Accueil

UN BLOG CONTRE LA DISCRIMINATION A L'EMBAUCHE DES DIPLOMES ANTILLAIS DANS LEUR PROPRE PAYS

Présentation

Nous partons de l'interrogation suivante: "Pourquoi est-ce si dur
pour un bac+4/5 d'origine antillaise de décrocher un poste à
responsabilités en Martinique ou en Guadeloupe ? « C'est le
chômage, il touche tout le monde » me direz-vous.

Que dire alors des jeunes Métros fraîchement débarqué, moins
qualifié, à expérience égale, qui ne semblent pas avoir autant de
mal à obtenir dans les meilleurs délais LE "bon job" après lequel
vous courrez depuis des années? Pour preuve, allez faire un tour
dans les ZI de Martinique et Guadeloupe, demandez à voir les
cadres des entreprises qui y ont leur siège...Et trouvez
l'erreur...

Que dire alors de ces Directeur de Ressources Humaines d'origine
antillaise qui « préfèrent» (« préférence» largement dictée par
leur hiérarchie monochrome) embaucher un Métro en prétextant que
les jeunes Antillais (aussi qualifiés soient-ils) sont trop
fainéants ??!!! Le filon serait-il en voie d'extinction??! (Au
grand damne de ceux qui en profitaient jusque là , car pour les
autres c'est du pareil au même).

Que dire encore de ces patrons de grands groupes békés qui
procèdent à un simulacre d'embauche locale pour mieux jeter leurs
recrues un peu trop bronzées 1 ou 2 jours avant la fin de leur
période d'essai?!

Et puis que dire de ces hommes politiques antillais qui, affalés
derrière leur bureau grand standing, vous lancent avec
désinvolture que votre seule planche de salut « c'est les concours
administratifs » et vous font comprendre par la même occasion que
toutes les années que vous avez passées en France à vous geler les
fesses sur les bancs des facs, écoles de commerce, IEP et autres à
étudier la communication, le management, le marketing ou les
finances n'étaient pour vous que du temps perdu et pour vos
parents de l'argent gaspillage ??!!!

Enfin que dire des dociles salariés antillais qui avouent
honteusement à l'heure du milan qu'ils préfèrent avoir pour
supérieur hiérarchique un blanc (béké ou métro) plutôt qu'un
antillais sous prétexte que « Neg jalou Neg » ?!!

{{Il y aurait tant à dire et à dénoncer....}}

Sommes-nous les seuls à constater que quelque chose ne tourne pas
rond dans nos sociétés ?

Il est certain que non...

Chacun y joue un rôle responsable...Une chose est sûre, nos
emplois sont les otages de ce cercle vicieux.

En tant que Jeunes diplômés antillais, nous avons le droit
d'occuper les postes qui nous reviennent chez nous.

Nous n'avons aucune posture politique, aucun préjugé de couleur et
aucune prétention sociale particulière, nous voulons juste OCCUPER
LES POSTES auxquels nos études nous ont préparés et qui sont
disponibles, comprendre POURQUOI c'est si difficile pour les
antillais diplômés alors que d'autres y ont systématiquement
accès.

{{Ce blog a été créé dans le but de recueillir vos avis/témoignages
afin de confirmer ou contredire cette impression de discrimination
à l'embauche dont seraient victimes les jeunes diplômés antillais.
Alors n'hésitez pas, lâchez vos com', C'est totale démocratie!}}

Tous les points de vue seront les bienvenus dans la limite du
respect de chacun.

