil

Turquie : "respecter l'état de droit", exigent-ils...

   De grands intellectuels du Sud (Inde, Afrique, Amérique du Sud, Caraïbe etc.) développent depuis trois décennies une curieuse théorie appelée "postcolonialisme" dont on connaît l'énorme succès dans les grandes universités occidentales, en particulier en Amérique du Nord. A les entendre et à les lire,  nous serions désormais entrés dans une période historique au cours de laquelle l'ex-arrogante Europe serait "provincialisée" et cette extrême-Europe que sont les Etats-Unis ramenés à leur juste importance de pays moyennement peuplé (360 millions d'habitants) face à des mastodontes de plus d'1 milliard d'habitants tels que l'Inde et la Chine, cette dernière étant d'ailleurs en passe ou étant déjà devenue la première puissance économique mondiale. Si tout n'est pas faux dans cette séduisante théorie, il suffit de jeter un regard un tant soit peu attentif sur la réalité internationale pour se rendre compte qu'elle est largement fumeuse pour employer un euphémisme.

   Car il ne faut pas se payer de mots, la réalité internationale est la suivante : lorsqu'un conflit éclate au sein d'un pays du Nord, il est inimaginable qu'un pays du Sud décide d'y intervenir directement. Prenons n'importe quel conflit au hasard : l'ex-guerre entre catholiques et protestants en Irlande du Nord, par exemple. Est-il pensable que "le plus grand pays catholique du monde", comme tous les papes en visite aiment à qualifier le Brésil, ait pu avoir ne serait-ce que le début de commencement de velléité d'aide à leurs coreligionnaires irlandais ? Evidemment non ! Prenons la guerre qui a déchiré la Yougoslavie et qui a vu des massacres effroyables de musulmans en Bosnie. Dans la ville de Sebrenica, 8.000 musulmans ont été exécutés en une seule journée par les troupes fascistes serbes dirigées par Ratko MLADIC et sur toute la guerre, 30.000 femmes musulmanes bosniaques ont été violées. Sans même parler de l'effroyable siège de la ville de Sarajevo ! Est-ce que l'Algérie, l'Egypte, le Pakistan (doté pourtant de l'arme nucléaire) ou alors la Ligue Musulmane Mondiale (qui rassemble 1 milliard de gens tout de même) auraient pu décider de voler au secours de leurs frères bosniaques en détresse ? NON ! Certes, quelques pays musulmans ont envoyé un peu d'aide médicale et alimentaire à travers des associations caritatives, mais les choses en sont restées là. 

   Inutile de multiplier les exemples. Quand il y a un problème dans le Nord, les pays du Sud n'ont pas à s'en occuper. Point à la ligne ! Par contre, quand il y a un problème dans le Sud, dans les jours ou les semaines qui suivent, n'importe quel pays du Nord se croit autorisé à envoyer des troupes, bombarder ou organiser un blocus. Un seul exemple : une fraction de la  population libyenne se révolte contre le régime de Mouamar KHADAFI en Lybie lequel réagit. Que font la France et SARKOZY ? Ils décident carrément de bombarder l'armée du guide libyen et même de tuer ce dernier. Exactement comme les Etats-Unis avaient envahi l'Irak et fait pendre Saddam HUSSEIN. Et certains intellectuels du Sud osent appeler ça du "postcolonialisme" ! Bande de farceurs, va ! Allez racontez vos fariboles devant vos auditoires semi-incultes (ou alors cyniques) des universités occidentales qui vous paient grassement pour ça, mais ne nous prenez pas pour plus cons que nous ne sommes !

   Ultime exemple en date : la Turquie. Une tentative de coup d'état a lieu dans ce pays et le régime de Recip ERDOGAN manque d'être renversé. Ce dernier parvient à reprendre la main en grande partie grâce à la population largement acquise à sa cause au vu des immenses rassemblements d'Istanbul et d'Ankara. ERDOGAN procède à des centaines d'arrestations, ce qui paraît logique puisqu'il a été démocratiquement élu par le peuple turc et pas qu'une fois ! Aussitôt des voix s'élèvent en Occident, notamment en France pour exiger du Premier ministre turc qu'il "respecte l'état de droit" !!! Un ministre français se permet même d'ajouter que si son pays a condamné le coup d'état, "ce n'est pas un chèque en blanc donné à M. ERDOGAN". On croît rêver ! Ces gens croient-ils s'adresser à des enfants ? A des sous-développés à qui on peut donner des ordres ? Les 70 millions de Turcs, héritiers d'une civilisation millénaire, ont-ils des leçons à recevoir de l'Occident ? N'importe quoi !

   Evidemment, à force de toujours intervenir dans les affaires des autres et de mettre le bordel un peu partout à travers la planète, l'Occident finit, retour du bâton, par en prendre, de temps à autre, plein la figure sur son propre sol. Et il se met à hurler au loup !...

Pages