Accueil

Un sursaut d’ondes gravitationnelles détecté dans la direction de Bételgeuse

Thomas Boisson
Un sursaut d’ondes gravitationnelles détecté dans la direction de Bételgeuse

Les ondes gravitationnelles sont des vibrations de l’espace-temps provoquées par certains des événements les plus chaotiques du cosmos, comme la fusion d’étoiles à neutrons ou de trous noirs. Dans certains cas, un pic d’ondes gravitationnelles, appelé sursaut d’onde, peut être détecté sans que sa source ne soit identifiée. Le 14 janvier, l’interféromètre LIGO a détecté l’un de ces sursauts d’ondes provenant de la région abritant Bételgeuse (Alpha Orionis). Ces derniers temps, l’étoile, qui finira par exploser en supernova, a montré des variations importantes de luminosité et a conduit certains astrophysiciens à se demander si les deux phénomènes n’étaient pas liés.

Bételgeuse est une étoile supergéante rouge dans la constellation d’Orion. Elle a quitté la séquence principale il y a environ un million d’années et est une supergéante rouge depuis environ 40’000 ans. Récemment, sa luminosité s’est estompée, ce qui a déclenché toutes sortes de spéculations selon lesquelles elle pourrait se préparer à devenir une supernova. Les astrophysiciens ont cependant rapidement infirmé cette hypothèse.

Il n’y a pas d’estimation exacte, mais les astrophysiciens pensent que Bételgeuse ne deviendra pas une supernova avant 100’000 ans. Cependant, une baisse de luminosité est toujours intéressante. Bételgeuse est une étoile variable et sa luminosité peut fluctuer. Les étoiles comme Bételgeuse ne sont pas des objets statiques. Bételgeuse est une étoile variable semi-régulière qui montre des changements périodiques et non périodiques de sa luminosité.

Sursaut d’ondes gravitationnelles : un lien avec Bételgeuse ?

Les ondes gravitationnelles détectées par LIGO sont appelées des sursauts d’onde. Il est possible qu’une supernova les produise, mais Bételgeuse n’est pas devenue une supernova et ne le sera pas avant longtemps. La plupart des astrophysiciens pensent que la détection des ondes gravitationnelles dans la direction de Bételgeuse n’est pas liée à l’étoile elle-même. En fait, la détection de ce sursaut d’onde n’est peut-être même qu’un biais de détection.

Christopher Berry est un astrophysicien qui étudie les ondes gravitationnelles au Northwestern University Center for Interdisciplinary Exploration and Research in Astrophysics. Il a discuté du sujet sur Twitter :

Initial sky localization. 90% area 400 sq deg

« Un nouveau candidat pour des ondes gravitationnelles ? Des signaux similaires ont été identifiés dans le cadre d’une recherche de sursauts d’ondes radio par rafales non modélisée. Je suis toujours sceptique à ce sujet, car on les confond facilement avec des signaux parasites. Taux de fausses alertes : 1 tous les 25 ans » écrit Berry dans son tweet.

 

Pages