Accueil
Aimé CESAIRE
Frantz FANON
Paulette NARDAL
René MENIL
Edouard GLISSANT
Suzanne CESAIRE
Jean BERNABE
Guy CABORT MASSON
Vincent PLACOLY
Derek WALCOTT
Price MARS
Jacques ROUMAIN
Guy TIROLIEN
Jacques-Stephen ALEXIS
Sonny RUPAIRE
Georges GRATIANT
Marie VIEUX-CHAUVET
Léon-Gontran DAMAS
Firmin ANTENOR
Edouard Jacques MAUNICK
Saint-John PERSE
Maximilien LAROCHE
Aude-Emmanuelle HOAREAU
Georges MAUVOIS
Marcel MANVILLE
Daniel HONORE
Alain ANSELIN
Jacques COURSIL
JEUDI 15 OCTOBRE 2009 A 18 H 30

CONFRENCE DEBAT SUR HAITI

Une délégation LKP a participé, à Port au Prince du 16 au 20 septembre 09 à une Commission Internationale d’Enquête sur la situation en Haïti.

Pendant 4 jours, les délégués qui ont constitué cette Commission internationale venant d’Algérie, du Brésil, de Guadeloupe, de Martinique, des Etats-Unis, ont entendu de dizaines de témoignages d’individus, d’associations, d’organisations syndicales, d’organisations populaires et politiques haïtiens, venant des secteurs les plus divers du peuple d’Haïti.

Elle a eu aussi pour travailler des journaux, des revues, des rapports, des déclarations, des photos. Tout ceci renforcé par des visites sur le terrain.
La commission a sorti une synthèse de ses travaux qui se conclut par :

Au titre du chapitre 7 de la Charte de l’ONU, une telle intervention militaire (MINUSTAH) n’aurait pu se justifier qu’en cas de,
- guerre civile
- catastrophe naturelle
- crime contre l’humanité
- génocide…

Le commandement militaire de la Minustah a exposé à la Commission les raisons de leur présence sur le territoire haïtien en faisant de la stabilisation et la sécurité, la clé de leurs actions.

Notre enquête a démontré que les faits étaient tout autre.

Sur la plan géopolitique, le professeur Chalmers a montré que le développement de l’opposition au néo – libéralisme, dans la sphère latino – américaine et chez les peuples de la Caraïbe, constituait une menace directe contre les intérêts des multi – nationales et de l’impérialisme. Le développement de l’implantation de nouvelles bases américaines en Colombie, Curaçao…représente la matérialisation d’une stratégie offensive contre la démocratie et les peuples de la zone. Poursuivre la « production de misère en Haïti » est l’une des principales caractéristiques de la politique onusienne en faveur de cette stratégie.

La Minustah doit quitter Haïti !

La commission appelle aussi à une journée internationale de soutien au Peuple haïtien et pour le retrait immédiat des troupes de la MINUSTAH le 15 octobre 2009.

Le 15 octobre 2009 est la date du renouvellement du mandat de la MINUSTAH.

LKP vous invite à une conférence débat sur la situation en Haïti au cours de laquelle cette synthèse sera présentée.

{{ JEUDI 15 OCTOBRE 2009 A 18 H 30

AU PALAIS DE LA MUTUALITE (Pointe à Pitre)}}

Ponte à Pitre le 13 octobre 2009

Connexion utilisateur

CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain afin d'éviter les soumissions automatisées spam.

Pages