Accueil
Aimé CESAIRE
Frantz FANON
Paulette NARDAL
René MENIL
Edouard GLISSANT
Suzanne CESAIRE
Jean BERNABE
Guy CABORT MASSON
Vincent PLACOLY
Derek WALCOTT
Price MARS
Jacques ROUMAIN
Guy TIROLIEN
Jacques-Stephen ALEXIS
Sonny RUPAIRE
Georges GRATIANT
Marie VIEUX-CHAUVET
Léon-Gontran DAMAS
Firmin ANTENOR
Edouard Jacques MAUNICK
Saint-John PERSE
Maximilien LAROCHE
Aude-Emmanuelle HOAREAU
Georges MAUVOIS
Marcel MANVILLE
Daniel HONORE
Alain ANSELIN
Jacques COURSIL

Vandalisme sur le campus de Schoelcher : les étudiants privés de laboratoire pour leurs recherches

Sophine Lonete ("MARTINIQUE 1è)
Vandalisme sur le campus de Schoelcher : les étudiants privés de laboratoire pour leurs recherches

Mercredi dernier (24 juin 2020), toute la salle qui servait de laboratoire aux étudiants chercheurs en sciences expérimentales a été vidée sans aucune précaution. Leurs matériels ont été mal intentionnellement déplacés vers le hall d'un bâtiment 2 du DSI du pôle Martinique de l'Univ. des Antilles.

C'est fichu pour cette année ! Les étudiants chercheurs ne peuvent plus poursuivre leur travail en sciences expérimentales le laboratoire de leur groupe de recherche Biosphères.

Leur matériel a été déplacé sans précaution pourtant il s'agit de machines et autres outils scientifiques plus que sensibles.

"C'est un acte de sabotage" s'insurge  Odile Marcelin-François-Haugrin. La vice-présidente du pôle universitaire de Martinique a déposé une main courante.

Car l'affaire est grave ! Outre les conséquences sur le parcours universitaire des étudiants chercheurs, les machines et matériels d'analyse scientifique qui ont été déplacés sont à manier en suivant un protocole strict.

En effet, le groupe de recherche Biosphères utilise un  PSM (Poste de Sécurité Microbiologique). Cette machine permet de manipuler des microorganismes tels que des bactéries en préservant la sécurité du manipulateur.

Ainsi, ce PSM, une  hotte à flux laminaire et  le reste de leur matériel, ont  été déménagés de la salle C4, qu'ils occupaient depuis quelques mois, vers le Hall du bâtiment 2 du DSI (Département scientifique inter facultaire). Hors, cet appareil acheté sur des fonds FEDER de projet de recherche du groupe Biosphères, pèse environ 200Kgs et coûte plusieurs milliers d’euros.
Pour le déplacer il y a une procédure claire: avant toute manipulation du PSM, l’appareil doit être décontaminé de toutes bactéries.

Les portes des salles côté aménagement du rez-de-chaussée du bâtiment 2 ont également été enlevées. Ainsi, il est impossible à l'université de reconstituer une salle de recherche pour les étudiants scientifiques dans ce bâtiment.

Sans parler de la vaisselle et du matériel stérile de laboratoire laissés à l’air libre dans le Hall.
Les étudiants chercheurs étaient en train de préparer des milieux de culture pour reprendre leurs expérimentations arrêtées par la situation Covid-19.
 

vandalisme Campus Schoelcher
Vaisselle Labo vandalisme sur le Campus Schoelcher. ©Martinique la 1re

"Mais qui a pu faire un tel acte de malveillance ?" S'interroge Juliette Smith-Ravin, responsable du groupe de recherches biosphères au pôle universitaire de Martinique. "Et surtout pourquoi ?" conclue-t-elle...
Juliette Smith Ravin d'autant plus choquée qu'elle se trouvait dans son bureau au moment des faits et que ces actes de vandalisme auraient été perpétrés en plein jour... 

Il faut dire que son groupe de recherche attire la lumière. 
 

Des études au rayonnement international


Le groupe de recherche "Biosphères" du campus de Schoelcher, rassemble les étudiants chercheurs. Leurs études expérimentales offrent, entre autres, au pôle Martinique de l'Université des Antilles, un rayonnement mondial. 

Plusieurs de leurs thèses ont été publiées dans des revues scientifiques internationales. En 2015 le groupe a même obtenu le premier brevet au monde pour la mise au point de la formulation du pur jus de goyave.

Au moment où nous écrivons cet article, nous avons appris que des chaînes fermant ce bâtiment par mesure conservatoire avaient été apposées pour éviter tout accident. Mais, entre mercredi 24 juin et ce dimanche 28 juin 2020, celles-ci ont été enlevés et deux congélateurs, laissés en état de marche dans la salle C4, ont été retrouvés débranchés. 

Le groupe Biospheres a-t-il trop attiré l'attention ? S'agit-il d'une vengeance ou de simple jalousie ?

Pages