Accueil
Aimé CESAIRE
Frantz FANON
Paulette NARDAL
René MENIL
Edouard GLISSANT
Suzanne CESAIRE
Jean BERNABE
Guy CABORT MASSON
Vincent PLACOLY
Derek WALCOTT
Price MARS
Jacques ROUMAIN
Guy TIROLIEN
Jacques-Stephen ALEXIS
Sonny RUPAIRE
Georges GRATIANT
Marie VIEUX-CHAUVET
Léon-Gontran DAMAS
Firmin ANTENOR
Edouard Jacques MAUNICK
Saint-John PERSE
Maximilien LAROCHE
Aude-Emmanuelle HOAREAU
Georges MAUVOIS
Marcel MANVILLE
Daniel HONORE
Alain ANSELIN
Jacques COURSIL

Le bloc-notes de Raphaël CONFIANT

Le bloc-notes de Raphaël CONFIANT
Renouer avec l'espérance d'un certain 13 décembre 2015...(7è partie et fin)
Raphaël CONFIANT

   Ca me gonfle finalement de faire des explications de texte du livre que j'ai co-écrit avec L. BOUTRIN, "DECEMBRE 2015. UNE NOUVELLE PAGE DE L'HISTOIRE DE LA MARTINIQUE" publié il y a...2 ans déjà par Caraibéditions. Si il y a des gens qui veulent le lire, ils n'ont qu'à se rendre dans ce magasin qui a pour nom...il s'appelle comment déjà au fait ?...boulangerie, non...pâtisserie, non plus...zut ! j'ai un trou de mémoire. Ah oui, voilà, Librairie ! Et puis décembre 2017 finit demain donc chacun aura d'autres chats à fouetter. Au fait, vous avez remarqué que les féministes ne demandent jamais à ce que le mot "chats" soit mis au féminin dans cette expression. Curieux !... Qu'est-ce que je raconte ? Je n'ai même pas encore bu mon premier verre de rhum-vodka du Jour de l'An que ma plume commence déjà à zigzaguer.

Le bloc-notes de Raphaël CONFIANT
Renouer avec l'espérance du 13 décembre 2015...(6è partie)
Raphaël CONFIANT

   Une immense espérance s'était donc levée au sein des quelques 83.000 électeurs qui avaient porté leurs suffrages sur la liste du GSPBPAC (GRAN SANBLE POU BA PEYI-A AN CHANS) conduite par Alfred MARIE-JEANNE, liste qui réunissait dans une alliance inédite, d'un côté, des indépendantistes-autonomistes-écologistes et de l'autre, des gens de droite et du centre. Espérance qui se manifesta concrètement au soir de la victoire, le 13 décembre 2015, sur la Place du Nègre Marron, au Lamentin, à quelques encablures de la permanence du député qu'était à l'époque CHABEN, quand plus d'un millier de personnes exaltées accueillirent les leaders des différents partis. La Martinique avait envie d'un changement et voici qu'il était là, qu'il serait là dans quelques jours ou quelques semaines, lorsque la toute nouvelle Collectivité Territoriale de Martinique (CTM) serait installée.

Le bloc-notes de Raphaël CONFIANT
Renouer avec l'espérance d'un certain 13 décembre 2015... (5è partie)
Raphaël CONFIANT

   Le moment tant attendu est donc arrivé.

   Le jour de la victoire est là, le soir plutôt, sur cette place du Nègre Marron, au Lamentin, où, en ce dimanche 13 décembre 2015, près d'un millier de partisans s'est rassemblé, malgré d'abord une "pluie-fifine", suivie d'une pluie drue, entrecoupées d'accalmies. 54,4% des voix aux second tour de cette élection pour la toute nouvelle collectivité la CTM (Collectivité Territoriale de Martinique) qui sera dotée des pouvoirs tout à la fois de feu le Conseil régional et feu le Conseil général ! 12.000 voix d'écart entre les vainqueurs et les vaincus !

