Accueil

Ti kourilet

Ti kourilet
LEGISLATIVES : LOURDE DEFAITE DU "GRAN SANBLE POU BA PEYI-A AN CHANS"

   Il faut appeler un chat un chat !

Ti kourilet
Philippe-Ceregmia M. et la mission d'enquête parlementaire sur le chlordécone

   Tout le monde semble avoir oublié le scandale du chlordécone qui avait agité la Martinique entre 2007 et 2010, mais les dégâts sont là et pour longtemps : 20.000 hectares contaminés (pour les 150 années à venir !), destruction de l'aquaculture, interdiction de la pêche dans certaines baies, augmentation exponentielle des cas de cancers, des m

Ti kourilet
L'étrange équation "indépendantiste = de gauche ou d'extrême-gauche"

   La présente campagne pour les législatives est l'occasion de revenir sur un certain nombre d'équations politiques qui ont cours depuis "nannni-nannan" dans le monde politique martiniquais, dans le milieu des médias et plus largement dans la société martiniquaise.

Ti kourilet
Deux premiers ministres d'origine indienne en Europe

   Depuis 2015, le Portugal a comme premier ministre un homme dont les parents sont des Indiens originaires de Goa, enclave portugaise en Inde durant 4 siècles que cette dernière annexa en 1961. Antonio COSTA fut d'abord maire de Lisbonne, la capitale du Portugal.

Ti kourilet
Panique chez les députés-parasites martiniquais : la réserve parlementaire va être supprimée

   Un député-parasite est un député qui ne fout rien pendant les cinq années de sa mandature et dont les rares initiatives (amendements etc.) sont retoquées faute de fondement juridique un tant soit peu sérieux.

Ti kourilet
Pour mieux connaître Frantz Fanon
Christian LOUISE-ALEXANDRINE

Fanon ?

Vous êtes né(e) après 1980. Vous « savez » qu’il existe un martiniquais célèbre qui s’appelle Frantz Fanon qui est mort en 1961 à l’âge de 36 ans. Un lycée,un centre culturel, des rues, des avenues portent son nom à la Martinique

Ti kourilet
L'écologiste ou le capitaliste : un choix cornélien ?

   Jour après jour, cette campagne des législatives nous apporte son lot de loufoqueries, d'étrangetés et autres déclarations ou positionnements biscornus, au point que les humoristes martiniquais se retrouvent au chômage, contraints d'aller pointer à Pôle Emploi où, là, ça ne rigole pas du tout-du tout.

Ti kourilet
Législatives en Martinique: un bus pour mieux vous mener en bateau

   La Droite se sent repousser des ailes depuis quelque temps dans l'île aux fleurs fanées où l'air a, non pas "des odeurs de sucre et de vanille", comme l'écrivait au siècle dernier le poète doudouiste Daniel THALY, mais, hélas, des senteurs de brumes de sable mêlées à des particules fines désastreuses pour les bronches et les poumons.

Ti kourilet
Sur RLDM, Philippe-Ceregmia M. prétend reprendre le flambeau de Chaben

   Des histoires à dormir debout, on en entend tout-partout en cette période électorale : dans les meetings, sur les radios, à la télé etc...et certains politiciens rivalisent de krik-krak mistikrak ! avec les plus grands de nos vieux conteurs d'antan.

Ti kourilet
Député "man la-man pa la"..."ou wè'y-ou pa wè'y"

   L'absentéisme parlementaire est une vieille rengaine de l'Assemblée nationale française au point que cette dernière en est venue à fixer des amendes pour les mauvais élèves, sé tala ki ka matébis la, comme on dit en créole.

Ti kourilet
Singapour : ce que le Béké omet de dire...

   Dans un journal de la Martinique, on a pu lire récemment l'interview d'un Béké médiatique qui déclarait ceci :

Ti kourilet
Quand on s'entoure de médiocres, il ne faut pas s'étonner que...

   C'est bien connu, les leaders politiques n'aiment pas trop, quel que soit le pays, l'origine ethnique, la langue ou la religion, que leurs partisans leur fassent de l'ombre. Il s'agit là d'un mal universel mais qui, sur un tout petit territoire, peut avoir des conséquences incalculables.

Ti kourilet
Jusqu'à quand nous prendront-ils pour des cons ?

   Jetez un œil au montage-photo qui illustre le présent article : sur la partie gauche, on voit Donald TRUMP et madame, Yvana donc, en visite officielle au Vatican et prenant la pose aux côtés du Pape FRANCOIS ; sur la partie droite, on voit la même Yvana lors d'une visite officielle de son cher mari en Arabie Saoudite, autrement dit au Vatican

Ti kourilet
Chouval-bwa sé mes moun Matinik ki la !

   Gadé foto-a ki ka ilistré artik-tala ! Nou ka wè met-a-manyok (président) Kolektivité Matinik ka pwan an dousin chouval-bwa. Sé pa primié fwa sa ka rivé'y. Chak lanné, i ka fè'y nan lépok 22 mé ek pèsonn pa ka wè ayen ki mové adan sa.

Ti kourilet
L'ETONNANT RETOUR DES VIEUX DISCOURS ASSIMILATIONNISTES

   Depuis que la Droite martiniquaise, mise à l'écart des responsabilités pendant les deux dernières décennies, est (partiellement) revenue aux affaires à la faveur du pacte de gestion signé en décembre 2015 entre le "GRAN SANBLE" (coalition de partis indépendantistes, autonomistes et écologistes menée par le MIM) et

Ti kourilet
Sé wou-tala ki antrénè pétet...

   Annou gadé sé dé foto-a ki ka ilistré artik-tala ek annou fè an ti siparézon (comparaison/comparison) ! Asou primié foto-a, nou ka wè an étjip foutbal mapipi (champion) ki sé REAL MADRID.

Ti kourilet
Lamentable : c'est le football maintenant qui décide des élections

   La Martinique est en train de toucher le fond, comme par hasard à la veille d'élections législatives qui risquent d'être déterminantes pour son avenir politique puisque le dernier de ses grands leaders, Alfred MARIE-JEANNE, ne se représentera pas.

Ti kourilet
Yo pa ka fè ganm épi an owdinatè douvan yo

   Atè Matinik, pli piti ti réinion moun ka fè, toujou ka ni an latilié (profusion) owdinatè sé partisipan-an ka mété déwò.

Ti kourilet
Makoumè épi zanmiyez pa fè pèsonn ayen

   Jòdi-a, 17 mé, sé an jounen toutwonlatè (international) pou sa goumen kont rayisans (haine/hate) ki ka woulé kont moun ki makoumè, ki zanmiyez (lesbienne/lesbian)  oben ki mofwazé (changer/to change) nati (sex/sex)

Ti kourilet
Ansanm mwa mé-a ka rivé, sé nwaris-la ka sòti déwò...

   Mwa mé sé mwa éti nou ka gloriyé (célébrer/to celebrate) zanset-nou davwè yo pété chenn-yo lè 22 mé 1848 avan dékré labolision ladjoukann (esclavage/slavery) té ni tan rivé atè Matinik.