Accueil
Aimé CESAIRE
Frantz FANON
Paulette NARDAL
René MENIL
Edouard GLISSANT
Suzanne CESAIRE
Jean BERNABE
Guy CABORT MASSON
Vincent PLACOLY
Derek WALCOTT
Price MARS
Jacques ROUMAIN
Guy TIROLIEN
Jacques-Stephen ALEXIS
Sonny RUPAIRE
Georges GRATIANT
Marie VIEUX-CHAUVET
Léon-Gontran DAMAS
Firmin ANTENOR
Edouard Jacques MAUNICK
Saint-John PERSE
Maximilien LAROCHE
Aude-Emmanuelle HOAREAU
Georges MAUVOIS
Marcel MANVILLE
Daniel HONORE
Alain ANSELIN
Jacques COURSIL

AFFAIRE "CARENANTILLES" : UNE SEMAINE APRES SA MISE EN EXAMEN...

AFFAIRE "CARENANTILLES" : UNE SEMAINE APRES SA MISE EN EXAMEN...

  ...l'ancien directeur général des services du Marin a été retrouvé mort.

   A son domicile. De mort naturelle, s'empresse-t-on de nous rassurer pour le cas où certains d'entre nous s'imagineraient vivre en Sicile. C'est que l'homme venait d'être mis en examen non pas dans ce que les medias appellent pudiquement "l'Affaire CARENANTILLES", mais bien le scandale CARENANTILLES. Scandale impliquant le maire PPM (Parti Progressiste Martiniquais) du Marin, Rodolphe DESIRE, la famille békée DE LUCY (dont l'un de ses membres, Jean-Louis, jouit en ce moment d'une cellule à la BALKANY, au centre pénitentiaire de Ducos) ainsi que cet infortuné directeur général des services qui vient de monter en Galilée. Enfin, qui vient de passer de vie à trépas comme on dit en langage civilisé.
 Rappelons toutefois que le Procureur de la République, dans une conférence de presse, avait décliné 11 chefs d'accusation contre ces différentes personnes. Oui, onze ! Rappelons aussi que R. DESIRE est dans l'obligation de verser une caution de 100.000 (cent mille) euros s'i ne veut pas rejoindre Jean-Louis dans son havre ducossais. La date-limite de versement de cette modeste somme avait été fixée au 30 novembre dernier par la justice, or depuis, plus personne n'en a entendu parler. Cela signifie-t-il qu'elle a bien été versée ? Mystère et boule de gomme.  
  Pour en revenir au directeur général des services décédé, on nous dit d'une part, qu'il était de santé fragile et d'autre part, qu'il a été gardé à vue pendant deux jours. Ceci expliquerait-il cela ? Re-mystère et boule de gomme. En tout cas en voilà un qui ne pourra plus jamais parler ni s'expliquer sur les tenants et aboutissants du scandale CARENANTILLES ! 
  Du coup, on est en droit, liberté de la presse oblige, de se poser la question suivante : cette mort subite arrange QUI ?... 

Pages