Accueil

VOEUX 2018 : comprendre que notre Martinique n'est pas le centre du monde

VOEUX 2018 : comprendre que notre Martinique n'est pas le centre du monde

   Dans tous les pays, les médias, institutionnels ou privés, traditionnels ou Internet, ont un double rôle à jouer : ouvrir les yeux du grand public sur les grandes questions qui agitent la société localement, d'une part et de l'autre, ouvrir ce même grand public aux questions du vaste monde. Or, en Martinique, les médias institutionnels délèguent la deuxième tâche à leurs confrères de l'Hexagone, même quand cela concerne des pays proches comme le Venezuela ou le Québec.

   Cela n'est pas normal.

 

  Car la conséquence en est que nous voyons le vaste monde, le "TOUT-MONDE" comme dit Edouard GLISSANT, avec des yeux d'Européens alors que nous sommes aux Amériques. Notre regard est donc biaisé. Quand il y a regard d'ailleurs car on se rend compte que peu d'auditeurs et de téléspectateurs suivent vraiment l'actualité internationale. Il suffit de faire un bref sondage autour de soi pour se rencontre que presque personne ne sait que le Chili vient d'élire un président de droite et milliardaire de surcroît, que le Guatemala a décidé, comme les Etats-Unis, de transférer son ambassade de Tel-Aviv à Jérusalem, que l'écrivain camerounais Patrice NGANANG a été arrêté, emprisonné, puis expulsé vers les Etats-Unis (il a la double nationalité), pour avoir critiqué le dictateur qui tient son pays d'une main de fer depuis bientôt quatre décennies, qu'un grand débat agite les intellectuels noirs américains ces temps-ci, opposant Cornel WEST et Ta Nehisi COATES, le premier reprochant au second de ne pas remettre en cause le système capitaliste etc...etc... Mais pire : combien de Martiniquais savent que l'électricité n'est toujours pas revenue dans près de 60% des foyers dans l'île voisine de la Dominique ?

 

   Car la conséquence en est que nous voyons le vaste monde, le "TOUT-MONDE" comme dit Edouard GLISSANT, avec des yeux d'Européens alors que nous sommes aux Amériques. Notre regard est donc biaisé. Quand il y a regard d'ailleurs car on se rend compte que peu d'auditeurs et de téléspectateurs suivent vraiment l'actualité internationale. Il suffit de faire un bref sondage autour de soi pour se rencontre que presque personne ne sait que le Chili vient d'élire un président de droite et milliardaire de surcroît, que le Guatemala a décidé, comme les Etats-Unis, de transférer son ambassade de Tel-Aviv à Jérusalem, que l'écrivain camerounais Patrice NGANANG a été arrêté, emprisonné, puis expulsé vers les Etats-Unis (il a la double nationalité), pour avoir critiqué le dictateur qui tient son pays d'une main de fer depuis bientôt quatre décennies, qu'un grand débat agite les intellectuels noirs américains ces temps-ci, opposant Cornel WEST et Ta Nehisi COATES, le premier reprochant au second de ne pas remettre en cause le système capitaliste etc...etc... Mais pire : combien de Martiniquais savent que l'électricité n'est toujours pas revenue dans près de 60% des foyers dans l'île voisine de la Dominique ?

 

   On nous opposera que disposer d'envoyés spéciaux ici ou là coûterait trop cher à de petites stations de radio et de télé telles que les nôtres. Certes ! Mais quid alors des médias Internet ? Qui des blogs, des sites-web etc... ? Pourquoi se comportent-ils exactement comme les médias institutionnels s'agissant du "TOUT-MONDE" ? A quoi rime ce nombrilisme grotesque qui fait que l'on n'y parle que de la Martinique, toujours la Martinique et rien que de la Martinique. Sauf de temps à autre de la Guadeloupe et de la France. Ce qui est juste du nombrilisme élargi. N'ont-ils pas, ces blogs et ces sites-web, le devoir d'ouvrir les yeux des Martiniquais sur le vaste monde, de les amener à cesser de contempler leur petit nombril et leur faire comprendre que le processus de mondialisation nous a déjà atteint, même si nous nous cachons comme des poussins sous l'aile de la Mère Poule (-Patrie).

 

   Quand cesseront-ils, ces pourtant nouveaux moyens d'information et de communication, de tourner en rond "dans la calebasse de l'île" (Aimé CESAIRE) ? Quand comprendront-ils que cela est mortifère pour nous ? C'est ce que modestement notre site-web, MONTRAY KREYOL, tente de faire depuis sa création il y a 11 ans de cela. Défendre la langue et la culture créoles, oui, trois fois oui, mais DANS LE MEME TEMPS, ouvrir les yeux de nos lecteurs sur toutes les autres langues et cultures du monde.

 

   TRES BONNE ANNE 2018 A TOUTES ET A TOUS !...

Pages