Accueil
Aimé CESAIRE
Frantz FANON
Paulette NARDAL
René MENIL
Edouard GLISSANT
Suzanne CESAIRE
Jean BERNABE
Guy CABORT MASSON
Vincent PLACOLY
Derek WALCOTT
Price MARS
Jacques ROUMAIN
Guy TIROLIEN
Jacques-Stephen ALEXIS
Sonny RUPAIRE
Georges GRATIANT
Marie VIEUX-CHAUVET
Léon-Gontran DAMAS
Firmin ANTENOR
Edouard Jacques MAUNICK
Saint-John PERSE
Maximilien LAROCHE
Aude-Emmanuelle HOAREAU
Georges MAUVOIS
Marcel MANVILLE
Daniel HONORE
Alain ANSELIN
Jacques COURSIL

UNE ENQUETE EN PAYS DOGON (ROMAN POLICIER)

Marie-Noëlle RECOQUE DESFONTAINES
UNE ENQUETE EN PAYS DOGON (ROMAN POLICIER)

Moussa Konaté (1951-2013) est un écrivain et éditeur malien.

Diplômé en lettres de l’Ecole normale de Bamako, il a enseigné plusieurs années avant de se consacrer, en 1981, à l’écriture. Il est l’auteur de nombreux romans, de nouvelles, d’ouvrages pour la jeunesse, d’essais politiques et sociaux, de pièces de théâtre. Il a fondé en 1997, dans son pays, les éditions du Figuier et il a été directeur de l’association « Etonnants voyageurs  Afrique »  Il est aussi connu pour la publication de plusieurs romans policiers qui relatent les enquêtes du commissaire Habib. L’empreinte du renard (Editions Points, coll. « Policier » no P1692) est le troisième volet des enquêtes menées par le commissaire Habib après L‘assassin du banconi  suivi de L’honneur des Keita.

après L‘assassin du banconi  suivi de L’honneur des Keita.

 

Nos sommes en pays dogon, le sol est aride, érodé, les cases couleur de terre se confondent avec le relief rocailleux. Yalémo confie à son frère Yadjé avoir vu le soleil se lever en pleine nuit, phénomène annonciateur du malheur et de la honte pour leur famille. Puis Yadjé découvre son infortune, celle qu’il aime Yakoromo le trompe avec son ami Némégo. Poussé par un oncle qui lui commande de se venger, l’infortuné est contraint,  en dépit d’une amitié persistante, de défier celui qui l’a trahi. Le combat est livré sur une table de pierre suspendue au-dessus d’une multitude de pointes rocheuses acérées. Après la bagarre, on relève deux cadavres Yadjé et Yalémo qui a voulu s’en mêler. Le devin lit l’avenir dans les empreintes laissées par les renards, il prédit que le sang coulera à flots et longtemps dans le village appelé Pigui.

C’est alors que le commissaire Habib entre en scène. Il vient de Bamako. Consciencieux, intègre, il exerce sa profession malgré les difficultés rencontrées sur le plan matériel car le budget alloué par le gouvernement est maigre. Il a été appelé pour élucider deux meurtres dont celui de Yamégo mort mystérieusement le lendemain du combat.

Le maire de Pigui, jeune membre du parti « La Rédemption africaine », se vante d’avoir été élu avec 99% des voix, il avertit le policier d’emblée : « Chez nous, on peut tuer sans être vu, sans utiliser une arme . » Puis l’équipe municipale est décimée, chaque membre décédant d’une manière étrange. Habib va devoir mener une enquête en pays dogon dont la mentalité lui est étrangère. Le mobile et l’arme du crime s’avèreront singuliers. Le commissaire finira par se trouver confronté à un dilemme où le respect des traditions ancestrales entrera en conflit avec celui des principes judiciaires occidentaux.

         Marie-Noëlle Recoque Desfontaines

Connexion utilisateur

CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain afin d'éviter les soumissions automatisées spam.

Pages