Accueil
Aimé CESAIRE
Frantz FANON
Paulette NARDAL
René MENIL
Edouard GLISSANT
Suzanne CESAIRE
Jean BERNABE
Guy CABORT MASSON
Vincent PLACOLY
Derek WALCOTT
Price MARS
Jacques ROUMAIN
Guy TIROLIEN
Jacques-Stephen ALEXIS
Sonny RUPAIRE
Georges GRATIANT
Marie VIEUX-CHAUVET
Léon-Gontran DAMAS
Firmin ANTENOR
Edouard Jacques MAUNICK
Saint-John PERSE
Maximilien LAROCHE
Aude-Emmanuelle HOAREAU
Georges MAUVOIS
Marcel MANVILLE
Daniel HONORE
Alain ANSELIN
Jacques COURSIL

Le bloc-notes de Raphaël CONFIANT

Le bloc-notes de Raphaël CONFIANT
Raphaël Confiant

Dans le cadre du 46è Congrès des historiens de la Caraïbe, une conférence grand public, intitulée « Histoire caribéenne et littérature », a été organisée le 12 mai par la BU (Bibliothèque Universitaire) du campus de Schoelcher Martinique. Cette conférence, qui avait pour modérateur Mme Bertho-Lavenir, rectrice de la Martinique, a eu deux intervenants : Cécile Bertin-Elisabeth, professeur des universités, qui a traité de la question de « Réécrire l’histoire en Amérique : le cas du vénézuélien Enrique Bernardo Nunez » et Raphaël Confiant, doyen de la Faculté des Lettres et Sciences humaines, dont la communication avait pour titre « La littérature antillaise au défi de l’histoire », communication que l’on peut lire ci-après.

Le bloc-notes de Raphaël CONFIANT
Par Raphaël Confiant

Gabriel Garcia Marquez vient de décéder à Mexico à l’âge de 87 ans. L’auteur de « Cent ans de solitude » plonge tous ses lecteurs, ses millions de lecteurs à travers le monde, dans cent ans de tristesse. C’est que nous avions fini par le croire immortel, sans doute parce que la grâce qui imprègne son écriture avait ce pouvoir mystérieux de nous transporter dans cette région de l’âme où l’on cesse de douter de l’être humain.

Le bloc-notes de Raphaël CONFIANT
Raphaël Confiant
Le bloc-notes de Raphaël CONFIANT
Le bloc-notes de Raphaël CONFIANT
Raphaël Confiant

Cher Yves Monthieux,

Je ne suis d’accord avec presque rien de ce que vous écrivez dans Antilla et divers sites-web de la place, mais je ne suis pas de ceux qui vous vouent aux gémonies parce que vous défendez des idées considérées droitières car j’estime que c’est maintenant, dès maintenant, que nous devons faire l’apprentissage de la controverse, des divergences d’opinion, de la saine polémique, bref de tout ce que recouvre le terme « débat démocratique ». Oui, maintenant, et pas le lendemain matin de l’indépendance. Je vous imagine sourire. Elle n’est pas pour demain, vous entends-je murmurer. Ce n’est pas grave. Mon sujet du jour n’a rien avoir avec cela.

Le bloc-notes de Raphaël CONFIANT
Raphaël Confiant

Mon cher Henri,

J’ai lu avec perplexité ton dernier édito à propos de la crise de l’UAG, notamment la partie qui concerne notre Martinique. Tu me permettras de te dire que je te trouve exagérément pessimiste, voire catastrophiste dans le tableau que tu dresses de notre pays : densité énorme (400 habitants au km2), terres agricoles en voie de disparition rapide, agriculture d’exportation en danger, absence de perspectives pour notre jeunesse frappée par le chômage etc…

Le bloc-notes de Raphaël CONFIANT
Raphaël Confiant

Le terme « créole » provoquant apparemment une poussée de boutons sur certains individus (moyennement alphabétisés, mais qui se prennent pour des intellectuels), cela ne me gêne absolument pas d’abandonner ce terme au profit, par exemple, du jouanakaérien (de « jouanakaéra » ou « îles aux iguanes », terme avec lequel les Caraïbes désignaient la future Martinique) ou même le « kalinaguien » (de « kalinago » terme par lequel les Caraïbes se désignaient eux-mêmes).

Le bloc-notes de Raphaël CONFIANT
Raphaël Confiant

Dans cette étrange contrée qu’est devenue la Martinique, les administrations ont adopté des « horaires d’été ». Tel voisin ou ami vous glisse incidemment, au cours d’une conversation, que son fils ou sa fille « a trouvé un petit job d’été ». Les supermarchés et les publicitaires ne sont évidemment pas en reste. Sauf que si dans le pays qui nous sert de modèle, le licenciement au cœur de l’été est devenu une pratique rarissime grâce à la vigilance des syndicats, voici qu’ici, en Martinique, la télévision d’Etat, MARTINIQUE 1è, vient de l’adopter : la journaliste Lisa David vient en effet, en cette mi-août, d’être licenciée sans préavis ni indemnités.

Le bloc-notes de Raphaël CONFIANT
Raphaël Confiant

Si les Etudes postcoloniales se sont employées, à compter de l’ouvrage fondateur d’Edward Saïd, Orientalism (1979), à remettre en question, d’une part, le regard occidental sur le reste du monde, regard à la fois dénigrant et chosifiant, et, d’autre part, à proposer de nouveaux concepts pour penser le monde, le chercheur en Eudes Caribéennes, natif ou non natif, doit se garder d’oublier qu’il a existé partout des formes de pensée étonnamment originales.