   Le leader de la liste gagnante, le GSPBPAC (GRAN SANBLE POU BA PEYI-A AN CHANS), Alfred MARIE-JEANNE, entouré des chefs des différents partis composant cette étonnante coalition, va prendre la parole. Mais il la laisse d'abord à ceux-ci qui, chacun à tour de rôle, prononcera une brève allocution pleine d'émotion. Comme si certains d'entre eux ne croyaient toujours pas à leur victoire. Comme s'ils n'en croyaient toujours pas leurs yeux. Pourtant tout au long de la campagne électorale avant l'élection et dans l'entre-deux tours, un incroyable engouement populaire avait accompagné les meetings de la liste gagnante...

Le bloc-notes de Raphaël CONFIANT
Renouer avec l'espérance d'un certain 13 décembre 2015...(4è partie)
Raphaël CONFIANT

    Soudain, la pluie qui "fifinait" sur la Place du Nègre Marron, au Lamentin, s'arrête, en ce dimanche 13 décembre 2015 dans la soirée. Presqu'au moment même où les résultats définitifs de l’élection de la CTM (Collectivité Territoriale de Martinique) sont annoncés par les médias. D'abord, un bref moment de stupeur devant l'ampleur du score (plus de 54% des suffrages et 12.000 voix d'écart entre les deux listes en course) et puis, une explosion de joie. Une liesse indescriptible ! Combien sont-ils ce soir-là sur cette modeste place ? Mille ? Deux mille ? Impossible de le savoir tant les gens sont tassés les uns contre les autres et tellement ils s'agitent en tous sens. Simples sympathisants ou militants aguerris, jeunes et vieux, femmes comme hommes. Des "Nou pwan yo sans lajan ! Nou pwan yo san lajan !" (Nous les avons battus sans distribuer de l'argent !) fusent parmi les "Vive CHABEN !". Et c'est alors que, depuis la permanence du député Alfred MARIE-JEANNE, située trois rues en amont, le cortège des leaders des différents partis (presque tous en chemise blanche !) fend difficultueusement la foule, se serrant les uns les autres par la main, CHABEN au milieu d'eux, telle une garde prétorienne...

Le bloc-notes de Raphaël CONFIANT
Renouer avec l'espérance d'un certain 13 décembre 2015... (3è partie)
Raphaël CONFIANT

   Au matin du deuxième tour des élections de la CTM (Collectivité Territoriale de Martinique), le dimanche 13 décembre 2015, l'anxiété des militants du GRAN SANBLE était palpable et contrastait avec l'optimisme de ceux de leurs alliés tout neufs de BA PEYI-A AN CHANS. Les deux composantes de la coalition, la première réunissant indépendantistes-autonomistes-écologistes, la seconde gens de droite et du centre, avaient, une semaine plutôt signé un "pacte de mandature" à la stupéfaction générale des journalistes et commentateurs politiques, de la coalition adverse, le PPM/EPMN et, il faut bien le dire, de nombre de militants du tout nouveau GSPBPAC (GRAN SANBLE POU BA PEYI-A AN CHANS), acronyme imprononçable dont se gaussaient les journalistes. Pourtant, la campagne pour le deuxième tour avait attiré presqu'autant de monde que la première, même si certaines bouderies de personnes proches du mystérieux G20 avaient déjà commencé à se manifester ici et là. Signes avant-coureurs d'une fronde contre les "vieux" qu'on n'avait pas réussi à écarter, fronde qui n'osait toutefois pas encore se déclarer au grand jour.

