Accueil

Chimenn (5)

Jean BERNABE

Dènié simézon: an dlo lanmè pa ni chimen

An jou, dépi anwo Mòn Sokoto, éti toutt moun sav ou pé dékouvè toutt londjè ek lajè péyi a anba platpié’w, i té lonviyé lanmè a ka fè minimini anba klérans gwo soley-la. Dapré mwen, sé jou tala lidé’y di’y bay désann pa asou tèplatt, konsi tjek léman té ka ralé’y vini atoutt foss an manniè pou mété’y gadgad épi lanmè, konsidiré sé sel wotè ki té obidjoul pou’y.

Sòti man wè’y ka sòti anvil pa lari Chinpontonng, man viré mété mwen ka suiv-li pannan konmen jou, ka mété asou dan mwen anni bannann ek ponm dlo, pou pa mò fen. Mwen menm pa janmen wè’y ka plen kò’y dott bagay ki dlo lariviè, ki fè jou an jou i té ka vini piyanpi megzoklett. Mé sa pa té ka opozé’y vansé konsi tjek zonbi té ba’y chenn ek té anni mété’y asou latè ka woulé adan an balan san dimanch. Lè ou wè nou fini pa rivé asou tèplatt Gran-Kaz, konm lanmè-a té adan owonzon an londjè voyé roch, man té konprann an fonntjè mwen man té kay trapé an ti wouspel. Mé awatt! An kalté luil tou nef jété’y adan an sel alé viré ek sa tounen mwen vonvon kon vonvon fett.

Sòti mitanjou rivé dézè laprèm, pa ni an sel jounen adan simenn lan éti malérezla pa té ka tiré kò’y asou an bodlanmè diféran di jou avan. I té ka asiz anlè an chèpè bi bwa éti sé tjek siklonn ki dwett té dékalmaté’y, toula ka viré do ba lanmè, san menm pwan wotè ayen dott ki di ladèbòni sé grenn sab la. Epi, i té ka anni douboutt, té ka mété kò’y ka piété langrev-la alé pou viré, opliséré lin lan ki ka sèvi laliman ant sa ki matjoukann Lanmè épi sa ki ta Latè. Si ou wè i té ka benyen – mé pa ni an sel moun asou latè ki sé pé prévwè ki tan sa sé pé fett – i té ka maché-tjilé adan dlo a épi toutt rad li anlè’y. Adan kalté janfè tala, anni an moun plen lanmou ek bontjè, sé pé dékalkinen fil zagriyen tjek mistikri ki té asoubò tijé adan gwo limiè soley-la. Asiré, sel an moun tankondi a a sé pé divinen foss doulè kalté konmess tala té ka séré nan kabech li.

Man wè’y ka jété an ziété déflouz asou lanmè a, dwett kon an pitjett, ka rounounou tjek vokal akondi an lapriyè. Man wè’y désann an mizi an mizi adan dlo a wotè boljounou, wotè ranch, wotè lonbrik, wotè tété, wotè nen, wotè chivé. Rivé an lè, abo gadé, abo lonviyé, man pa wè’y ankò… An toutt manniè, anba dlo pa ni chimen. Atjèman sé anni Chimenn ki ni la, adan nwèsè fondok lanmè blé a. Kilanswa lavi a i ka viv la oti i yé a, osidié i rivé trapé an wouspel ki wouspel!

- Mé konpè, ou pa janmen di mwen titt li!

- Pou titt li, man pa ka chonjé. Pou mwen sa pa ni piess potalans. Mé non’y, man fini fini di’w li. Sé Chimenn. Chimenn, soulon an viérev man fè, Chimenn davrè i sòti nan bway manman’y asou an vié chimen dékalboré dépi Mòn-Zétwel rivé nan lopital Létan-Brilé, otila papa’y té ja ritienn an bel gran chanm penn an blé ba madanm li. Mé jou-tala yo pa ni tan rivé jik nan boutt chimen an, pass bon dlo té ja ka koumansé ped. Fett tianmay la fett, papa’y déviré chimen ek batjé ni li ni manman’y adan vié bradjak li a. Vié frè, anlè Chimenn, ni sa man sav, pass man chaché sav, épi ni sa man pé ké janmen rivé sav siwwè sé pa adan an mové landòmi !

Nan mizi éti Mett Raza koubaré tianmay la poumié poumié jou’y asou latè, délè, man ka rété la, lanmen anba ponmjou, ka katjilé pou sav ki védians tou sa pé ni, menm si sa sòti adan glenglen kabech mwen. Ess sé pa souvinans doukou tala ki anchouké nan fonfonn li ek ki bay lidé janbé laliman pwop lavi’y. Si tigrenn katjil mwen jiss, dwett ni an liannay ant non’y, nanm-li ek ti zétwel la ki tjekpa an kwi siel la, ka klendé ba’y, menm si sé an limiè tou kanyan i ka voyé-alé. Katjil tala volkannizé mwen adan an sel doum, otila man pa té sav ki manniè yo té kay pé ralé mwen monté. Lézonm, sé davrè ou mandé mwen tousa bagay ki fè si man rivé sòti adan lélékou tala. Délè ni dé kalté doukou éti, sé anni lè ou adan yo, ou ka rivé konprann sé palé ki mett!

