Accueil
Aimé CESAIRE
Frantz FANON
Paulette NARDAL
René MENIL
Edouard GLISSANT
Suzanne CESAIRE
Jean BERNABE
Guy CABORT MASSON
Vincent PLACOLY
Derek WALCOTT
Price MARS
Jacques ROUMAIN
Guy TIROLIEN
Jacques-Stephen ALEXIS
Sonny RUPAIRE
Georges GRATIANT
Marie VIEUX-CHAUVET
Léon-Gontran DAMAS
Firmin ANTENOR
Edouard Jacques MAUNICK
Saint-John PERSE
Maximilien LAROCHE
Aude-Emmanuelle HOAREAU
Georges MAUVOIS
Marcel MANVILLE
Daniel HONORE
Alain ANSELIN
Jacques COURSIL

CHLORDECONE : PLAINTE CONTRE X DU CONSEIL GENERAL

Vaut mieux tard que jamais comme dit le proverbe. Nos chers conseillers généraux de Martinique viennent de voter (à l’unanimité) une motion qui reprend au mot près les 4 revendications formulées dans le livre de Louis Boutrin et Raphaël Confiant, Chronique d’un empoisonnement annoncé (éditions L’Harmattan), à savoir la création d’une commission d’enquête parlementaire, le lancement d’une enquête épidémiologique, l’indemnisation des agriculteurs concernés et la mise en route d’un processus de dépollution des sols. Ce brillant document se termine par la demande au président de cette assemblée de porter plainte contre…X.

Vaut mieux tard que jamais comme dit le proverbe. Nos chers conseillers généraux de Martinique viennent de voter (à l’unanimité) une motion qui reprend au mot près les 4 revendications formulées dans le livre de {{Louis Boutrin et Raphaël Confiant}}, {{ {«Chronique d’un empoisonnement annoncé (éditions L’Harmattan)»} }}, à savoir la création d’une commission d’enquête parlementaire, le lancement d’une enquête épidémiologique, l’indemnisation des agriculteurs concernés et la mise en route d’un processus de dépollution des sols. Ce brillant document se termine par la demande au président de cette assemblée de porter plainte contre…X.

Il y aurait là de quoi hurler de rire si la santé de tout un peuple n’était pas concernée. D’abord, ces messieurs-dames n’auraient jamais pondu ladite motion si notre livre n’était pas sorti ; ensuite, nous faisons la démonstration que les coupables sont parfaitement identifiés. A savoir et dans l’ordre :

{{ - les différents ministres français de l’agriculture depuis 1974

- les différents préfets et directeurs des services déconcentrés de l’Etat en Martinique depuis la même date

- les importateurs békés de pesticides et les gros planteurs békés}}

Le plus béotien des citoyens sait que porte plainte contre X équivaut à pisser dans un violon. Pourquoi ? Parce que chaque fois que le plaignant relancera la justice pour savoir où en est sa plainte, le procureur lui répondra qu’on est en train de chercher X, qu’on n’a pas encore réussi à identifier X et bla-bla-bla. Ce petit jeu peut durer des années et des années. Dans notre livre, nous avons volontairement laissé de côté la question de la responsabilité des élus martiniquais mais au vu de la tournure que prend les choses, il y a de quoi le regretter. Car il faut savoir que les maires, pour la plupart conseillers généraux, sont légalement responsables de l’eau qui est distribuée dans leur commune. Ils sont responsables de sa potabilité et force est de reconnaître qu’aucun d’eux ne s’est jamais soucié, en 30 ans, de savoir si l’eau qui arrivait au robinet de leurs administrés était une eau saine et dépourvue de pesticides. Autrement dit, les Martiniquais ont été empoisonnés durant tout ce temps avec la complicité, passive ou active, de leurs propres élus.

Le summum de l’indécence est atteint dans l’interview que fait un site-web antillais du président du Conseil Général lequel déclare qu’il « ne faut pas affoler la population » et qu’à l’époque, on ne connaissait pas la nocivité du Chlordécone. Ce monsieur reprend sciemment le discours mensonger et déculpabilisant de l’Etat français et de ses services déconcentrés alors que nous démontrons que dès 1976, date où les Etats-Unis interdisent le Chlordécone, on savait ! Divers rapports scientifiques, commandités par l’Etat lui-même, comme le rapport Snégaroff ou le rapport Kermarrec, écrivaient noir sur blanc, cela dès la fin des années 70, que nos sols, nos rivières, nos nappes phréatiques et nos rivages étaient gravement pollués. Dans notre livre, nous citons abondamment tous ces rapports qu’un président de Conseil général ne saurait ignorer !

Une fois de plus, nos élus montrent une image pitoyable de la représentativité politique martiniquaise. Mais, dans le cas présent, outre d’être les « doucineurs » qu’ils sont d’habitude, ils se montrent complices d’un crime contre le peuple martiniquais, un crime qui se décline en explosion du taux de cancers, des maladies d’Alzheimer et de Parkinson, des malformations congénitales, de l’infertilité féminine et masculine etc…Explosion qui n’a lieu ni à Barbade, ni à Grenade, ni à Antigue, ni à Saint-Kitts, ni en Haïti, pays caribéens dont les populations sont proches des nôtres génétiquement.

{{ Nous nous passerons des élus et nous porterons plainte pour « empoisonnement » contre l’Etat français devant la Cour Européenne de Justice !}}

Connexion utilisateur

CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain afin d'éviter les soumissions automatisées spam.

Pages