Accueil

Chimenn (4)

Jean BERNABE

Adan an dézienm simézon, sa ki pou’y san ta‘y poubon sé lari nan bouk, lavil ek lantouvil

Ni moun yo ka di latè pa ka pòté yo, afoss yo granvan, afoss yo hototo. Mé li, ou sé di sé sipòté i pa té ka sipòté latè anba platpié’y. Si ou wè sé pa té sa, i pé té ké ladjé lakanpann pou bay désann ni adan bouk ni anvil, ni an lantouvil. Toutt moun té pé wè’y ka monté désann délè nan lakada, dotlè kon an djigidji, adan lari nan mitan bouk kon oliwon bouk, ka tounen-viré asou bouliva lanvil ek lantouvil, ka bay adan pli piti ti wett malzorey (menm adan sa ki pa ka mennen piess koté), épi an kanman pangaliè, toupòtré an moun yo sé résité anlè’y aselfen di bay an « driv ».

Tianmay té pran laritim voyé woch anlè’y. I té ka ranmasé yo épi té ka mété yo adan an ti sak twel. Chapé sé ti chapedbann lan té chapé, i té ka asiz asou totwè a ka jwé toulitt kon an tan i té lékol. Sé anni adan kalté doukou tala man té ka rivé pran bri pawol li: « toulitt yonn, toulitt dé… ». I té ka rété a toulitt senk épi i té ka ripati adan jé a jikatan lespri’y tounen asou an lott bagay. Man pa jen wè’y mantjé an sel ranmasé. Lè i té tifi, i dwett té an mapipi toulitt!

An chien rivé bò’y épi an bi pen an djel li. I mété’y atè épi i koumansé japé. Jenn fanm lan, ki té fini fini fè toulitt senk, tounen épi gadé zanimo a. Dapré sa man konpwann, sé té an chien i té konnett éti ki té ka pòté manjé ba’y. Man tann li kriyé: « Toulitt ». Sé té non chien-an. Man rété estébékwé davrè sé tann i té tann métress li ka rélé non’y toulonng ki fè i sòti la i sòti a pou rijwenn li. Dapré mwen sé té pliss asou santi lòdè ki asou tann pawol chien té ka maché. Jenn fanm lan trapé tett Toulitt, mété’y an mitan dé tété’y ek koumansé bo’y akon di an moun. Lannuitt, yo té ka dòmi kantékant asou menm totwè a, ek lé bonmaten, man té ka jwenn yo bwaré akondi dé koléjimel. Man jiss tann di chien an té ka pran’y pou fanm li. Sé moun lan ki di mwen sa a pa dwett té ka manti, pass jennn fanm lan vini ka pran kanman an fimel chien. Man pa té ka tann li pa menm ka bougonnen piess pawol ankò, sé anni ki japé i té ka japé.

Van pa té ka fè flafla épi gol li ankò, pass i pa té rété gol ankò. I pa té rété gol, pass dé majorin té ralé’y anlè’y ek pran’y pou ta yo, ki fè sé an chimiz kò i té ka viv lajounen kon lannuitt. An tan tala, ou sé pé wè’y ka vansé tou ka tjenbé Toulitt maré épi an fil mawo, konsidiré i té pè i chapé alé kité’y tou sel adan dannpantanng lavi a. Mé rivé an lè, sé pa maché i té ka maché ankò, sé kalpatt i té ka vansé akwèdi i té lé viv an menm wotè épi Toulitt. An mwa, dé mwa pasé, jiktan jou an lott malè rivé. Lévé i lévé an jou dimanch, i koumansé gadé wè toutt oliwon’y ola Toulitt té pasé. An jou, dé jou, twa jou pasé, i pa rivé jwenn Toulitt. I tann di yo touvé an chien mò adan an gran boulay ki mété an gran bidim kay an sann. Sa fett pabò Mòn Sokoto, éti toutt moun sav sé anni granjan ki ka rété la. Kou tala sé pa kalpatt, sé a gran dékatman i bay monté asou Mòn Sokoto. I pa wè Toulitt, ki fè touléjou i fè menm chimen an, pannan an mwa, san janmen trapé pa menm an grenn tjénett zendik. Sé press tou touni i té ka drivé atjèman, chimiz li an ranyon, lanmen’y ka soukwé konsidi anba an drog, ka koké san menm i sav épi toutt kalté bawoufiè.

