Vidé Vaval

Térèz Léotin
Vidé Vaval

Kouri vidé Vaval sé touvé kow an koté étila limajinasion vivan, étila i ka wouvè kòy pasé dra lospiss ki gran wouvè. Kow ka montré kòy, akwèdi  i andidan an lespozision.  Sa pé alé dépi malpwop la ki pa ni piess pidè a, pou monté jwenn bel madigwàn ganmé a ki ka jwé lé konparézon. Adan sé moman tala,  sé konsidiré nou ka lé sòti adan lajol kò nou ki ka tjenbé nou two séré anba léto kanmizol li, toutt lanné a.  Vaval sé ladérizion ki ka mété’w alafett.  Rivé ba kow laposibilté ofè kow la Libèté  viv kon ou lé, pa kon ou sé lé.

Lanné tala larenn kannaval sé té miss Koton, an jennfi Voklen. Mini renn lan, limenm sé té Koulè kréyon ki té ka ba’y valè’y. Kòstim yo a té plen wouchach, yo té kité bel ka alé. Sa fè nou sòti titak anba laritim* yol, laritim kann, laritim flè, dé bagay yo pran an labitid ban nou wè toulonng, konsidiré sé sé bagay-tala selman ki ka montré sa Matinik yé.

Pou chonjé dèmen, tousa té kay ankò pi bel si dèyè chak sé renn lan, oben  mini renn lan, té ka ni moun ki ni menm tem lan ka maché dèyè yo, moun éti rad yo pa blijé  ni menm travay ki adan kostim sé renn lan, men ki ka fè chonjé’y. Yo té ké ka suiv kòtej la olié sé an miss tousel ki ka riprézanté sa i ka riprézanté a, li tousel. Si  titak kabéchaj pòkò za ka fett asou sa, fok chonjé  fè’y. Men woulo-bravo, i té bel. (Le vidé est un lieu où l’imagination  est vivante  On y voit le corps étalé dans tous ses états allant de l’impudeur la plus débridée à l’élégance la plus recherchée. Notre singularité dans ces moments là c’est de vouloir justement sortir de ce corps trop dompté qui nous retient durant toute l’année. L’on dirait une quête dans laquelle l’on voudrait être tout sauf celui que l’on est les autres jours. Le carnaval est le meilleur personnifiant de la dérision. Durant ces jours de liesse, il faut savoir être capable de s’offrir encore davantage de liberté d’être.

Cette année, la Reine du Sud qui était du Vauclin représentait le Coton. La Mini-Reine régnait sur les crayons de couleurs. Elles étaient magnifiques. Tout cet étalage d’imagination nous a fait laisser de côté les habituelles yoles, ou autres cannes, ou fleurs, que nous sommes las de voir donner à représenter la Martinique.

 Cependant, à l’avenir, ce serait beaucoup mieux si derrière la reine, derrière la mini reine on avait un cortège suiveur, dont le déguisement rappellerait le thème en question sans être aussi élaboré que les costumes des reines, bien entendu, au lieu d’avoir une reine seule à déambuler pour représenter son thème. On pourrait y réfléchir, si cela ne se fait déjà, cela semble nécessaire. Bravo, en tout cas.)

Térèz Léotin

Laritim* : labitid.

Pages