 

                                                                    Chimène (5)

          Traduction française

Dernière saison: sous leau de la mer, il ny a point de chemin

Un jour, sur l’en-haut du Morne Sokoto, d’où chacun sait qu’on peut découvrir le pays en long et large, elle avait scruté les miroitements de la mer sous l’éclat violent du soleil. C’est, à mon avis, ce jour-là que lui est venue l’idée de descendre vers la plaine, quelque aimant l’attirant irrésistiblement vers le niveau de la mer. C’était peut-être l’unique altitude qui pût lui convenir.

La voyant quitter la ville par la rue Chinpontonng, je me suis remis à la suivre pendant des jours et des jours, avec rien d’autre à me mettre sous la dent – histoire de tromper ma faim – que bananes et pommes-d’eau. Elle, je ne l’ai jamais vue consommer que l’eau puisée à la rivière. Elle en devenait chaque jour plus étique. Mais cela ne l’empêchait pas de se déplacer comme si un diable l’avait posée sur terre après avoir remonté un mécanisme lui imprimant un ballant sans dimanche. Quand nous sommes enfin parvenus dans la plaine de Grand-Case, la mer n’était plus distante que d’un lancer de roche. J’ai cru que j’allais pouvoir profiter d’une pause. Que nenni ! Elle a été prise d’une lubie la jetant dans d’incessantes allées-venues, me faisant tourner chèvre au comble de chèvre.

Entre midi et deux, tous les jours que le Bondieu faisait, la malheureuse se rendait sur une plage différente. Elle se tenait assise sur un énorme tronc renversé par quelque cyclone, virant dos à la mer, silencieuse, inattentive à toute autre présence que celle de l’infini des grains de sable. Puis se levait, arpentait la grève dans un sens, dans l’autre, au plus près de la ligne qui marque la fin de la terre, le début de la mer. Si jamais elle entrait dans l’eau – mais personne ne pouvait prévoir à quel moment cela arriverait – elle le faisait habillée, pénétrant à reculons. Seul un être d’amour, d’empathie aurait su discerner dans un tel comportement la trame obscure, ténue d’un rite en gésine, et y deviner tout un abîme de souffrance.

 

Je l’ai vue on ne peut plus roide, contempler la mer, debout, marmonnant paroles qui ressemblaient à prière. Je l’ai vue descendre lentement dans l’eau, à hauteur des genoux, des hanches, du nombril, des seins, du nez, des cheveux. Ensuite, j’ai eu beau regarder, j’ai eu beau scruter, je ne l’ai plus vue… De toute manière, sous l’eau il n’y a pas de chemin. Maintenant, Chimène s’y trouve, seule dans les noirs abysses du Grand Bleu. Quelle que soit la vie qu’elle mène là où elle est, puisse-t-elle parvenir à y trouver un repos véritable !

- Mais, compère, tu ne m’as jamais révélé son nom !

- Son nom… ne m’en souviens pas, pour moi ça n’a pas d’importance. Mais son prénom, je viens de te le dire : Chimène. Oui, Chimène, selon un de mes cauchemars, Chimène parce que sortie du ventre de sa mère sur le chemin à peine carrossable menant de Morne-Etoile à l’hôpital d’Etang-Brûlé, où son père avait retenu une grande chambre toute bleue pour sa femme. Mais ce jour-là, ils n’ont pas eu le temps d’arriver. Elle avait commencé à perdre les eaux. Sitôt après la naissance du bébé, le père a rembarqué femme et enfant dans sa guimbarde et rebroussé chemin. Vieux frère, concernant Chimène, il y a ce que je sais parce que j’ai cherché à le savoir et il y a ce que je ne parviendrai jamais à savoir, si ce n’est dans un mauvais somme.

Dans la mesure où Maître Hasard a pris de court l’enfant au tout premier jour de sa vie, il m’arrive parfois, main sous la joue, de réfléchir à la signification d’un tel fait, même issu de l’imaginaire de ma cabèche. N’est-ce point quelque souvenir de ce contexte qui, s’incrustant dans les tréfonds de la belle, l’aurait dotée de ce goût pour la transgression des bornes de sa propre vie ? Si mes supputations ont la moindre justesse, il doit exister une relation entre son prénom, son âme et la petite étoile qui, quelque part dans le firmament, brille pour elle, même si elle n’émet qu’un faible halo. Cette conjecture m’avait projeté violemment dans un abîme sans fond, duquel je ne savais comment m’extraire. En me posant toutes ces questions, c’est toi qui m’as fait sortir de ce mauvais pas. Compère, il est des situations où rien ne vaut la parole !