Accueil

Bolivie: les députés du MAS ont atteint le quorum, défié le coup d’État et nommé nouveau président de la chambre

Bolivie: les députés du MAS ont atteint le quorum, défié le coup d’État et nommé nouveau président de la chambre

Les députés de Mas majoritaires dans les deux assemblées ont d’abord été empêchés de siéger, la police s’y opposant violemment pour favoriser l’élection bidon de l’espèce de poupée Barbie qui s’est autoproclamée présidente de la Bolivie ajoutant que les indigènes  n’avaient aucuns droits. Mais non seulement les dits indigènes envahissent La Paz mais l’Assemblée nationale et le sénat ont réussi à se réunir. Nous avons vu ce qu’il en était du sénat avec sa présidente officielle. Mais le président de l’Assemblée nationale ayant démissionné à la suite de l’enlèvement de son frère, l’assemblée a désigné un nouveau président Sergio Choque et à la majorité des voix ils l’ont élu.

IL Y A 4 HEURES | 07.18

La résistance au coup d’État en Bolivie a commencé à produire des effets. Au milieu des défilés massifs des habitants d’El Alto, qui ont tenu un conseil public et rejeté le président de facto par intérim, Jeanine Añez, les députés du MAS ont maintenant ignoré la session illégitime qui l’avait désignée à la tête de proclamer de nouvelles autorités.

Ils l’ont fait tôt le matin, la police n’ayant pas autorisé l’entrée des législateurs dans l’après-midi, ils ont tenté de se réunir pour rejeter la démission d’Evo Morales, qui reste légalement président de la Bolivie malgré son exil au Mexique.

Diputados Bolivia@Diputados_Bol
 

Diputado Sergio choque es elegido bajo votación presidente de la Cámara de Diputados.


Ver imagen en Twitter
Ver imagen en Twitter
Ver imagen en Twitter
Ver imagen en Twitter

 
 
 
 

Mardi, sans atteindre le quorum à l’Assemblée législative, les secteurs du coup d’Etat ont proclamé la sénatrice Jeanine Añez comme présidente par intérim après la démission forcée d’Evo. Le MAS ayant une majorité dans les deux chambres, ils ne pourraient donc pas se réunir sans un accord avec le parti qu’ils venaient de renverser et dont les dirigeants poursuivaient un bras de fer sans pareil.

Pendant ce temps, les manifestations contre le coup d’État se multiplient. Les secteurs sociaux et syndicaux se sont mobilisés au centre de La Paz et ignorent l’autorité d’Añez en tant que président illégitime du pays de l’Altiplano. Le sénateur brésilien, Jair Bolsonaro et les États-Unis, ont reconnu le sénateur, mais le président élu de l’Argentine, Alberto Fernández, et le gouvernement uruguayen de Tabaré Vázquez l’ont rejeté.

 

Pages