 

 

      Chimène (4)

Traduction française

 

Dans une deuxième saison, ce qui est pour elle sans être à elle pour de bon, ce sont les rues des bourgs, des villes, des quartiers

Il est des gens dont on dit que la terre ne saurait porter leurs pas tant ils sont prétentieux et arrogants. Mais elle, on aurait dit que ce qu’elle ne pouvait supporter, c’était la terre sous ses pieds. Sinon on ne l’aurait vue quitter campagne, descendre vers bourgs, villes et quartiers. Tout un chacun pouvait la voir monter-descendre, tantôt d’un pas cadencé, tantôt en feu-follet, les rues des bourgs ou des environs, allant-venant sur boulevards, empruntant ruelles minables, qui ne mènent nulle part, de manière désordonnée, semblable à une personne à qui on aurait jeté sort d’Errance.

Les enfants avaient pris l’habitude de lui lancer des pierres. Elle les ramassait et les mettait dans un petit sac de toile. Une fois les garnements disparus, assise à même le trottoir elle jouait aux toulitt, souvenir probable du temps d’école. C’est seulement dans ce genre de situation que je parvenais à capter le son de sa voix: « Toulitt un, toulitt deux… toulitt cinq ! ». Elle s’en tenait à « toulitt cinq ». Et recommençait jusqu’à ce qu’autre chose détourne son attention. Je ne l’ai jamais vue rater un coup. Gamine, elle devait avoir excellé à ce jeu.

Un chien s’est approché, avec une grosse miche de pain dans la gueule, il l’a déposée et s’est mis à japper. La belle qui venait de faire « toulitt cinq », s’est retournée pour regarder l’animal. J’ai compris que c’était un chien d’elle connu, qui lui apportait à manger. Je l’ai entendue crier “ Toulitt”. C’était le nom du chien. J’en suis resté abasourdi : c’est l’évocation répétée de ce nom par sa maîtresse qui l’avait fait la rejoindre. Je croyais que les chiens fonctionnaient plus à l’odorat qu’à la voix. Elle a saisi la tête de Toulitt, l’a placée entre ses deux seins, s’est mise à l’embrasser comme s’il avait été un homme. La nuit, ils dormaient accolés l’un à l’autre sur un trottoir, et le matin, je les trouvais enlacés en frères siamois. J’ai même ouï dire que le chien la prenait pour femme. Ces gens devaient dire vrai car elle avait le comportement d’une femelle-chien. Je ne l’entendais plus murmurer parole, elle ne faisait que japper.

Sa gaule ne flottait plus au vent : il ne restait plus de gaule. Plus de gaule parce que de fortes femmes la lui avaient arrachée pour se l’approprier, raison pourquoi elle vivait jour et nuit en combinaison. En ce temps-là, tu aurais pu la voir marcher, tenant Toulitt attaché à corde-mahaut, à croire qu’elle redoutait qu’il ne la quitte, la laissant seule dans cette vie infernale. Mais un jour arriva où elle ne marcha plus, elle se déplaçait à quatre pattes, à croire qu’elle voulait vivre au niveau de Toulitt. Un mois, deux mois se sont écoulés quand survint un autre jour de malheur. Un dimanche qu’elle venait de se réveiller, elle s’est mise à chercher du regard Toulitt. Un jour, deux jours, trois jours sont passés sans qu’elle parvienne à le repérer. Elle avait entendu parler d’un squelette de chien trouvé dans les restes d’un violent incendie, qui avait réduit en cendre une très grosse maison. C’était arrivé du côté du Morne Sokoto, dont nul n’ignore qu’il n’est couvert que de résidences bourgeoises. Cette fois, ce n’est plus à quatre pattes mais à grandes enjambées qu’elle s’est mise à gravir le morne. Sans retrouver Toulitt. Elle a accompli le même périple tous les jours, pendant un mois, sans jamais obtenir graine d’indice. C’est presque nue qu’elle errait maintenant, chemise en haillons, mains tremblantes  sous l’effet d’une probable drogue, forniquant sans le savoir avec toute espèce d’abuseurs.