Accueil

Comment les États-Unis étranglent Haïti alors qu’ils tentent de changer de régime au Venezuela

By Mécène LOUIS-JAMÉ
Comment les États-Unis étranglent Haïti alors qu’ils tentent de changer de régime au Venezuela

En octobre, les Haïtiens ont suivi deux hashtags viraux sur Twitter: #PetrocaribeChallenge et #KotKobPetwoKaribea. Si vous n’êtes pas haïtien et que vous ne suivez pas attentivement la politique haïtienne, vous pouvez être pardonné de ne pas avoir remarqué ce développement. La plainte sur Twitter – et bientôt dans la rue – était simple: qu’est-il arrivé aux milliards de dollars américains qui faisaient partie du programme Petrocaribe financé par le Venezuela?

En 2005, lorsque les prix du pétrole ont commencé à grimper et que les socialistes bolivariens dirigés par Hugo Chávez étaient à leur apogée, 14 pays des Caraïbes se sont réunis à Puerto La Cruz, au Venezuela, pour lancer le programme Petrocaribe. L’idée était élégante. Le Venezuela, qui possède l’une des plus grandes réserves de pétrole au monde, vendrait du pétrole aux îles des Caraïbes en difficulté grâce à un accord très lucratif. Une partie du prix du pétrole était payée d’avance, et le reste devait être remboursé au fil des ans à un taux d’intérêt ridiculement bas (1%).

Les pays insulaires des Caraïbes, aux prises avec des dettes et des prix élevés de l’importation de l’énergie pour l’énergie, ont maintenant trouvé un soulagement. Haïti et le Nicaragua, qui ne faisaient pas partie des 14 membres originels, ont rejoint Petrocaribe en 2007. «Les Caraïbes ne devraient pas avoir de problème ce siècle et au-delà», a déclaré le président Chávez.

Le Venezuela avait une dette envers Haïti

Une économie de solidarité définit l’approche socialiste bolivarienne des Caraïbes. Si les pays des Caraïbes prospéraient, le Venezuela prospérerait à son tour. L’épreuve de cette générosité a été mise à l’épreuve en 2010, lorsque le Venezuela a décidé non seulement d’annuler la dette d’Haïti après le séisme, mais également de dégager des fonds supplémentaires pour la reconstruction. «Ce n’était pas Haïti qui avait contracté une dette envers le Venezuela», a déclaré Chávez, «mais le Venezuela a une dette envers Haïti.» Depuis 2007, le Venezuela a fourni 4 milliards de dollars de pétrole par l’intermédiaire de Petrocaribe.La dette que le Venezuela avait, dans la pensée à long terme de Chávez, était due à quelque chose qui s’était passé en 1815. Le premier président de la République d’Haïti, Alexandre Pétion, donna à Simón Bolivar le sanctuaire et l’arma pour revenir et libérer Grande Colombie ( les vastes terres du nord de l’Amérique du Sud). Bolivar avait promis à Pétion qu’il émanciperait les Africains réduits en esclavage en Grande-Colombie. C’est ce qu’il a fait. Sans la demande de Pétion et la victoire de Bolivar, Chávez – dont les ancêtres avaient été réduits en esclavage – a déclaré lors d’une visite en Haïti en 2007, “Je ne serais pas ici.”

La dette d’Haïti envers l’Occident

Une telle générosité n’est pas venue de l’Ouest. En fait, dès les premiers incendies de la révolution haïtienne, les puissances occidentales – de la France aux États-Unis – ont tenté de détruire la république haïtienne. En 1804, la France força Haïti à accepter de payer 21 milliards de dollars pour le «vol» d’Africains réduits en esclavage et autres. Il a fallu jusqu’en 1947 à Haïti pour rembourser cette dette odieuse et dégoûtante. La France ne s’est jamais excusée pour cela. Citibank non plus, qui a réalisé des milliards de réduction sur ses paiements. Ni la France ni Citibank n’a envisagé de rejouer le pillage inhumain.La générosité du Venezuela n’a été égalée par aucun pays occidental ni aucune institution financière. Au lieu de cela, l’Occident s’est endetté sur Haïti. Même l’assistance apportée lors du séisme de 2010 a permis aux sociétés occidentales de gagner de l’argent. “Ces gars-là sont comme des vautours venant chercher le butin de cette catastrophe”, a déclaré l’ancien ministre de la Défense d’Haïti, Patrick Elie. L’argent volé lors de la catastrophe et l’augmentation de la dette haïtienne n’ont pas encore été calculés. Des millions de dollars ont été collectés – comme par la Croix-Rouge américaine – mais très peu ont été dépensés pour lever le fardeau du peuple haïtien.

