Accueil

Une Haïtienne admise au Cercle d’excellence de l’Université du Québec

Elle a quitté Haiti après le séisme de 2010 dans la peur, elle y revient avec les honneurs de la communauté universitaire du Canada. Aude-Laure Gonel vient donc d’être admise au Cercle d’excellence de l’Université du Québec. L’annonce est faite sur le site web de l’Université du Québec à Rimouski (UQAR).

Cette distinction est à la fois prestigieuse, puisqu’elle sélectionne une seule personnalité chaque année, et surtout avantageuse pour madame Gonel parce qu’elle reconnait « sa détermination à contribuer à la reconstruction d’Haïti forte des formations suivies à l’UQAR. »

UQAR, c’est là où elle a décroché un baccalauréat en génie électrique puis une maitrise en gestion de projet (cheminement coopératif) grâce à  un programme d’aide humanitaire mis en place après le tremblement de terre, qui a permis à dix étudiantes et étudiants de l’Université d’État d’Haïti d’y poursuivre leurs études gratuitement.

L’université n’a pas manqué de retracer le parcours universitaire riche et utilitaire de Aude-Laure Gonel au Québec : elle  a travaillé comme chargé de projet au Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux du Centre-Sud de l’Île de Montréal. Elle a aussi contribué à l’ouverture d’une unité d’obstétrique à l’Hôpital Notre-Dame et à la construction d’une maison des naissances.

« De retour en Haïti, elle travaille aujourd’hui comme consultante pour la Banque interaméricaine de développement à Port-au-Prince. Elle est impliquée dans des projets portant sur la réhabilitation de la Centrale hydroélectrique de Péligre, sur la réhabilitation de la ligne de transmission haute tension de Péligre et dans des initiatives visant l’amélioration de l’efficacité énergétique. Sur le plan social, elle collabore à un projet afin de développer une source alternative d’énergie à partir des résidus de cannes à sucre. », écrit l’UQAR.

Son engagement professionnel et associatif lui ont valu les éloges du recteur Jean-Pierre Ouellet: « Le parcours de Mme Gonel est marqué par sa détermination, sa réussite et son engagement à participer à la reconstruction de son pays natal. Elle symbolise bien la vision qu’avait l’UQAR lorsqu’elle a mis sur pied son programme d’aide humanitaire en 2010. C’est avec fierté que l’Université a proposé sa candidature pour faire partie du Cercle d’excellence de l’Université du Québec. »

Le Cercle d’excellence regroupe professeurs, chercheurs, gestionnaires et membres du personnel de l’Université du Québec dont la contribution à l’université est remarquable. Entre 2000 et 2017, seulement 17 personnalités l’ont intégré.

Cet article est largement inspiré d’un texte original publié sur le site web de l’Université du Québec à  Rimouski. Consultez le texte original ici

Pages