Le bloc-notes de Raphaël CONFIANT
Renouer avec l'espérance d'un certain décembre 2015...(2è partie)
Raphaël CONFIANT

   Au soir du premier tour du scrutin pour l'élection de la nouvelle Collectivité Territoriale de Martinique (CTM), comme nous l'avons vu dans notre article précédent, le 6 décembre donc, le moral n'était pas des plus hauts dans le camp du "GRAN SANBLE" avec son modeste score de 30,38% des voix tandis que l'on jubilait dans le camp adverse, le PPM/EPMN, qui, lui, avait recueilli presque 39% des voix (38,96% très exactement). En effet, rattraper quasiment 10 points semblait improbable, sinon impossible aux yeux de nombreux militants de la coalition indépendantiste-autonomiste-écologiste qui s'étaient donnés corps et âme pendant deux mois à travers toute la Martinique. A la télévision, tous les experts, notamment Eddy MARAJO et Justin DANIEL, donnaient le "GRAN SANBLE" perdant au second tour. Quant au PPM/EPMN, il était si sûr et certain de sa victoire qu'il dédaigna toute offre d'ouverture de sa liste à d'autres composantes de la gauche, aux fameuses "petites listes" qui, pour certaines comme NOU PEP LA (6,4%), avaient réalisé un score honorable.

Le bloc-notes de Raphaël CONFIANT
Renouer avec l'espérance d'un certain 13 décembre 2015...(1è partie)
Raphaël CONFIANT

   Il n'est pas exagéré d'affirmer que la victoire de la coalition formée par le "GRAN SANBLE" et "BA PEYI-A AN CHANS" au soir du dimanche 13 décembre 2015__il y a deux ans donc__avait résonné comme un coup de tonnerre dans le ciel serein d'une victoire annoncée de l'autre coalition, celle du PPM/EPMN, conduite par Serge LETCHIMY. En effet, déjà au premier tour, le score du "GRAN SANBLE" avait été plutôt moyen (30,28%) contre 38,96% pour le PPM/EPMN, presque 39% des voix donc, qui présageaient au second tour d'une victoire éclatante de ce dernier.

Le bloc-notes de Raphaël CONFIANT
Pour une Martinique débarrassée de la corruption en 2018
Raphaël CONFIANT

   Puisque la période des vœux est imminente, que souhaiter pour notre petit pays, la Martinique ? Celui qu'Aimé CESAIRE qualifiait affectueusement de "plus petit canton de l'univers". Plus petit canton qui, en effet, n'apparaît même pas sur les mappemondes mais qui est plus connu internationalement que le Turkménistan, le Laos, la Lettonie, le Honduras, la Biélorussie, le Bhoutan, la Moldavie, etc... lesquels couvrent pourtant des dizaines de milliers de kilomètres-carré et sont peuplés de millions d'habitants.

Le bloc-notes de Raphaël CONFIANT
Les donneurs de mauvais conseils au Président de la Collectivité de Martinique
Raphaël CONFIANT

   Dans ce petit pays aux fleurs fanées qu'est la Martinique, il y a moult et moult occasions de se rouler par terre de rire.

   Depuis que l'Internet et les réseaux sociaux sont apparus, ces occasions se sont démultipliées et la sphère politique se trouve être l'une des principales impactées. Depuis qu'Alfred MARIE-JEANNE a fait éclater l'abcès qui gangrène son parti et sa majorité (hormis la fraction POU BA PEYI-A AN CHANS), Facebook, par exemple, se déchaîne et tous ceux et toutes celles qui y passent leur vie ou en tout cas l'essentiel de leur temps libre, ont repris au bond l'accusation fallacieuse de l'un de ceux qu'il a dénoncés selon laquelle il recevrait de mauvais conseils de son entourage ou "son nouvel entourage".

