Accueil

Visite d'un Rodriguais en terre créole

Georges LAMVOHEE DELAMARE
Visite d'un Rodriguais en terre créole

   Ayant grandi dans une ile créole de l'océan Indien, Rodrigues, je vivais ma créolité sans me rendre compte de son importance et de sa signification. La musique, les danses, la cuisine, les contes, les traditions, les moeurs créoles faisaient partie de ma vie quotidienne. Ce n'est que quand je suis parti pour l'Ecole normale, à l'ile Maurice dont dépend mon île à moi, Rodrigues, que je decouvris les autres cultures vu que  la majorité de

Mauriciens sont d'origine indienne, qu'il y a aussi une grosse communaute de musulmans, également des Blancs et des Chinois.

   C'est donc  à Maurice que je me rendis compte qu'à Rodrigues nous vivions différemment et que nous étions differents ethniquement et culturellement. A Rodrigues, les Noirs et les gens de couleur prédominent et sont tous des chrétiens.

 

RENCONTRE

 

   En 1982,  participant a une colloque de Bannzil Kreol aux Seychelles, je rencontrais pour la première fois un Martiniquais, qui était nul autre que le célèbre feu-Jean BERNABE, linguiste de renommée internationale. Je decouvrais en même temps qu'il existait d'autres sociétés créoles à la Reunion et à St-Lucie. A partir de là, je commencai a me documenter sur les autres peuples créoles, mais plus sur ceux de la Caraïbe. Mon interêt etait plus centré sur la Martinique qui a produit de grands auteurs et écrivains comme Frantz FANON, Aime CESAIRE, Edouard GLISSANT, Raphael CONFIANT, Patrick CHAMOISEAU, Jean BERNABE, entre autres. Je suivais egalement leurs combats pour la reconnaissance de la langue et la culture créoles.

    A côté de cette partie intellectuelle, j'ecoutais aussi la musique antillaise tel que le zouk rendu populaire par les groupes tels que Kassav, Zouk machine, la Compagnie créole, qui projetaient dans le monde, en meme temps, la beauté de la Martinique et de la Guadeloupe, les plages et les belles insulaires à travers leurs clips.  Dès lors, je me mettais en contacts avec mes amis créoles de la Martinique et profitais au maximum de nos rencontres aux Seychelles et à travers les festivals créoles a Menton (sud de la France), à Maurice et à Rodrigues. Je devins par la suite bon ami de Raphael Confiant et nous sommes restés en contact permanent depuis notre rencontre aux Etats-unis en 2004. Lors de cette rencontre à Las Vegas au cours de laquelle nous avons créé avec des Créoles américains de la Louisiane et d'Haïti notamment, l'IOCP (International Organization of Creole Peoples), nous nous sommes donnés comme mission d'oeuvrer pour le raprochemenet des peuples créoles, dans la mesure de nos moyens, en utilisant intensément les nouvelles technologies de communication et en favorisant surtout les contacts humains. La mission continue !

 

VISITE A LA MARTINIQUE

 

   Mon désir de visiter cette terre créole par excellence ( dans mon imaginaire à moi !!!) qu'est la Martinique date donc de 1982 et ce n'est qu'en cette année 2018 que j'ai pu realiser ce rêve. La Martinique, pour les gens de l'océan Indien, surtout les jeunes, est comme un fantasme. On pense aux belles filles, à une ambiance de fête permanente, qu'on peut y voir ou rencontrer les vedettes de Kassav ou autres dans Fort-de-france, que c'est une ile ou on s'amuse follement, où les gens sont cool : une ile paradisiaque, quoi ! 

   Mais en fait, ce n'est pas la vérité. Les plus belles plages se trouvent aux Seychelles, les plus belles filles sont à la Reunion. Les groupes Kassav et autres sont basés en France et viennent rarement en Martinique. Par contre, oui, toutes les occasions sont bonnes pour s'amuser, bien manger et boire le délicieux rhum martiniquais !!! Mais ce n'est sans doute qu'une première impression superficielle.

    Ma visite en Martinique a été minutieusement préparée et programmée par mon ami Raphaël Confiant. Il m'a fait visiter  le Nord-Atlantique, sa terre natale, puis nous avons parcouru la ville de Fort-de-France. Il a même fait ouvrir le bureau d' Aimé CESAIRE, à l'ancienne mairie de la ville, pour que je puisse me rendre compte de la grandeur de cet homme et son empreinte sur l'histoire de la Martinique.

   La créoliste Karen TAREAU, m'a fait visiter l'Habitation Clément et les ilets alors que Max BELAISE, maitre de conférences a l'Université des Antilles, m'a fait visiter le sud et ses les belles plages. Fernand FORTUNE, ancien directeur de la Sécurité sociale et écrivain, m'a fait rencontrer ses amis ou nous avons eu des moments super dans une ambiance tres conviviable où le rhum ne manquait pas!!! Le camarade Isambert DURIVEAU m'a accompagné au musée de St-Pierre pour mieux comprendre l'effet dévastateur du volcan, la montagne Pelée, lors de l'éruption de 1902.

 

PAYSAGES

 

   Quant a la topographie de la Martinique, je  dirais que c'est une combinaison de Maurice et la Réunion. Le sud c'est Maurice avec les plages et l'atmosphère festive, alors que le Nord- Caraïbe est comme la Réunion avec sa route du littoral, ses plages aux sable noir et ses galets. Certains endroits du Nord-Atlantique ressemblent beaucoup à la campagne de Maurice avec les champs de cannes, les rivières et les cascades.

   Ethniquement, La Martinique c'est Rodrigues tout craché avec les mêmes composantes de population. Pour conclure, ma visite en Martinique a été très enrichissante à plus d'un titre, intellectuellement et culturellement. Je garde un merveilleux souvenir de mon séjour. Je remercie mes amis et nouveaux amis de leur acceuil si chalereux et je ne pense qu'à revenir. Les rencontres et échanges m'ont enchanté et je me suis rendu compte que nous, Créoles, où que nous soyons, avons beaucuop de points communs, surtout culturellement.

Image: 

Pages