Le bloc-notes de Raphaël CONFIANT
Raphael Confiant

Lè ou t-ap palé ak Mimi Barthélémy, prèmié bagay ki frapé’w, sé jan li t-ap ri. Sé té gnon moun ki té gen gnon gran lanmou pou lavi ak pou moun tou. Jan li t-ap ri, jan li t-ap séré’w nan bra-l, jan li t-ap diskité avè’w, t-ap pèmet ou rèpwan konfians nan lekzistans. Chimen-nou pa kwazé souvan, men chak fwa sa fet, figi Mimi, bel figi Mimi, t-ap pousuiv mwen pandan jou ak jou.

Le bloc-notes de Raphaël CONFIANT
Raphaël Confiant
Le bloc-notes de Raphaël CONFIANT

Un leader politique qui organise 6 élections, qui en gagne 5 à près de 65% des votants, élections auxquelles l’opposition a pu participer normalement, peut-il être qualifié de « dictateur » ? Un leader politique qui utilise les revenus pétroliers pour construire des logements pour les plus pauvres, ouvrir des centres médicaux et d’alphabétisation dans les quartiers démunis, qui redistribue des terres aux « peones », mérite-t-il le qualificatif de « populiste » ? Un leader politique qui vend son pétrole à prix cassé au pays pauvres est-il un « démagogue » et un « suppôt du terrorisme international » ?

Le bloc-notes de Raphaël CONFIANT
Raphael Confiant

Parmi tous les arguments (religieux, moraux, sociétaux etc.) utilisés par les opposants au mariage pour tous en Martinique, il y en a un qui s’il n’a pas la grossièreté des autres, relève, à mon humble avis, du plus haut comique : le prétendu « principe généalogique ». A entendre, ceux qui l’énonce, tel que Y-L. Monthieux, instaurer ce type d’union aurait pour conséquence, surtout s’il était accompagné de la PMA (Procréation Médicale Assistée), de « briser le fil généalogique qui nous unit à nos ancêtres ». Rien que ça !

Le bloc-notes de Raphaël CONFIANT

On peut aimer ou ne pas aimer le style d’Alfred Marie-Jeanne, ancien maire de Rivière-Pilote, ancien président du Conseil régional de la Martinique et actuel député de la circonscription du Centre-Atlantique. On peut désapprouver ses coups de gueule et de griffe, ses discours enflammés et son verbe souvent dévastateur à l’endroit de ses adversaires politiques.

Le bloc-notes de Raphaël CONFIANT

Depuis ce matin, Lisa David, journaliste à MARTINIQUE 1è, est en grève de la faim dans les locaux de la station de Clairière afin de protester contre le harcèlement moral dont elle est l’objet depuis 20 ans et plus particulièrement par l’actuelle direction de cette télévision.

Le bloc-notes de Raphaël CONFIANT
Raphael Confiant

Regardant assez peu la télévision, non par mépris mais faute de temps, il me revient fréquemment par des amis que le patron d’une télé privée martiniquaise n’a de cesse depuis des années d’essayer de me faire passer pour « anti-nègre ». Chaque fois que paraît un de mes livres, ce monsieur, auquel je fais envoyer gratuitement mes publications comme à toute la presse, pique un bout de phrase dans mes textes, la lit à haute voix d’un air indigné et cherche à faire partager aux autres journalistes présents sur le plateau l’idée que « Confiant n’aime pas les nègres » (sic).

Le bloc-notes de Raphaël CONFIANT
Raphael Confiant

Chroniqueur d’ANTILLA généralement classé à Droite, Yves-Léopold Monthieux est quelqu’un qui a au moins le courage de ses idées, ce qui n’est pas très commun dans un pays où règnent le faux-semblant et le nationalisme de pacotille. Je ne suis à peu près d’accord avec aucune des conceptions qu’il développe, mais outre qu’il le fait avec un réel talent, il en a parfaitement le droit jusqu’à preuve du contraire. L’aurait-il, ce droit, dans une Martinique indépendante ? J’en doute fort si l’on en juge par le macoutisme rampant qui sévit tant dans la Gauche dite classique que chez la plupart des nationalistes (autoproclamés et roulant en 4/4). Mais là n’est pas l’objet de la présente chronique…

Le bloc-notes de Raphaël CONFIANT

J’ai rencontré l’écrivain martiniquais Daniel Boukman en Algérie, en 1974, lorsque, comme bon nombre de jeunes étudiants antillais de cette époque, j’avais décidé de tout larguer pour rejoindre le rêve de la Révolution algérienne alors dirigée par le président Houari Boumédienne. Avant moi, il avait accueilli, d’une année sur l’autre, des Martiniquais, des Guadeloupéens, des Guyanais, quelques Haïtiens même.

Le bloc-notes de Raphaël CONFIANT

Est-ce du cynisme, de l’arrogance impérialiste ou de l’analphabétisme ? Sans doute les trois à la fois. En tout cas, ces propos de Susan Rice, ambassadrice des Etats-Unis à l’ONU, propos émanant d’une femme « noire », témoignent au moins d’une chose, les « African-Americans » sont devenus aujourd’hui des Yankees comme les autres. Des Yankees noirs !

Le bloc-notes de Raphaël CONFIANT

Le 29 novembre prochain, Mahmoud Abbas, président de l’Autorité palestinienne, présentera devant l’Assemblée générale de l’ONU une demande d’adhésion de son « pays » en tant qu’ « état non-membre ». « Pays » entre guillemets parce qu’en 1948, lors de la création de l’Etat d’Israël, des centaines de milliers de Palestiniens furent expulsés de leur terre natale vers les pays voisins (Syrie, Jordanie, Liban etc.) où depuis ils croupissent dans des camps de réfugiés.