{{[Lire la suite->http://antildiscrim.skyblog.com/]}}

Commentaires

cyana | 25/02/2009 - 15:26 :
j'ai eu connaissance de ce blog.( http://antildiscrim.skyrock.com/ ).Les experiences vecues par les jeunes diplomés y sont edifiantes : pour acceder à un poste à responsabilite dans les grandes entreprises antillaises, il faut savoir montrer pate blanche. A l'issue de mon DESS de commerce international à fouillole, je n'ai pas réussi à integrer les entreprises de la place, et je me suis tournée comme 20 personnes sur 23 de ma promotion, vers l'enseignement (ceux qui ont trouvé un emploi appartenaient à des familles bien vues sur la place et de carnation claire). L'enseignement a été la planche de salut de la plupart des antillais voulant vivre au pays. Et là encore, ils étaient concurrencés par les métropolitains souhaitant leur part de soleil, qui étaient acceptés à l'IUFM en première année de préparation aux concours alors que les diplomes antillais ayant des diplomes de droit ou de sciences économiques étaient refusés sous pretexte qu'ils ne possedaient pas un diplome d'enseignement( cad de sciences ou de lettres). Avec le recul je déplore que les jeunes et anciens diplômés n'adherent pas à un systeme de confrerie comme aux USA ou de tutorat par les anciens des promotions precedentes. Il semble que les choses bougent, mais je crois que jeunes et anciens diplomes devraient multiplier les occasions de se rencontrer et d'echanger, (a la KASA?),cela permettrait de dejouer le filonage par nom de famille ou par fortune (ce qui est souvent lié) et de faire circuler l'information sur les postes à pourvoir, voir cela permettrait à certains de monter leurs propre entreprise avec des diplomes antillais devenus leurs associés (pourquoi toujours vouloir travailler pour les dynosaures enplace?). Et puis DEPOSEZ PLAINTE à la HALDE contre les discriminations!
tony | 19/04/2007 - 13:46 :
Bonne initiative la création de ce blog, en effet l’exclusion des afro-Antillais des postes à responsabilités, notamment dans le secteur privé doit être dénoncée, de même qu’à poste équivalent, j’ai vu dans une entreprise martiniquaise, l’employée blanche moins diplômée, moins d’ancienneté, toucher 1 000 euros de plus que l’employée noire. Ces discriminations doivent être combattues. Toutefois le choix du support pour votre blog, n’est pas des plus judicieux, optez pour Over-blog, Blogger, Hautefort ou une plate-forme similaire.
mo1mo1 | 24/07/2007 - 13:10 :
On paie le prix du ralliement sans réflexion à la france coloniale qui n'a jamais changé dans sa sphère décisionnele,à savoir les tecnocrates des ministères,formés à l'idéologie Napoléonnienne esclagiste!On paie notre ingratitude car nous avons laissé tomber nos parent en Corse près d'Ajaccio et Corte esclavagisés par le sinistre Napoléon en 1802,250 Antillais:Guadeloupéens et HAITIENS dont des DEPUTES(VOIR BONDAMANJAK ).On feint d'ignorer que la guadeloupe et les autres terres dites françaises ont été VOLEES,les TAINOS MASSACRES,LES AFRICAINS MIS AU FER PENDANT PLUSIEURS SIECLES SANS EXCUSES VERITABLES,les combattants des deux guerres couillonnés,ils sont les grands perdants du renouveau de la FRANCE.QUE faire? Se mobiliser pour le retour de nos compatriotes et exiger de la CORSE DES DEDOMMAGEMENT ,les associations pro Napoléonnienes doivent honorer les deux faces de leur génie. Exiger des blancs-pays de reconnaîtres que les terres qu'ils occupent sont issus d'un holdup! Les Libano-Syriens nous prennent pour des crétins,JAMAIS ILS NOUS ONT INVITE A VOIR LEURS PAYS?"engraissent nos filles et ne nous reçoivent pas chez eux quel toupet! Cessons d'embaucher des cadres métrolitains alors que nous pouvons faire ce travail quand on exerce des mandats électifs(MAIRES?PR2SIDENTS DES CONSEIL GENERAL,REGIONAL, Honnorer les anciens sérieusement en partant à la reconquête de nous-même,ne rien demander à personne lorsque cela concerne notre pays! Le gran HICHIMINH avait compris le système colonial français dès 1920! Rinaldo Maurice 0690868293
sarod | 28/10/2008 - 20:22 :
Bonjour, Très intéressant ce blog. Ki jan pou nou travay an péyi an nou ki tan nou ? Cette question ne devrait pas se poser. D'ailleurs, j'aurais souhaité organiser, pour un réseau de cadres que j'anime, une conférence débat sur la question de la discrimination à l'embauche en Gwada et Mada. Pour cela, je cherche des experts qu'ils soient universitaires, avocats, politiques (si tini !!!), cadres dirigeants, sociologues, syndicalistes...etc capables de débelopper sur ce thème. Il en faut qui en aient des c... pour en parler directement. Dernièrement, j'ai moi-même assiter à une réunion avec des hauts fonctionnaires de l'institution sensée réguler le travail chez nous, la question a été posée et les moins bavards étaient les deux ou trois bazanés comme moi qui ont pris pour échappatoire leur téléphone portable !!! I fô pa nou wont di ki nou vwè sa tou lé jou !!! Fo pa nou pè di ki nou pa vlé pawtisipé adan sa. Moun ki konèt mwen isidan sav ki an ja lité é an ké kontinyé lité pou gwadloupéyen travay an péyi a yo ! idem pour pèp matnik ! Kenbé fô la lit komansé

Pages