Accueil

Unité des personnels et des étudiants de l’Université des Antilles pour l’amélioration de leurs conditions de travail et d’études !

Section CSTM éducation de l’Université
Unité des personnels et des étudiants de  l’Université des Antilles pour l’amélioration de leurs conditions de travail et d’études !

L’annonce de la diminution des moyens attribués au Pôle Martinique de l’Université des Antilles qui aboutirait sur 10 ans au transfert de 120 postes de personnels enseignants et administratifs  a provoqué  en Martinique une légitime  émotion : pétition d’étudiants, prise de position des élus, vote [majoritaire] du  Conseil de pôle…  En Guadeloupe le syndicat SPEG Sup a entamé une mobilisation  du personnel en direction du Président JANKY pour lui demander d’appliquer strictement des textes qui prouveraient une surdotation du pôle Martinique, et de rapatrier vers le pôle Guadeloupe les moyens « abusivement » attribués au pôle Martinique.

Cette démarche de concurrence fratricide entre pôle Guadeloupe et pôle Martinique n’est pas la nôtre. Nous lui opposons  celle-ci : après avoir défini dans des plates-formes revendicatives les besoins de nos pôles respectifs, mutualisons intelligemment  les moyens entre pôles au service de nos étudiants de Martinique et de Guadeloupe ! Combattons ensemble, personnels et étudiants de Guadeloupe et de Martinique, pour obtenir satisfaction ! Ayons le souci de l’avenir de nos jeunes tant en Martinique qu’en Guadeloupe !

Nous sommes tous pénalisés (à l’UA) par le remboursement, à hauteur de 750 000 € annuels, des quelque 10 millions € détournés par les responsables du laboratoire CEREGMIA. Seule la procédure pénale engagée par notre Université pourra permettre de les récupérer. Or, celle-ci semble s’enliser depuis 4 ans. Nous proposons que l’ensemble des organisations syndicales  demande au Ministère de se porter partie civile aux côtés de l’UA pour accélérer cette  procédure et permettre aux deux pôles de recouvrer ces sommes dans les meilleurs délais.

Ensemble, faisons en sorte que le pôle Martinique subissant provocation sur provocation ne se laisse pousser à une scission qui aurait pour effet immédiat d’annuler la procédure au pénal  par dissolution de l’UA,  unique partie civile et autorité de poursuite pénale, ce qui serait une aubaine pour  tous ceux  impliqués dans l’affaire CEREGMIA !

Autre proposition partagée avec les étudiants : non à l’augmentation des frais d’inscription des étudiants non européens ( 2770€ en licence , 3770€ en master). Les liens tissés notamment avec nos frères de la Caraïbe ne doivent pas être diminués !

Afin de rendre notre Université plus attractive pour les jeunes de Martinique et d’ailleurs, de leur éviter 7500€ d’inscription dans telle université privée concurrente, et de les maintenir au pays, nous demandons le rétablissement des 7 formations suivantes brutalement  non validées au mois de juillet malgré l’avis favorable des structures pédagogiques, ce qui a lésé environ 417 lycéens et étudiants : licences mention administration publique, sciences sociales, histoire/histoire de l'art et archéologie;  masters mention sciences sociales, entreprises et marchés, génie des procédés et des bioprocédés, comptabilité, contrôle et audit.

La non accréditation de BIO2M (BIOSPHERES – MATERIAUX – MOLECULES) qui permettrait une  valorisation de la biodiversité caribéenne marine et végétale  a entraîné une situation extrêmement confuse avec un seul groupe de recherche accrédité au détriment d'un autre laissé pour compte. Nous soutenons la demande d'accréditation de ce deuxième groupe et la poursuite des travaux de leurs doctorants laissés-pour-compte

Pour un climat de sérénité entre nos deux pôles, nous demandons le respect plein et entier de l’autonomie de chacun et singulièrement du pôle Martinique.

Syndicalistes uniquement guidés par la défense des intérêts matériels et moraux des personnels et des étudiants des deux pôles, nous sommes persuadés que nous avons tout intérêt à réclamer, ensemble, sans esprit de concurrence fratricide,  les moyens nécessaires à de bonnes conditions de travail et d’études. En cette période de mobilisation générale contre un gouvernement qui asphyxie et détruit les services publics, ne nous trompons pas de cible !

ANSANM ANSANM NOU PE GENYEN !

Pages