Accueil

UNE PREMIERE DOCTORANTE ATIKAMEKW AU QUEBEC

https://app.tcmedianouvelles.ca
UNE PREMIERE DOCTORANTE ATIKAMEKW AU QUEBEC

Membre de la communauté de Wemotaci, en Haute-Mauricie, Suzy Basile est devenue le 13 octobre dernier la première personne de la nation atikamekw à obtenir un diplôme de 3e cycle au Québec.

Étudiante en en sciences de l'environnement à l'Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue (UQAT), Suzy Basile a soutenu avec succès sa thèse portant sur « Le rôle et la place des femmes atikamekw dans la gouvernance du territoire et des ressources naturelles ».

De tous les enjeux concernant la gouvernance du territoire et des ressources naturelles, celui du rôle et de la place des femmes autochtones demeure l'un des plus méconnus. Le projet de recherche de la nouvelle doctorante visait à identifier le rôle des femmes atikamekw sur le territoire et leur place dans la gouvernance locale et territoriale, leurs perceptions de l'état du territoire, ainsi que leurs préoccupations face aux savoirs qui s'y rattachent.

L'analyse thématique de 32 entrevues a montré que les femmes atikamekw ont un fort lien d'attachement au territoire, qu'elles ont dû s'adapter rapidement aux transformations de leur mode de vie, qu'elles tiennent à perpétuer la transmission des savoirs, qu'elles ont un rôle à jouer dans la prise de décision locale et territoriale et qu'elles valorisent le leadership politique des femmes.

« Les femmes atikamekw connaissent le mode de vie de leurs ancêtres et le rôle que les femmes y jouaient. Ce rôle était prédominant et essentiel à l'organisation spatiale des activités traditionnelles sur le territoire. L'éducation est valorisée par les femmes atikamekw, qui en assumaient historiquement une large part », précise Suzy Basile qui est aussi devenue la première étudiante autochtone à se voir décerner un doctorat à l'UQAT.

Pour la doctorante, cette recherche montre l'importance d'assurer une place aux femmes dans la gouvernance et les mécanismes de prise de décision, d'atténuer le sentiment d'insécurité territoriale et culturelle par la transmission des savoirs et par une plus grande protection du territoire ainsi que de mettre en valeur les savoirs sur la gestion du territoire afin de maintenir et renforcer le lien avec ce dernier.

Une bourse de 6000 $

Cette première québécoise n'est pas passé inaperçue puisque que la Fondation de l'UQAT a profité de l'occasion pour remettre à Suzy Basile une bourse d'études d'un montant de 6000 $ issue du Fonds de foresterie autochtone.

« Les membres du jury d'évaluation ont souligné la grande qualité de la thèse de Suzy et la rigueur de son travail. C'est une source d'inspiration formidable pour les étudiants autochtones déjà inscrits ou souhaitant s'inscrire aux cycles supérieurs à l'UQAT », a souligné le professeur titulaire de la Chaire de recherche du Canada en foresterie autochtone et directeur de l'École d'études autochtones de l'UQAT, Hugo Asselin. Soulignons que Suzy Basile poursuivra sa carrière à l'UQAT à titre de professeure à l'École d'études autochtones.

Post-scriptum: 
(Photo courtoisie Geneviève Lagrois)

Pages