Accueil

PITOYABLES MACAQUERIES NOIRISTES

PITOYABLES MACAQUERIES NOIRISTES

  Leur logomachie n'attirant personne, les noiristes martiniquais ont trouvé, croient-ils, une bonne méthode pour se faire entendre : parasiter les conférences d'autrui.

   La méthode est bien rodée et consiste à s'asseoir dans la salle de conférence, à écouter cette dernière sagement, puis une fois qu'elle est terminée et que les questions au public sont ouvertes, d'accaparer le débat et de se relayer à tour de rôle au micro jusqu'à faire une conférence dans la conférence. Certains poussent le bouchon à lire des pages entières au lieu de poser des questions tandis que d'autres les filment avec un téléphone portable  pour diffusion sur les réseaux sociaux du...Blanc (qu'ils vouent pourtant aux gémonies).
   Ainsi, les noiristes font-ils le buzz, espérant ainsi s'attirer de nouveaux adeptes.
  Ces temps-ci, leur terrain de chasse privilégié est le Mois du Créole organisé par la municipalité de Schoelcher sous la houlette de José ALPHA, un cycle de conférences avec divers intervenants qui planchent sur différents aspects de la langue et de la culture créoles : Gerry L'Etang sur l'aspect anthropologique ; Daniel BOUKMAN sur les questions de la graphie du créole ; Raphaël CONFIANT sur l'aspect historique et le créole comme langue de résistance ; et la semaine prochaine Judes DURANTY sur la littérature créolophone.
  Lors de la conférence de G. L'ETANG, ils ont donc lancé leur opération accaparement du micro et le ton est monté, mais José ALPHA, avec le sens de la diplomatie qu'on lui connaît, est parvenu à calmer les ardeurs des noiristes qui au lieu de questionner le conférencier sur ce qu'il venait de dire pendant plus d'une heure, ont préféré, comme à leur habitude, développer leur propres discours dans d'interminables prises de parole sous forme de diatribes. G. L'ETANG a gardé son calme et sans fléchir, leur a tenu tête, appuyé par d'autres personnes présentes dans la salle. Mais sa conférence, dans sa partie débat en tout cas, a été sabotée...
   La semaine d'après, rebelote ! R. CONFIANT fait sa conférence pendant une heure et demi sur le sujet qui lui avait été imparti et personne ne bronche. Puis, une fois le temps des questions du public arrivé, les noiristes ont usé de leur tactique parasitaire habituelle : lire des pages ou tenir le micro sans discontinuer au lieu de se contenter de poser des questions à l'orateur comme ont eu le temps de le faire, fort heureusement, certains personnes, ce qui n'avait pas pu se faire lors de la conférence de G. L'ETANG. Mais cette fois, ils étaient tombés sur un os, un "mové Chaben", qui leur a demandé sèchement de bien vouloir abréger et de poser leurs questions, ce à quoi ils se sont refusés, continuant imperturbablement à parasiter le débat pendant que leurs adeptes filmaient la scène pour la diffuser sur les réseaux sociaux du Blanc. Ils ont alors haussé le ton, pensant pouvoir intimer ou déstabiliser le conférencier qui leur a répondu du tac-au-tac et leur a lancé qu'il n'avaient aucune leçon à lui donner. R. CONFIANT ne ne s'est pas laissé faire, fort de son militantisme dans différents domaines (écologique, politique, culturel etc.), et leur a cloué le bec.
   La question n'est évidemment pas d'empêcher l'expression de la parole noiriste, mais d'empêcher qu'ils continuent à parasiter les conférences de X ou Y pour tenter de s'attirer de nouveaux adeptes avec leurs vidéos enregistrées lors des altercations verbales qu'ils provoquent à la fin de ces mêmes conférences. Qu'ils organisent leurs propres conférences, cela ne pose aucun problème ! Mais si jamais ils persistent à jouer leur petit jeu malsain, un jour ou l'autre, des "kout tjok" vont partir et des chaises vont se mettre à voler.   
   Tjenbon-tiré ! comme disaient les gens du temps-longtemps... 
Image: 

Commentaires

Véyative | 12/10/2019 - 16:53 :
Bien dit! J'ai remarqué qu'effectivement, des personnes viennent régulièrement jouer aux parasites et surtout faire du hors sujet . J'en suis souvent agacée. Des noiristes ? Pas que! Il y a des complexés qui sont enfin contents d'avoir un micro aux lèvres ( un petit moment de gloire ça ne se refuse pas) , ou encore des personnes qui souffrent de diarrhée verbale qui ne peuvent se soulager que dans des lieux pareils puisqu'on les fuit habituellement….etc

Pages