Le bloc-notes de Raphaël CONFIANT
Jik ki tan nou ké asepté yo fè nou wont kon sa ?
Raphaël CONFIANT

 

   Man pa Afritjen, mé majorité zanset-mwen té afritjen (menm si man ni Blan ek Chinwa adan fanmi-mwen tou). Ek sé davwè majorité zanset-mwen té Afritjen ki sa chouboulé mwen lanmanniè prézidan fwansé a, misié MACRON, trété prézidan Birkina-Faso, misié KABORE. Prézidan fwansé a té ka vizité péyi afritjen an tala ek i té ka fè an plodari adan Linivèsité Ouagadougou, kapital péyi-a. An lè, MACRON pèmet kò'y fè djendjen :

   "Sé pa mwen ki pou réparé lektrisité linivèsité Birkina-Faso !"

Le bloc-notes de Raphaël CONFIANT
CONFLIT DU PARC NATUREL : MARTINIQUE 1è, CA SUFFIT DE NE JAMAIS DONNER LA PAROLE AUX NON-GREVISTES !
Raphaël CONFIANT

  Dans le conflit du Parc Naturel de Martinique, que la quasi-totalité des médias fassent des reportages à charge contre Louis BOUTRIN, président de cet établissement qui dépend de la CTM, qu’ils ne donnent jamais la parole aux non-grévistes, révèle l’indignité et la bassesse de ceux qui se parent du titre de journaliste dans ce pays où n’importe qui se pare de n’importe quel titre sans vergogne ! 

Le bloc-notes de Raphaël CONFIANT
"MANGEONS ALL-INCLUSIVE", CHOREGRAPHIE DE CHRISTIANE EMMANUEL
Raphaël CONFIANT

   D'entrée de jeu, une scène dépouillée, presque nue, hormis un étrange objet rectangulaire et d'une blancheur inquiétante. Coffre-fort ? Cercueil ? Malle ? Et autour, quatre danseurs, deux de chaque sexe, qui évoluent à part, chacun dans son propre espace. Chacun comme perdu dans son for intérieur. Gestes tantôt brusques, tantôt hiératiques. Regards fixes mais qui regardent l'au-loin comme s'ils cherchaient quelque horizon à jamais perdu.

Le bloc-notes de Raphaël CONFIANT
MARTINIQUE : CORRUPTION A TOUS LES ETAGES
Raphaël CONFIANT

   Mon grand-père maternel, au fin fond de sa campagne du quartier Macédoine, au Lorrain, où il tentait de maintenir vaille que vaille sa petite distillerie jusqu'à ce qu'elle soit contrainte de fermer ses portes au milieu des années 50 du siècle passé, aimait à répéter une expression qui me semble intraduisible ou difficilement traduisible en français : "Neg ki wè lajan ta". Littéralement, cela donne "Les gens qui ont vu tardivement l'argent", ("Neg"  étant bien sûr pris ici dans son sens premier en créole à savoir "homme, individu"). En français académique, cela donne "parvenu", mais pas besoin d'être un grangrek pour sentir que ce terme ne parvient pas à exprimer la rapacité un peu grotesque que l'on perçoit dans l'expression créole.

Le bloc-notes de Raphaël CONFIANT
Quand l'Espagne ne veut pas prendre son indépendance par rapport à la Catalogne
Raphaël CONFIANT

   D'abord un chiffre : sur les 220.000 fonctionnaires catalans seuls...9% sont payés par l'Etat espagnol. Cela signifie quoi ? Que la Catalogne est déjà indépendante de facto et depuis longtemps. Un autre chiffre : il y a, en Catalogne, 15.000 policiers catalans payés par la Catalogne contre 6.000 policiers espagnols ("la Guardia civil") payés par l'Etat espagnol. La Catalogne n'est, certes, pas reconnue comme un pays à part entière et elle n'a pas de siège à l'ONU, mais elle est mille fois plus indépendante que de la plupart des ex-colonies européennes d'Afrique, notamment du tristement célèbre "pré carré français".

