Accueil

Un prêtre pédophile a été recommandé par son diocèse pour un job à DisneyWorld

Un prêtre pédophile a été recommandé par son diocèse pour un job à DisneyWorld

On l'apprend dans le rapport qui met en cause plus de 300 prêtres américains pour abus sexuels sur enfants.

Le procureur de l'État de Pennsylvanie aux États-Unis vient de publier un rapport de 884 pages sur la façon dont la hiérarchie de six diocèses catholiques a couvert plus de trois cent prêtres coupables d'agressions sexuelles et viols sur enfants. Parmi ces nombreuses histoires, plusieurs médias ont raconté l'absurde trajectoire d'Edward Ganster, un prêtre accusé d'abus sexuels qui avait malgré tout reçu une lettre de recommendation de la part de ses supérieurs pour travailler dans un parc d'attraction.

Au début des années 1970, une mère s'était plainte au diocèse : Ganster aurait agressé sexuellement son fils de 13 ans lors d'un voyage. Le prêtre a alors été transféré dans une autre paroisse et lorsqu'il a voulu quitter la soutane pour se marier en 1990, il a demandé une lettre de recommandation pour pouvoir travailler à DisneyWorld en Floride.

Selon le rapport du procureur, un de ses supérieurs lui a écrit ce message :

«Je suis sûr que le diocèse pourra vous donner une référence positive en ce qui concerne vos années de travail ici en tant que prêtre

Ganster a alors travaillé pendant des années à DisneyWorld en tant que conducteur de train, et après son départ du diocèse, il fut de nouveau accusé d'agressions sexuelles. En 2002, un ancien enfant de choeur a évoqué des attouchements, des coups et des violences quand il avait 14 ans, et une mère a contacté le diocèse pour dire qu'il avait abusé sexuellement de son fils de douze ans.

«Bien qu'ils aient reçu deux plaintes et procuré du soutien psychologique à une des victimes, le diocèse n'a pas contacté le bureau du procureur de Northampton County avant 2007», précise l'enquête. Ganster est décédé en 2014 à l'âge de 74 ans. Comme l'immense majorité des prêtres mentionnés dans le rapport, il n'aura donc jamais été inquiété par la (...) Lire la suite sur Slate.fr