Accueil
Cancer et pesticides

UNE DECOUVERTE PAS SI ANGEVINE QUE ÇA !

Louis Boutrin

Extrait du quotidien OUEST-FRANCE, l'article "CANCER ET PESTICIDES : UNE DECOUVERTE ANGEVINE" fait actuellement le buzz sur les réseaux sociaux et sur les médias. S'il est bien vrai que l'apport des chercheurs angevins est indéniable, puisqu'ils mettent en avant le rôle de l'angiogénèse dans le potentiel cancérigène des pesticides, il n'en demeure pas moins que cette étude ne fait que confirmer des hypothèses émises dès 2005 par des chercheurs de l'Université de HARVARD (USA) et reprises par Raphaël CONFIANT et moi-même dans notre livre "Chronique d'un empoisonnement annoncé".

Quant aux relations de causalité entre pesticides organochlorés et cancer, elles ont été mises en évidence aux Etats-Unis dès 1979 ce qui explique la présence du Chlordécone et du Lindane depuis cette date dans la classification de l'International Agency for Research on Cancer (IARC). Le Lindane a été retiré du marché et interdit d'emploi en 1998 soit 5 années après le Chlordécone. D'autres pesticides organochlorés ont été utilisés de manière abusive dans l'agriculture aux Antilles françaises tels que le DTD (Dichlorodiphényltrichloroéthane) de 1946 à 1972, le Perchlordécone, le HCH (Hexachlorocyclohexane), utilisé durant 40 ans et encore plus présent dans les sols que le Chlordécone, la Dieldrine, non homologué en France mais pourtant utilisé durant 20 ans (1950 à 1970) dans les traitements des sols.

C'est dire notre hostilité aujourd'hui à l'utilisation d'un quelconque pesticide par épandage aérien car aucune étude scientifique n'est en mesure d'évaluer les interactions de cette multitude de produits dans les organismes humains. Les autorités publiques refusent toujours le recensement des ouvriers agricoles qui ont été en contact depuis 1972 avec ces nombreux pesticides. Elles refusent également de mener les études épidémiologiques nécessaires sur le territoire de la Martinique.

Quoi qu'il en soit, nous ne pouvons que saluer cette nouvelle étude des chercheurs de CHU d'Angers qui vient confirmer le rôle du Chlordécone et des autres pesticides organochlorés dans la survenue des nombreux cancers observés aux Antilles françaises. Cette étude nous permettra de conforter notre plainte pour mise en danger de la vie d'autrui et administration de substances dangereuses actuellement en instruction au Pôle Santé du Tribunal de Grande Instance de Paris.

Martinique - le 23 août 2012.


Louis BOUTRIN.


Président de MARTINIQUE-ECOLOGIE

Pages