Le bloc-notes de Raphaël CONFIANT
LA FEMME-ETOILE S'EST POSEE AU CIMETIERE MARIN
Raphaël CONFIANT

A la mémoire de Aude-Emmanuelle HOAREAU, philosophe réunionnaise et théoricienne de la Créolité

Le bloc-notes de Raphaël CONFIANT
L'oiseau de paradis s'est envolé le dernier jour de l'hiver austral
Raphaël CONFIANT

    Aude-Emmanuelle HOAREAU était docteur en philosophie et théoricienne de la Créolité réunionnaise, mais aussi danseuse et artiste. La mort vient de l'emporter à l'âge de 39 ans. Raphaël CONFIANT qui, à l'époque où il était le doyen de la Faculté des Lettres et Sciences humaines de l'Université des Antilles, l'avait invitée à prononcer une conférence sur le campus de Schoelcher qui avait attiré un nombreux public, lui rend hommage...

Le bloc-notes de Raphaël CONFIANT
Kataloy : sé Pangnol-la ka fouté bon fè
Raphaël CONFIANT

   Sé jòdi-a, dimanch 1é oktob, gouvelman otonom Kataloy pou òganizé référandom-la asou lendépandans-li. Nou ka chonjé ki lasimenn pasé, sé manblo (policier/police officer) pangnol la, yo ka kriyé La Guardia civil, té za débatjé adan dives ministè Kataloy pou té sa aresté moun ek 13 minis adan sé moun-tala. Adan menm balan-an, yo té pongné (saisir/to seize) 6 million bilten votman pou sa opozé éleksion-an tjenbé kò'y. Sé konsidiré diktati an tan jénéral FRANCO té anni viré-paret toubannman ! Pies péyi l'Ewop pa di ayen asou vakabonnajri-tala ek djol met-a-manyok-yo (président) rété koud.

Le bloc-notes de Raphaël CONFIANT
Catalogne et Venezuela : le deux poids deux mesures des grands médias
Raphaël CONFIANT

   Une fois de plus les grands médias européens et nord-américains démontrent à quel point leur prétendu souci de l'information équilibrée et surtout recoupée est juste une fable pour gogos devenus accros à la télé-réalité et à whatsapp c'est-à-dire, hélas, une bonne majorité des...on n'ose pas dire citoyens. Disons consommateurs. Consommateurs pas seulement de produits alimentaires (cancérigènes) que l'on trouve à profusion dans ces nouveaux temples de la culture que sont devenus les hypermarchés et autres centres commerciaux, mais aussi d'images, de vidéos, d'émissions-télé. Après le tube digestif, c'est le cerveau que le système en place colonise.

Le bloc-notes de Raphaël CONFIANT
Ce que le combat de la Catalogne peut nous enseigner
Raphaël CONFIANT

   Le combat de la Catalogne pour obtenir son indépendance de l'Espagne, quoiqu'éloigné de nos préoccupations à nous, Martiniquais, doit pouvoir nous donner à réfléchir et nous permettre de tirer quelques enseignements utiles pour notre propre cause. Ce jour, 20 septembre 2017, la police espagnole a, en effet, envahi le Palais national ainsi que le Parlement catalans (qui est une région autonome) pour arrêter 13 ministres, cela dans le but d'empêcher la tenue d'un référendum sur l'indépendance. La totalité des bulletins fabriqués pour ce scrutin, soit 6 millions, a d'ailleurs été saisie par cette même police.

Le bloc-notes de Raphaël CONFIANT
"Le Dernier Blanc"  (1945) d'Yves Gandon ou la récurrence d'un fantasme
Raphaël CONFIANT

   En ces périodes où le suprématisme blanc relève la tête dans le sillage de l'élection de Donal TRUMP, il est intéressant de chercher à comprendre les racines d'un fantasme récurrent chez les Européens et Extrême-Européens (Nord-Américains) : celui de la disparition ou de l'extermination de la "race" blanche. Ce qui dans l'Europe d'aujourd'hui se traduit par l'expression "le Grand Remplacement" ou dernièrement à Charlottesville, aux Etats-Unis, par le slogan "Les Juifs ne nous remplaceront pas !".