Accueil

Chimenn (3)

Jean BERNABE

Kidonk, adan an dézienm simézon, sé té anni ki chimen latè…

An jou dimanch, apré gran lanmess dizè, bel jenness la pati ka maché adan an sel maché, maché, maché. Délè, oprimgadé, si ou wè man pa té sav, man sé pé pran’y pou tjek fanm vayan ki té ka bay varé-monté-goumen kont toutt lé mapipi Lanati: piti kon gwo zétwel nan siel, lakataw tonnè ek zéklè loray, soley mitan-jou, mòn pèdi nan labrin di swè. Lè ou wè i té ka vansé nan gran chimen lakanpann, twel gol li té ka flitijé adan an sel vipvap anba blagadanm van an. Dott lè, i té ka pran an ti wett pou rijwenn an koté akondi sé té woukoulkoupio, kivédi jik dèyè do Bondié. Ni yonn, séré anba bwa, oti pèsonn dott ki li épi mwen menm pa dwett ja bòdé. Davrè man té ka suiv li, tou ka vansé ala douskoulouss, man té ka kouté’y ka palé. Menm si pa té djè ni anlo pawol ki té ka sòti an fal li. An toutt manniè chimen an fanm lan té ka bay adan’y la pa té dott ki an chimen driv (ou sav, kalté jan vakalflannay la oswa an moun ka chwézi asou chèpè foss vléyans li, oswa tjek jangajé plen movléyans, an tjèkoko épi Diab, sé sispek voyé ba’y pou pini’y di simézon oti i té ka viv koy adan klérans lò ek dousin laswa). Kidonk, man tann li ka ba koté tala non Bwa-Brilé. Rivé i rivé wotè an bidim pié fonmajé, éti i kriyé’y Papa lavi, lakada lanmach li koumansé vini an manniè flanpi kon adan an kalté jess-molòkoy, akwèdi an bidim lavanniz té anni fésé kò’y anlè zékin li.

Owala i janbé ti pon banbou lariviè a ki ka chapé-désann sokolo-sokolo nan lanmè, i viré pran driv la a gran dékatman. Pa anba rad koton’y la (lan), man té ka divinen toutt tol li: nan lanfil tjuiss-li, janm-li toupòtré dé wotjett ek kanman maté bol bonda’y. É silon la oti dé pié‘y té ka piété, yo sé di i té asou ka trikoté tjek léyon oben luil-loud, oben tè danmé, oben zeb gran savann. Akwèki oswa i té ka fè manniè, épi an balan mal papay, pou chapé anba an latilié chien ka kouri déyè’y, oswa i té ka fè mannev pou trapé dènié batiman asoubò pati pou trapé dénié lanm dènié lanmè avan péyi Kokangn, an péyi éti ki, an pliss di sa, pa matjé asou piess katt fett anba lanmen piess moun.

Twazékant, toutt alaboulin i té yé a, pa menm limiè an zoukouyanyan pa té ka klendé nan dé grenn zié y. Yo té pli mò ki an dlo ma akondi yo pa té rété difé ankò: pa pliss difé tro présé rivé nan boutt chimen kon an djigidji ki difé lapè povotjé anba chalè lalenn tranndouz-mil mons ek otan zonbi ka tigonnen’y. Pou kèlanswa moun lan, si ou wè i té ka ba koy bann pou bien gadé, si ou wè i té ka noz voyé an vré ziété anlè toutt jess-alé-vini jenn fanm lan, i sé pé dékouvè malérez la té ka lolé adan an sel labimsolo. Mé ayen pòkò té ayen. Dlo lariviè pa dlo koko, i pa ka monté mòn ek sé dèyè mòn ki ni mòn. Pass, vié frè, lè ou ké konnett ganbida fondok la otila i té asoubò denngolé a, ou ké pou admett tan tala sé té ankò tan zouzoun ek dousinay!

                                           

   Chimène (3)

       Traduction française

 

Ainsi donc, dans une première saison, ce n’était que chemin de terre

Un beau dimanche, après la grand-messe de dix heures, la belle s’est lancée dans une marche sans fin. Parfois, si j’avais tout ignoré d’elle, au premier regard, j’aurais pu la prendre pour une vaillante guerrière montant à l’assaut des puissances de la Nature : étoiles petites ou grandes dans le ciel, roulements du tonnerre, éclairs d’orage, soleil de midi, mornes perdus dans la brune du soir. Chacun de ses pas dans la campagne faisait claquer nerveusement sa gaule sous les rafales de vent. Parfois, elle empruntait un sentier pour gagner un lieu situé au Diable Vauvert, derrière le dos du Bondieu. Il en est un, caché sous les bois, que personne d’autre qu’elle et moi n’a foulé aux pieds. Tout en la suivant en catimini, j’écoutais ses paroles, même si celles sortant de ses bouailles étaient plutôt rares. De toute manière, le chemin dans lequel cette femme avançait n’était autre qu’un chemin de Drive (tu sais, cette espèce d’errance que certains choisissent par vocation profonde, ou que des gens gagées avec le Malin vous envoient, en punition, à ce qu’on dit, des temps où vous viviez dans l’éclat de l’or et de la soie). C’est ainsi que je l’ai entendue nommer ce lieu Bois-Brûlé. Sitôt arrivée à hauteur d’un fromager qu’elle appelait Papa lavi, le rythme de sa marche se faisait plus lent, pareil à celui d’une tortue, à croire qu’une immense hagardise s’était abattue sur son échine.

 

Une fois franchi le petit pont de bambou surmontant la rivière qui s’écoulait, chantant sokolo sokolo vers la mer, la trépidance de la drive la reprenait, la faisant progresser à grandes enjambées, sculptant sous mes yeux, à même la cotonnade de son vêtement, le fuselage des jambes, l’allongée des cuisses, le rebondi des fesses. Elle semblait tricoter tout en marchant la bande tantôt de bitume, tantôt de terre battue, tantôt de savane herbue qui portait ses pas. On l’aurait dite poursuivie par une meute qu’elle fuyait en vain, ou encore essayant désespérément d’attraper le dernier bateau en partance pour la dernière vague de la dernière mer à franchir, pour atteindre le pays de Cocagne, lequel ne figure sur aucune carte dressée de main d’homme. Pour autant, l’endiablement de sa marche n’allumait son regard d’aucun éclat, pas même de celui d’une bête-à-feu. Il était plus mort que l’eau d’une mare, à croire qu’il ne lui restait plus aucun feu : ni celui qui reflète l’impatience du but, ni celui qui traduit l’angoisse d’arracher ses talons aux souffles brûlants de trente-douze mille dragons et d’autant de démons. Toute personne qui se serait efforcée de bien regarder, à condition qu’elle accepte de jeter un regard vrai sur toutes ces allées-venues de la belle, aurait pu découvrir l’abîme de déréliction où elle se débattait. Mais tout cela n’était rien encore. Eau de rivière n’est pas eau de coco, elle ne gravit pas les mornes, et c’est derrière mornes qu’il y a mornes. Parce que, vieux frère, quand tu apprendras le gouffre immense où elle était sur le point de chuter, tu admettras que ce temps-la n’était encore que frivolité et jouissance.

Pages