Accueil

Un site pour unir les peuples créoles

Un site pour unir les peuples créoles

Entrevue realisée par Marie Ludie Monfort du Journal Le Matin d'Haïi.

Natif de Rodrigues, Louis Georgy De Lamare Lamvohee est un activiste créole qui a émigré en Australie. Il détient un master en Relations Internationales de l’Université de Sydney. Avec un profond intérêt pour la créolité, l’année dernière, il a fondé l’Organisation Internationale des Peuples Créoles (IOCP) conjointement avec le Professeur Raphaël Confiant de l’Université des Antilles. Cette association dont le siège est à Sydney a pour but de regrouper des créolophones issus de toutes les régions du monde comme: Haïti, Ile Maurice, Réunion, Rodrigues, Seychelles, Martinique, Guadeloupe, Guyane, Sainte Lucie, Marie-Galante,… Pour faciliter l’échange entre les peuples créoles, l’OICP a mis en ligne un site Internet. M. Lamvohee dans une entrevue accordée à notre collaboratrice Marie Ludie Monfort nous parle davantage de ce site.

Présentez nous le site del'IOCP, depuis quand il est en ligne? Ce qui vous a motivé à le créer ?

Le site a été crée en Juillet 2005. A la suite de la mise sur pied de l'IOCP (mai 2005), il fallait dans un premier temps expliquer toute la philosophie de l"IOCP, l'historique de la chose Créole, et le besoin de continuer avec l'esprit Pan-Creole. Il y avait un vide laissé par la défunte BannZil Kreol. Alors, Raphaël Confiant et moi avons repris le flambeau de regrouper les Créoles, créolistes, militants culturels, activistes, poètes, écrivains, artistes créoles éparpillés à travers le monde. Le but principal de l'IOCP est que les Créoles du monde doivent d'abord  mieux se connaître à travers les contacts et rencontres. Il fallait aussi dans un deuxième temps faire connaître leur culture au monde. Une culture riche, une culture et un peuple qui apporte une nouvelle civilisation au monde. Nous, Créoles, devons être fiers de cela.

Le site IOCP est donc un point de rencontre pour l'univers créole où l’on arrive à connaître un peu ce qui se passe dans les îles et diasporas créoles. Nous avons commencé modestement bien sûre avec moi comme animateur de ce site mais graduellement nous recevons des informations de partout et nous continuons a établir des contacts avec des correspondants un peu partout. Je suis heureux que vous fassiez partie de ce réseau. Un grand merci en passant à notre webmaster Francesca Palli, qui est basée en Suisse et qui fait tous cela sur une base volontaire.

Parlez nous un peu de l’équipe de l’IOCP?

Pour démarrer l'IOCP nous avons fait appel à ceux qui ont une expérience dans le domaine Pan-Créole et qui ont participé à des Forums internationaux,  des personnage très connus dans le monde créole comme Raphaël Confiant qui a été également un militant culturel de longue date. En ce qui me concerne, depuis 82, je suis le débat Créole et fais ce que je peux pour la promotion de cette culture. L'équipe que nous avons démarrée en 2005 comprenait aussi des nouveaux. Mais avec la diffusion de l'information et les nouveaux contacts établis, il y a eu un enthousiaste grandissant avec la venue des nouveaux recrus qui ont acceptés des postes de responsabilités. Nous sommes aujourd'hui fier d'avoir au sein du Comité Central des jeunes comme Rodolf Etienne, coordonnateur pour La Caraïbes, Jimmy Harmon comme coordonnateur pour l'Océan Indien et des jeunes comme Francklin qui nous représente en Haïti. Il faut surtout noté mon ami Paul Comarmond, le nouveau Assistant Secrétaire général, qui fait un excellent travail avec la diaspora Créole à Toronto et nous avons également des gens de calibre comme Pierre Roland Bain comme conseiller.  Raphaëll Confaint reste toujours Président de l'IOCP.

Etes-vous satisfait jusqu'ici des résultats obtenus à partir de la création du site? Si non que comptez-vous faire ?

Il va sans dire que le site est très important comme outil de communication et d'information et un point de convergence. Beaucoup de contacts qui ont été faits et des gens/créoles que j'ai rencontrés par la suite de mes voyages, c'est  le site qui a été à l'origine de nos correspondances. Il y a aussi ceux qui visitent le site régulièrement et maintiennent un contact régulier par e-mails. Toutefois je sais que le site est encore méconnu dans certaines parties du monde, par exemple, c'est à la suite de mon voyage dans l'Océan Indien que les journalistes de là-bas ont porté un vif intérêt au site pour tout comprendre des actions entreprises par l'IOCP et connaître les objectifs, les démarches aussi bien que les réalisations.

Cependant, nous avons encore du travail à faire pour mieux positionner le site et l'IOCP dans les Caraïbes. Tout comme l'IOCP a encore du chemin à parcourir, le site qui est le porte-parole, jouera de plus en plus un rôle important dans le processus de communication.  Ainsi, nous espérons avoir encore plus de correspondants et donc plus de nouvelles, surtout culturelles, des îles ou diasporas Créoles. Cela aiderait beaucoup à attirer les visiteurs et "curieux". Mais le plus important c'est que le site devienne une référence et joue surtout un rôle éducatif où les étudiants peuvent savoir plus sur la culture Créole universelle et internationale. Que nos lecteurs découvrent cet univers créole. Nous avons déjà mis des liens des autres organisations comme Kapes Kreol et Kepka sur le site et nous pensons en ajouter d'autres organisations créoles qui s'avèrent être utiles et donc établir un partenariat. A la droite du site, il y a encore des pays Créole à présenter, comme la République Dominicaine, Porto Rico, Cap Verde, et autres à base lexicale hispanophone et lusophone.

Nous pensons aussi mettre un "message board" qui servira de Forum et où nous recevrons  les impressions et les points de vue des visiteurs. Nous répondrons à leurs questions également. Toutefois il faut bien s'organiser car cela demande un modérateur qui puisse trouver du temps.

Quelles sont vos perspectives d'avenir?

L'avenir nous dira jusqu'où nous irons... Nous faisons boule de neige, c'est sur. Beaucoup de projets en cours: vidéoconférence en février 2007, rencontre en Martinique début 2007, le festival créole en Australie octobre 2007, la grande rencontre de Novembre 2007 à la Réunion. Mais ce qui est le plus important, c’est que le processus de pan-créole soit bien enclenché et que cela doit continuer; que les liens se resserrent entre les Créoles du monde, que la culture Créole soit de plus en plus connue et que la langue Créole progresse également. Nous pensons que l'union fait la force et que tout cela ne pourrait se faire qu'avec l'appui de tous. Les différences, les susceptibilités, il y en aura toujours, mais nous devons surtout aller au-delà. Le souhait c'est de voir la grande famille créole se rassembler. 

Propos recueillis par Marie Ludie Monfort

Pages