Accueil
Aimé CESAIRE
Frantz FANON
Paulette NARDAL
René MENIL
Edouard GLISSANT
Suzanne CESAIRE
Jean BERNABE
Guy CABORT MASSON
Vincent PLACOLY
Derek WALCOTT
Price MARS
Jacques ROUMAIN
Guy TIROLIEN
Jacques-Stephen ALEXIS
Sonny RUPAIRE
Georges GRATIANT
Marie VIEUX-CHAUVET
Léon-Gontran DAMAS
Firmin ANTENOR
Edouard Jacques MAUNICK
Saint-John PERSE
Maximilien LAROCHE
Aude-Emmanuelle HOAREAU
Georges MAUVOIS
Marcel MANVILLE
Daniel HONORE
Alain ANSELIN
Jacques COURSIL
Session 2007
(session 2007)
Matinik
Matinik
10 JUIN 2007
Kilti Zendien-Kréyol
reçoit les honneurs à 99 ans.
Nich pédagojik
Kilti Zendien-Kréyol
un CD-ROM dédié à Pondichéry
Bénézwel

On ne le sait pas assez mais, au Vénézuéla, dans la Péninsule de Paria,
proche de Trinidad, on parle encore un créole très proche de celui de
Trinidad et donc de celui de la Martinique. En effet, comme l'explique le
Trinidadien Marvel Henry dans un article publié sur notre site, "History of
Creole in Trinidad", ce son des Békés martiniquais fuyant la Révolution
française qui ont émigré à Trinidad avec leurs esclaves noirs et qui y ont
enraciné cette langue. Elle est encore parlée dans plusieurs villages du
Nord de Trinidad comme Paramine, Maraval ou Morne Coco. Plus tard, des
Trinidadiens créolophones ont émigré au Vénézuéla, attirés par l'or et le
pétrole, où, à leur tour, ils ont enraciné le créole. Témoin ce texte de
Juazn Facendo, Vénézuélien et grand défenseur du créole dans son pays qui
souhaite des contacts. Lui écrire à partir de notre site à :

redaction@montraykreyol.org

Matinik

Les Terres-Sainville, ce quartier populaire ayant accueilli un temps les koulis, accueille aujourd’hui une autre population. Tony Mardaye nous amène à leur rencontre lors d’une promenade.

Ayiti

Selon des sources dignes de foi, la minustah aurait la certitude que la version de "l'accident" est fausse le navire des gardes côtes aurait volontaire fait chavirer le navire des candidats à l'immigration et aurait volontairement foncé sur les gens qui nageaient pour qu'il y ait du sang....pour attirer les requins...vous trouverez ci-après une copie de l'article d'une Semaine en Haïti du 14 mai 2007.

Kilti Zendien-Kréyol
30 MAI 1845-2007 :
Actualité / Evénementiel
ENSEIGNEMENT DE L'EDUCATION PHYSIQUE EN MILIEU DIGLOSSIQUE
Une communication de Frédéric ANCIAUX à la table ronde de l'AREC-F, le 28 mars 2007 à l'IUFM de Guadeloupe.
Dènié liv ki paret
Travesties en patois créoles par un vieux commandeur François MARBOT
Sésel

En 1929, une institutrice seychelloise, Rodolphine Young, publiait un recueil de fables dans la langue de son pays, s'insérant ainsi dans une tradition vieille de plus d'un siècle puisqu'elle a commencé à la Réunion, en 1826, avec Louis Héry. Cette tradition a consisté à traduire ou à adapter les Fables de La Fontaine en créole. Toutefois, l'ouvrage dont s'est inspiré R. Young n'est pas celui de L. Héry mais celui du Martiniquais François Achille Marbot, "Fables de La Fontaine travesties en patois créole par un vieux commandeur", publié en 1846, deux ans donc avant l'abolition de l'esclavage. Béké hostile à l'abolition, F. Marbot fut d'abord magistrat avant de devenir gouverneur-adjoint de l'île de la Réunion où il décéda. Il a dû très certainement emmener son livre dans les Mascareignes d'où son influence sur celui de R. Young. "Les Fables seychelloises" sont enfin le tout premier ouvrage littéraire en langue seychelloise, langue qui a avancé à pas de géant puisqu'elle est aujourd'hui langue co-officielle de la République des Seychelles aux côtés de l'anglais et du français. Ces fables ont été redécouvertes et rééditées par la créoliste allemande Annégret Bollée à qui il convient de rendre un vibrant hommage.

Gwadloup