Accueil

Un syndicat qui n'a jamais combattu le CEREGMIA s'attaque à la vice-présidence du Pôle Martinique

   Un syndicat qui n'a jamais combattu le CEREGMIA s'attaque à la vice-présidence du Pôle Martinique

   Imaginez que vous travaillez dans un établissement public et que certaines personnes haut placées dans celui-ci soit accusées par des instances d'inspection de l'Etat (Cour ces Comptes, Sénat, IGAENER etc...) d'être les responsables de la disparition de plus de dix millions d'euros.

   Imaginez que certains de vos collègues décident de mettre un terme à ce qui relève d'un comportement mafieux lequel "met en péril les finances de l'établissement"  (selon l'un desdits rapports) et se battent pour que la vérité éclate.
   Imaginez que les mafieux, dérangés dans leurs combines datant d'au moins deux décennies, ripostent violemment contre ceux qui cherchent à nettoyer les écuries d'Augias, utilisant menaces téléphoniques, mails injurieux et diffamatoires et agressions physiques.
   Imaginez qu'au terme d'une terrible lutte de quatre ans, les chefs mafieux soient révoqués de la fonction publique en attendant la phase judiciaire de leur affaire et qu'ils tentent à coup d'appel devant le Conseil d'Etat de revenir au sein de l'établissement avec l'appui de ceux qui le dirigent.
   Vous êtes un syndicat de l'établissement, QUE FAITES-VOUS ?
   Vous vous rangez immédiatement aux côtés de celles et ceux qui combattent la gangrène au sein de votre établissement ! D'autant que ce dernier est contrait de rembourser des centaines de milliers d'euros chaque années afin de rembourser les instances étatiques et européennes qui ont été grugées. Or, qu'a-t-on vu sur le campus de Schoelcher ? Un syndicat qui attaque aujourd'hui la vice-présidente du Pôle Martinique dans un tract virulent, n'a jamais bougé, jamais levé le petit doigt, jamais participé à la lutte congre la corruption. Mieux (ou pire) : "anbafey", il 'est employé à miner les nettoyeurs des écuries d'Augias !!!
   Ce syndicat, adepte de l'omerta, critique, dans son tract, la vice-présidente du Pôle Martinique au motif qu'elle mettrait sur la place publique les problèmes de l'établissement. C'est faire semblant de ne pas voir qu'elle n'a pas le choix. Qu'elle n'a jamais eu le choix depuis qu'elle a été démocratiquement élue à son poste. En effet, en dépit de l'autonomie des pôles dument prévue dans la loi de création de l'Université des Antilles, celle-ci n'a jamais été respectée par l'actuelle gouvernance. JAMAIS !
   Ce syndicat s'est-il jamais élevé contre cela et a-t-il lutté pour que ladite autonomie soit respectée ? JAMAIS ! Tout comme hier, il était motus et bouche cousue face aux turpitudes du CEREGMIA, aujourd'hui il ne dit strictement rien quant au non-respect de l'autonomie du Pôle Martinique. Et c'est lui qui vient, dans un tract, donner de grandes leçons aux gens !!!
   Ah, on a failli oublier : la VP Pôle Martinique a subi des injures publiques au cours de diverses réunions de l'établissement, ce syndicat a-t-il jamais dit quoi ce soit ? Non, bien évidemment. Et donc c'est à se demander si ce tract ne sort pas au moment même où le nom de l'Injurieur en chef est sur la place publique. C'est à se demander s'il ne s'agit pas d'une diversion pour attirer ailleurs l'attention à la fois des étudiants, enseignants et administratifs du campus de Schoelcher et de l'opinion publique martiniquaise.
   (Dans le sandale du CEREGMIA, le rapport de l'IGAENER, c'est-à-dire l'Inspection Générale de l'Education Nationale et de la Recherche, liste 43 noms de personnes impliquées à différents niveau. 3 d'entre elles, les chefs, ont été révoqués de la fonction publique. Le temps est donc venu de révéler les noms des 40 autres et les prébendes dont ils et elles ont bénéficié.)

Pages