Accueil

Un patron martiniquais manque d'écraser un "chien abiyé an moun"

Un patron martiniquais manque d'écraser un "chien abiyé an moun"

   La vidéo ci-après n'a pas besoin de trente-douze mille explications. Dans ce petit pays qu'est la Martinique, île aux fleurs fanées depuis longtemps, les patrons (blancs comme noirs) ont tendance à considérer les employés et ouvriers comme des"chien abiyé an moun" pour reprendre une expression entendue pour la première fois dans l'hémicycle de l'ex-Conseil régional et devenue célèbre depuis. Non, pas encore dans celui du Sénat "fouançais"...

   C'est ainsi que l'un de ces patrons n'a rien trouvé de mieux à faire l'autre jour que de foncer sur les grévistes de son entreprise au lieu de s'asseoir à une table afin de négocier avec eux. Evidemment, il en a attrapé un "pa zel", comme le dit de manière si imagée le créole, et la victime s'est retrouvée par terre, incapable de bouger ni même de remuer un seul de ses membres. Ses camarades ont dû alors faire appel aux pompiers comme on peut le voir sur la vidéo ci-après.

   Fout lavi artis red, mésiédanm !...

Pages