Accueil

Université des Antilles : la déclaration larmoyante des députés martiniquais

      Université des Antilles : la déclaration larmoyante des députés martiniquais
   Suite à la demande formulée par la gouvernance de l'Université des Antilles au Président de la République et au Président de l'Assemblée nationale d'évacuer Josette MANIN, députée de la Martinique, de la Commission d'évaluation parlementaire qui devait venir aux Antilles vérifier la bonne application de la loi de 2015 qui fonda l'établissement, nos parlementaires martiniquais se sont fendus de la déclaration de "lapia" ("larmoyante"en français) qu'on peut lire ci-après.
  Or, chacun se souvient que, réunis par la gouvernance, il y a un an, ces mêmes parlementaires avaient soutenu sa politique  visant à diminuer drastiquement la dotation budgétaire du Pôle Martinique, plantant alors un couteau dans le dos des quelques 5.000 étudiants martiniquais !!! Aujourd'hui, les voici comme des caniches en train de pleurnicher et de demander aux Guadeloupéens "de bien vouloir réviser leur position". Sniff !
   Or, il n'y a aucun problème avec les Guadeloupéens.
  Il y a un problème avec les Martiniquais traîtres, vendus et lâches qui soutiennent la politique de non respect de l'autonomie des pôles, pourtant dument prévue dans la loi de 2015. Si ces gens, achetés avec des postes et des médailles de saucisson, avaient la moindre notion de ce qu'est LA DIGNITE, ils démissionneraient suite à l'affront fait à la députée MANIN. Ils ne le feront pas, n'étant pas à une vilénie près, et seraient même prêts à couvrir la demande de radiation de son poste d'un professeur du campus de Schoelcher qui n'a pas, contrairement à ceux du CEREGMIA, détourné le moindre euro. Qu'ils essayent donc s'il veulent voir le feu se rallumer et cette fois-ci, ce ne sera pas un feu, mais un incendie !....
 
                                                                 ***
 
            DECLARATION DES DEPUTES MARTINIQUAIS SUITE A L'EVICTION DE LEUR 
           COLLEGUE JOSETTE MANIN DE LA COMMISSION D'EVALUATION DE LA LOI DE 2015 
           AYANT CREE L'UNIVERSITE DES ANTILLES 
 
 
   Désignée par la Commission des Affaires Culturelles et de l’Education de l’Assemblée Nationale - pour apporter sa contribution à la mission d’évaluation de la loi du 25 juin 2015 portant transformation de l'université des Antilles et de la Guyane en université des Antilles - l’intégrité de Josette Manin, Députée de la Martinique ne peut-être remise en cause.
 
  Le refus, par le corps Universitaire de la Guadeloupe, de recevoir Josette Manin est une grave atteinte au respect mutuel que les Martiniquais et les Guadeloupéens devraient avoir entre eux.
 
   Une telle attitude vis à vis d’un parlementaire Guadeloupéen ou autre recevrait immédiatement notre réprobation et condamnation.
 
   Nous demandons aux élus de l’université de la Guadeloupe de bien vouloir réviser leur position et de trouver le meilleur moyen, à travers l’écoute et le dialogue, de contribuer à l’amélioration de l’organisation des Universités des Antilles et de Guyane.
 
   Afficher un tel esprit de division nous dessert au niveau national et ne fait qu’aggraver une situation déjà très sensible.
 
   Nous faisons confiance à nos élus Guadeloupéens, aux Présidents des Collectivités, à nos amis députés et sénateurs de la Guadeloupe pour tout mettre en œuvre afin que ce débat soit apaisé, que le travail d’expertise parlementaire soit réalisé dans l’intérêt supérieur des jeunes étudiants Martiniquais et Guadeloupéens.
 
   Signés :
   Serge LETCHIMY 
   Josette MANIN
   Jean-Phillipe NILOR 
   Manuéla KECLARD-MONDESIR
 

Pages