Accueil
Aimé CESAIRE
Frantz FANON
Paulette NARDAL
René MENIL
Edouard GLISSANT
Suzanne CESAIRE
Jean BERNABE
Guy CABORT MASSON
Vincent PLACOLY
Derek WALCOTT
Price MARS
Jacques ROUMAIN
Guy TIROLIEN
Jacques-Stephen ALEXIS
Sonny RUPAIRE
Georges GRATIANT
Marie VIEUX-CHAUVET
Léon-Gontran DAMAS
Firmin ANTENOR
Edouard Jacques MAUNICK
Saint-John PERSE
Maximilien LAROCHE
Aude-Emmanuelle HOAREAU
Georges MAUVOIS
Marcel MANVILLE
Daniel HONORE
Alain ANSELIN
Jacques COURSIL

Vous nous gonflez avec le vêtement féminin !

Raphaël CONFIANT

   Réchauffement climatique, oppressions des minorités (Noirs aux USA, Royhingas en Birmanie, Tamouls au Sri-Lanka, Kurdes en Turquie, Mapuches au Chili, Arabes et Noirs en France etc.), trafics de drogues, corruption financière quasi-généralisée, famines récurrentes, pollutions de toutes sortes, chômage grandissant partout etc..., notre monde ne manque pas de problèmes graves pour lesquels il faudrait rien moins--et de toute urgence__qu'un Gouvernement mondial. L'ONU n'a pas été créée pour jouer ce rôle et n'est qu'une coquille vide dont les résolutions sont d'inutiles feuilles de papier. Elle a ainsi pris plus de 250 résolutions condamnant les exactions d'Israël en Palestine occupée sans qu'aucune d'entre elles, depuis un demi-siècle, ait jamais été appliquée. Quand aux fameux Casques bleus, ils arrivent le plus souvent quand il est trop tard et cherchent plus à se protéger des factions rivales que de rétablir la paix civile.

   Ces gravissimes problèmes ne peuvent, en effet, être traités et résolus dans le cadre étriqué des états-nation. Le nuage de Tchernobyl ne s'est pas arrêté à la frontière belge ni les déversements de produits nucléaires de Fukushima au large de l'archipel nippon. La misère, la guerre, la faim etc. poussent des millions de gens sur les routes en direction de ce qu'ils croient être l'El Dorado européen ou nord-américain. C'est le monde entier qui est en proie à ce qu'il faut bien se résoudre à appeler une terreur mondialisée. Tchernobyl et Fukushima ne sont pas moins nocifs qu'Al Quaida ou Daesh. Nous voilà à l'ère du Grand Dérangement. Plus personne n'est à l'abri de rien. 
   Or, c'est au beau milieu de cette épreuve majeure que l'humanité est en train d'affronter que des arriérés ou des démagogues sont en train de chercher à nous focaliser sur de faux problèmes. Celui du vêtement féminin en est un. Je ne dis volontairement pas "burqua" ou "burkini" car il y a des intégristes qui diabolisent aussi la mini-jupe, le string et le bikini.  Ces intégristes-là, musulmans, chrétiens, juifs, hindouistes, bouddhistes ou autres, sont pour la plupart des hommes. La télévision leur offre une tribune formidable à tous ces télé-évangélistes, imams des chaînes arabophones, juifs ultra-orthodoxes, hindouistes fanatiques ou encore bouddhistes au calme mensonger. A ce propos qu'on arrête en Occident de nous chanter les vertus des gentils bouddhistes ! Ce sont les Sri-lankais bouddhistes qui ont lancé une guerre féroce contre leur compatriotes minoritaires tamouls et hindouistes, guerre qui a fait plus de 50.000 morts. Ce sont les Birmans bouddhistes qui aujourd'hui massacrent à tour de bras la minorité musulmane royhinga, décrété "minorité la plus persécutée du monde" par l'ONU. Et qu'on arrête aussi de chanter l'hindouisme pacifique ! Ce sont les Tigres tamouls, organisation de résistance des Tamouls sri-lankais, qui ont formé les premiers résistants palestiniens aux attentats-suicides. 
   Les trois religions abrahamiques (judaïsme, christianisme, islam) semblent remporter haut la main la palme de la cruauté au plan historique, mais c'est uniquement parce que les pays où ces religions étaient (/sont) pratiquées étaient (/sont) des pays colonisateurs et expansionnistes. L'hindouisme, le Bouddhisme, le Shintoïsme etc. ne valent pas mieux qu'elles. André MALRAUX disait "le XXIe siècle sera un siècle religieux". Hélas, les faits semblent lui donner raison ! Malheureusement, aucun dieu, aucune divinité, n'a résolu un seul des gravissimes problèmes posés au début du présent article. Or, ces problèmes mettent en jeu le devenir même de l'espèce humaine et d'abord l'équilibre des différentes sociétés. 
   Est-ce donc le moment pour que certains fassent du vêtement féminin un enjeu politique, social ou identitaire ? Est-ce que d'ailleurs c'est aux hommes de définir quel type de vêtements les femmes doivent porter ou ne pas porter ? Il faut renvoyer dos à dos avec la plus extrême fermeté les anti-burkini et les pro-burkini comme il faut renvoyer dos à dos les anti-mini-jupes ou micro-shorts et les pro-minijupes ou micro-shorts. Messieurs, si vous estimez que vous méritez le titre d'"hommes", il serait bon que vous cessiez une fois pour toutes de vous occuper de futilités pareilles. 
   C'est aux femmes et à elles seules de définir comment elles doivent s'habiller...

Connexion utilisateur

CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain afin d'éviter les soumissions automatisées spam.

Pages