FMI vs Venezuela

En février dernier, le Fonds monétaire international (FMI) avait annoncé qu’il fournirait à Haïti 96 millions de dollars de prêts et de dons à faible taux d’intérêt. Mais il a exigé que le gouvernement haïtien supprime sa subvention essentielle au carburant. Cette subvention fait partie du programme de Petrocaribe. Des manifestations ont éclaté en Haïti, entraînant la démission du Premier ministre haïtien, Guy Lafontant, en juillet (pour une évaluation de ces manifestations, veuillez consulter le dossier 8 de Tricontinental: Institute for Social Research).

La demande du FMI pour des réductions des subventions sur les carburants est venue après que l’élite haïtienne avait détourné les fonds de Petrocaribe. En 2017, le gouvernement de Lafontant a publié un rapport sénatorial de 600 pages sur la décennie écoulée de Petrocaribe. L’enquête a révélé que la classe dirigeante d’Haïti avait volé d’énormes quantités de ces fonds essentiels. Personne n’a été appelé à rendre des comptes – ni ceux qui ont volé l’argent, ni les banques qui leur ont permis de le faire. Des rumeurs sur le fait de laisser la Cour supérieure des comptes et le contentieux administratif se saisir du rapport semblaient dériver nulle part.Au milieu de ce scandale, la directive politique du FMI n’était pas sincère. Le FMI a déclaré que les pauvres haïtiens, qui n’avaient pas volé l’argent de Petrocaribe, devraient payer des prix plus élevés du carburant pour aider à assainir les finances d’Haïti. Aucune réparation de la part de la France ou de la Citibank, aucune responsabilité pour le vol des fonds Petrocaribe – rien de tout cela. Au lieu de cela, les Haïtiens – dont près de 60% vivent en dessous du seuil de pauvreté – doivent payer des primes de carburant élevées pour les prêts dérisoires du FMI.

Fin de solidarité

Des manifestations ont éclaté il y a une semaine en Haïti. Ce qui a motivé les rues à s’enflammer cette fois-ci, c’est la hausse des prix du carburant et la position adoptée par Haïti contre le gouvernement du président vénézuélien Nicolás Maduro.Au milieu de la guerre économique contre ce pays, le Venezuela n’a pas été en mesure de fournir à Haïti du carburant subventionné. La population haïtienne doit maintenant se rendre auprès des compagnies pétrolières américaines et payer le prix du carburant aux États-Unis. Cela a créé des goulots d’étranglement dans l’approvisionnement en carburant et une frustration face à la hausse des prix. Novum Energy – des États-Unis – a gardé les navires assis dans le port de Port-au-Prince, attendant que le gouvernement haïtien, à court d’argent, paie avant de décharger 164 000 barils d’essence et 205 000 barils de kérosène. Il n’y a pas de prix de solidarité ici (en fait, Haïti doit payer 20 000 dollars par jour à chaque navire qui se trouve dans le port à titre de pénalité). Ces entreprises veulent de l’argent et le prix fort.

Le gouvernement d’Haïti a décidé de s’associer aux États-Unis lors du vote à l’Organisation des États américains (OEA) contre le Venezuela. En 2017 encore, le représentant d’Haïti à l’OEA – Harvel Jean-Baptiste – avait voté contre une résolution similaire anti-Maduro. Mais cette fois-ci, Léon Charles d’Haïti a voté avec les États-Unis. Ce vote a provoqué la colère dans les rues d’Haïti. Le seul pays – le Venezuela – qui était venu en aide à Haïti, était ici trahi. C’est l’ambiance.Pendant ce temps, les autres pays des Caraïbes sont restés fermes. Le groupe Caricom (Communauté des Caraïbes) composé de 15 États, d’Antigua-et-Barbuda à Trinité-et-Tobago, a rédigé une déclaration ferme pour défendre la souveraineté du Venezuela. Ils ont travaillé à créer une atmosphère de dialogue, ce qui a abouti à la réunion conjointe organisée par l’Uruguay et le Mexique à Montevideo (Uruguay) le 7 février.

Ces petits États insulaires connaissent le grand danger de laisser revivre la doctrine anachronique de Monroe (1823). L’idée que l’hémisphère américain est la «cour arrière» des États-Unis est non seulement humiliante, mais va également à l’encontre de l’esprit et de la lettre de la Charte des Nations Unies.

C’est cette humiliation qui motive le peuple haïtien à descendre dans la rue. Leur message est simple: si vous ne nous laissez pas respirer, nous ne vous laissons pas respirer et si vous étouffez le Venezuela, vous nous étouffez.

Pages